Yuko Yagasaki – Jean-David Morvan : « Fukushima – Deux ans après »

 

Thomas Labourot - Tsunami 03
© Thomas Labourot – Tsunami 03

C’est la seconde exposition d’actualité que Reims propose dans le cadre de son nouvel espace d’exposition à l’Hôtel de Ville. En partenariat avec la DRAC Champagne-Ardenne, la Ville de Reims présente du 11 mars au 7 avril, pour le deuxième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, une cinquantaine de dessins réalisés par des dessinateurs du monde entier et rassemblés par Yuko Yagasaki et Jean-David Morvan : « Fukushima – Deux ans après« .

Le 11 mars 2011, une triple catastrophe – un séisme de magnitude 9, un tsunami sur 600 km de côtes et une catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Dai-Ichi de niveau 7 – touchait le Japon de plein fouet. Jean-David Morvan, rémois, était alors à Tokyo avec Yuko Yagasaki. « Nous avons vécu le séisme dans un grand magasin, vu le tsunami sur un écran dans la rue au milieu de centaines de Japonais effarés, et assisté à l’explosion de l’enceinte du réacteur n°1 à la télévision. »

Ils ont alors l’idée de lancer une demande de dessins à des dessinateurs du monde entier. L’éditeur CaféSalé, qui, en France, a la même idée, leur propose de les y associer, de même que le scénariste Sylvain Runberg. S’en suivent un blog, dévoilant des dessins parmi les 2700 images reçues en 3 semaines, une vente aux enchères à Paris, le livre « Magnitude 9 », une exposition à l’Institut Français de Tokyo, l’édition japonaise « Magnitude Zéro » comprenant des dessins inédits, puis une grande exposition au Musée du Manga de Kyoto pour la commémoration de la première année.

« À cette date, Yuko et moi étions dans le Tohoku, pour rencontrer des « survivants ». À Ishinomaki, des gens vivants dans un camp de préfabriqué après que leurs maisons ont été détruites par la vague. À Aizu-Wakamatsu, des déportés d’Okuma, ville située à 3 km seulement de la centrale endommagée et évacuée pour cause de radiations. À Sendai où le directeur de l’Alliance française nous a raconté sa quête des ressortissants français, et nous a présenté une jeune femme ayant sauvé son fils in extremis du Tsunami. Et enfin, le 11 mars, nous étions dans le stade de Koriyama, la ville la plus proche de la centrale (et donc la plus irradiée), où nous avons couvert pour les blogs de Radio France, les commémorations du premier anniversaire de la catastrophe dans le stade. »

A Reims, en complément de l’exposition, une conférence sur la situation au Japon depuis la triple catastrophe et une séance de dédicaces sur le livre « Magnitude 9 » sont proposées le lundi 11 mars à 18 h 30 à l’Hôtel de Ville.

  • Exposition du 11 mars au 7 avril à l’Hôtel de Ville de Reims
  • Le site de la ville de Reims : www.reims.fr
  • Voir les commentaires : (0)

Publicité