« Dans les marais, je t’attendrai à jamais. »

« N’oublie jamais que je t’aime. »

Adapté à l’écran par Hiromasa Yonebayash et sorti au Japon le 19 juillet 2014, le livre « When Marnie Was There », publié en 1967, est considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature anglaise pour la jeunesse.

[vc_dropcap type= »type2″ first_letter= »I » first_letter_bg= »#dd9933″]

l raconte l’histoire d’une petite fille orpheline et solitaire, Anna, qui vit en ville chez des parents adoptifs. Son asthme s’aggravant, sa mère adoptive l’envoie passer l’été dans sa famille près de la mer dans un petit village au nord d’Hokkaïdo. Dans ce village est située une vaste maison inhabitée, construite au cœur des marais, et que les villageois ont surnommé « la Maison des Marais ». C’est là qu’Anna va faire la connaissance d’une fille aussi étrange que mystérieuse: Marnie. Les fillettes vont se lier d’amitié, mais il semble que Marnie soit née de l’imagination d’Anna et qu’elle ne soit en réalité qu’un fantôme… ou quelqu’un au contraire d’important… !

[/vc_dropcap]

Afin de transposer l’histoire de l’Angleterre au Japon, Hiromasa Yonebayash a effectué des repérages pour situer les marais, leur ambiance et aspect. Avec son équipe, il a créé un village fictif situé au bord de la mer. Les eaux claires du marais et la façon dont le paysage se transforme entre marée haute et marée basse reflètent les changements subtils qui se produisent dans le coeur des deux jeunes filles. Les marais de Hokkaïdo baignent dans une atmosphère fantastique et onirique.

Comme l’a expliqué le réalisateur:

« Il y a deux ans, Suzuki-san m’a conseillé de lire un livre intitulé When Marnie Was There.
C’était un classique anglais de la littérature pour enfants qui figurait aussi sur la liste des lectures recommandées par Miyazaki-san. Suzuki-san m’a suggéré d’en faire une adaptation au cinéma.Je me suis d’abord dit qu’il serait difficile à adapter. J’ai beaucoup apprécié ma lecture, j’ai été ému par l’histoire, mais ce qui fonctionnait à la perfection en tant qu’oeuvre littéraire me paraissait difficile à transcrire sous forme visuelle. Le livre tire sa force du dialogue entre Anna et Marnie. C’est à travers leurs conversations que l’on perçoit les variations des sentiments et de l’état d’esprit des personnages, et c’est là que se situe le plaisir du roman. Mais comment transcrire cela sous forme de film d’animation ?
Je doutais de parvenir à conserver toute l’intensité et la force émotionnelle du livre. »

« Cependant, longtemps après avoir terminé le livre, des images continuaient à hanter mon esprit. Anna et Marnie, proches l’une de l’autre, se tenant par la main, dans le jardin d’une demeure en pierre faisant face à un splendide marais. Peut-être allaient-elles danser dans le clair de lune ?

Un lien se nouait entre leurs deux coeurs, dans l’écrin de la beauté de la nature, le doux souffle de la brise, sur un air de musique familier. Après avoir dessiné plusieurs esquisses, je me suis finalement dit que je pouvais essayer. »

Fait de douceur, « Souvenirs de Marnie » est un bien joli film où l’imagination est reine et semble être une merveilleuse ouverture sur le monde; l’apologie des arts et des souvenirs, des mystères et de la nature, rythment ce film et en font un moment de quiétude apaisante pour petits et grands.

Infos pratiques

Sortie le 14 Janvier au cinéma

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

médiapar ph

Médiapart : bilan de l’indépendance

A l’occasion des 7 ans de Médiapart, le site a invité la presse pour ...

festiwall

Festiwall, le festival du street-art et des cultures urbaines

L’association « De l’Amour et des Murs! » et la Galerie d’Art Urbain The ...

premium day

Le 15 juillet c’est le Premium Day sur Amazon !

Le Premium Day est un événement shopping mondial inédit réservé exclusivement aux membres du ...