• Participez au sixMic Crowfunding !

Victor Vasarely : MultipliCITÉ

Victor Vasarely - OriOn MC I Acrylique sur panneau - 28 x 122 _-1963

MultipliCITÉ,  l’exposition triptyque de Victor Vasarely au Musée Vouland d’Avignon, à la Fondation Vasarely d’Aix-en-Provence, au Château de Gordes à Gordes 

Il y a 110 ans naissait Victor Vasarely, à Pécs, en Hongrie. S’il abandonne bien vite les études de médecine qu’il avait entrepris, il en gardera une volonté de méthode, d’objectivité et une indéniable soif de connaissance. Inscrit aux aux beaux-arts, puis au Bauhaus de Budapest, il y devient l’élève de Sandor Bortnyik qui lui confère  la perfection dans son dessin, trace de cette solide formation en architecture. Ce sont Vassily Kandinsky, Malevitch et Paul Klee qui lui font découvrir l’art abstrait et il demeure influencé par le constructivisme, le cubisme et le surréalisme. Vasarely est également fasciné par la couleur et par l’optique.

En 1930, alors qu’il est installé à Paris où il décroche des contrats importants dans de grandes agences de publicité (Havas, Draeger ou Devambez), sa première exposition a lieu à Budapest.

Vasarely est fasciné par les motifs linéaires et conçoit ses oeuvres en trois dimensions, donnant l’illusion d’une épaisseur en multipliant les couches ; il crée un alphabet plastique dont les combinaisons infinies doivent donner naissance à un « art cérébral et méthodique ». Sa création picturale deviendra de plus en plus abstraite, et l’artiste fera de la peinture à l’huile son principal outil. Passionné de géométrie, Vasarely confie alors : « Dans les éboulis de la côte, je distingue la géométrie interne de la nature. La région est merveilleuse. J’observe les formes, qui toutes se ramènent à l’ellipse et à la forme ovoïde, et je découvre une étroite parenté entre des choses de nature très différente. L’univers ne se réduirait-il pas en fait à une seule grande équation ? »

L’année suivante, il participe pour la première fois à une exposition parisienne lors de laquelle les formes géométriques et les lignes de couleur créent une illusion de mouvement, œuvres qui le mènent ensuite à ses expériences d’art cinétique au sujet duquel il écrit le « Manifeste jaune » en 1955 dans lequel il explique que la forme et la couleur sont inséparables. Dans les années qui suivent, ses compositions se complexifient avec des éléments géométriques se combinant, s’emboitant, se permutant et s’assemblant pour se rapprocher de la structure cellulaire. En 1965, Victor Vasarely participe à l’exposition « Responsive Eye » (New York) qui consacrera l’Art optique (Op Art).

Victor Vasarely occupe une place unique dans l’histoire de l’art du XXème siècle. Figure majeure de l’Op art et de l’art cinétique, fasciné par la couleur et par l’optique, il incarne la modernité et accède à la notoriété de son vivant, conduisant la peinture abstraite géométrique, sous le nom de cinétisme, jusqu’à son aboutissement. Toute son œuvre s’inscrit dans une grande cohérence, de l’évolution de son art graphique jusqu’à sa détermination pour promouvoir un art social, accessible à tous. Voulant son langage universel, il crée sa fondation en 1976 à Aix-en-Provence, en concevant entièrement un bâtiment qui concrétise sa conception de l’art dans la cité. Vasarely met en place un Centre d’art contemporain et un laboratoire de rencontre et de recherche pour les artistes, les architectes, les ingénieurs. Car selon Vasarely, c’est seulement en équipe et en corps de métiers qu’un travail créateur est possible. Chacun s’approprie son art ; il sera célébré dans les plus grands musées de la planète.

L’art pour l’art ne mène à rien. Si vous vous engagez dans cette voie, vous êtes condamné à la bohème et vous finirez alcoolique ou syphilitique, mais peintre, certainement pas!” Victor Vasarely.

L’exposition MultiplicItÉ de Gordes et Avignon à Aix-en-Provence, célèbre le 110ème anniversaire de la naissance de victor vasarely et les 40 ans du centre architectonique d’Aix-en-Provence et du Musée vasarely de Pécs, impliquant les deux musées hongrois avec celui de Budapest ainsi que plusieurs collectionneurs privés. Elle souligne l’essor que connaît aujourd’hui l’art numérique, dans le prolongement direct de l’approche utopique et visionnaire de Victor Vasarely, faisant ainsi redécouvrir l’art optique et cinétique des années 1960 et 1970 qui en a été la source, et s’ouvre sur la création contemporaine en présentant, dans les trois lieux, le travail du plasticien marseillais Etienne Rey, lauréat 2016 du Prix de la Fondation Vasarely pour les arts numériques.

en MOuVeMent
Musée Vouland d’Avignon

Cette exposition présente 150 oeuvres originales de Victor Vasarely (1906-1997), graphiste
publicitaire et plasticien, de sa formation au Bauhaus de Budapest en 1928-29 aux années 1980. De nombreux inédits issus de collections particulières instaurent un dialogue entre les collections d’arts décoratifs XVIIe et XVIIIe et l’univers plastique de Vasarely, entre le répertoire formel classique et l’art cinétique dans l’univers intime d’un hôtel particulier.

Fondation Vouland
17 rue Victor Hugo, 84000 Avignon
www.vouland.com

l’alphabet plastique
Château de Gordes

L’exposition, l’alphabet plastique, évoque le Musée didactique (fermé en 1996) installé par Victor Vasarely dans le château de Gordes en 1970. La vision du village de Gordes (dès 1948) et du fenestron dans un mur épais révèle au plasticien les phénomènes optiques des contrastes, le jeu du fond et de la forme, le positif et le négatif, et le conduit à l’invention de son langage plastique.

Château de Gordes
communication@gordes-village.com

l’art pour tous
Fondation Vasarely d’Aix-en-Provence

L’art pour tous se penche sur le travail de synthèse des arts plastiques à la dimension architecturale et urbaine. Le centre architectonique, lieu de recherche pluridisciplinaire tourné vers l’avenir, est inauguré en 1976 et classé Monument historique en 2013. Il symbolise la vision utopique de la cité polychrome du bonheur de Vasarely, dans le rêve d’un environnement urbain transfiguré.

Photo : Victor Vasarely – OriOn MC I Acrylique sur panneau – 28 x 122 -1963

Exposition Jusqu’au 2 octobre 2016

Fondation Vasarely
Jas de Bouffan 1 avenue Marcel Pagnol
13 090 Aix-en-Provence

http://www.fondationvasarely.fr/fr/

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

salon du Patrimoine

21ème édition du Salon International du Patrimoine Culturel

Évènement européen incontournable, la 21ème édition du Salon International du Patrimoine Culturel se tiendra ...

HEY ! Modern Art & Pop Culture

HEY ! Modern Art & Pop Culture / Act 3

« HEY ! Modern Art & Pop Culture », qui investira la Halle St ...