• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Wauquiez fait polémique, D’anciens ministres balancent, l’Autriche vote, etc…dans la revue de presse

Wauquiez- la Maison d'Izieu

Wauquiez, D’anciens ministres,  l’Autriche vote, la Maison d’Izieu, le cardinal Philippe Barbarin,  Auschwitz, l’Arctique sont dans la presse cette semaine !

La politique de Wauquiez en matière de subventions fait polémique

L’annonce d’une réduction des subsides versés par la région Auvergne-Rhône-Alpes à la Maison d’Izieu, lieu dédié à la mémoire d’enfants juifs déportés, suscite un tollé. Le nouveau président de région, le Républicain Laurent Wauquiez, est sous le feu des critiques. La politique menée en matière de subventions par sa région Auvergne-Rhône-Alpes fait polémique. L’annonce d’une réduction des subsides versés à la Maison d’Izieu (Ain), lieu dédié à la mémoire d’enfants juifs déportés, suscite un tollé, vendredi 20 mai.

Cette baisse des subventions à la Maison d’Izieu « n’est pas de 40 000 euros mais de 20 000 euros », assure l’entourage de Laurent Wauquiez. Et ce dernier « a pris toutes les garanties pour être sûr que cela ne nuise pas à la pérennité de son activité », souligne un membre de son cabinet.

« La conversation a été cordiale. Laurent Wauquiez m’a expliqué qu’il avait besoin de faire des économies. Je lui ai dit que j’étais prêt à faire un effort », confirme le président de l’association de la Maison d’Izieu. Au cabinet de Laurent Wauquiez, on assure que les 20 000 euros retirés à la maison d’Izieu allaient être réaffectés à « d’autres lieux de mémoire ».

Le communiqué de presse des élus socialistes, démocrates, écologistes et apparentés de la Région Auvergne Rhône-Alpes :

Ils ont osé s’en prendre à Izieu ! Réunis au sein des commissions organiques au Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, nous avons appris avec stupeur la baisse de 40.000 euros (-17%) de la subvention qu’accorde chaque année la Région à la Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés, pour mener sa mission d’information de tous les publics et notamment des jeunes sur les crimes contre l’humanité. Cette décision du Président Wauquiez est d’autant plus inacceptable au regard des largesses qu’il a accordées ces derniers mois à des fins purement clientélistes : 50.000 euros pour l’UNI, le syndicat étudiant de droite ; doublement des subventions accordées au festival Jazz à Vienne dont le Maire de la ville hôte n’est autre que Thierry KOVACS, membre du groupe Les Républicains au Conseil régional ; inflation sans limite des dépenses en Haute-Loire et au Puyen-Velay, etc. Les lieux de mémoire ne font visiblement pas partie des priorités de Laurent WAUQUIEZ. Non, l’important, c’est de soigner ses amis au détriment de structures et de politiques d’intérêt public. Cette subvention à la baisse pour la Maison d’Izieu, ce n’est pas un problème d’argent, c’est un choix politique !

Impréparation, indécision… D’anciens ministres de Hollande balancent

Un manque de travail avant 2012, une difficulté à donner le sens de son action, une ligne indécise, ou même contraire aux promesses de campagnes. Une dizaine d’anciens ministres socialistes dressent  un tableau très critique du bilan de François Hollande, dans Le Monde  d’hier.

« Le président qui n’aimait pas les riches, en fait, n’aime que les riches », déclare l’ex-ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

L’ancienne ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, reproche à l’exécutif de ne pas avoir su « expliciter » la politique menée, en dépit de sa« cohérence ». Pour Nicole Bricq, d’abord à l’Ecologie, puis au Commerce extérieur, le « récit du quinquennat (…) n’a été fait ni par François Hollande, qui n’est pas un théoricien, ni par [l’ancien Premier ministre] Jean-Marc Ayrault, qui n’est pas un communicant ». 

Marylise Lebranchu, regrette de même que le gouvernement n’ait pas su tenir un discours de « vérité » sur la situation du pays, après la publication du rapport « extrêmement sombre » de la Cour des comptes en juillet 2012. « Il suffisait de dire la vérité de façon quelque peu solennelle, à savoir que, vu l’état des comptes publics, on ne pouvait rien faire sans augmenter les impôts. » « Beaucoup, comme moi, ont pendant des mois poussé le président de la République à parler de l’Europe et du monde, afin d’expliquer nos choix, notamment en matière de politique économique, dans le contexte de la mondialisation. Il nous répondait: ‘ça n’intéresse personne' », témoigne-t-elle.

Nicole Bricq : « A Bercy, tout le monde a vu qu’il y avait deux lignes politiques: Montebourg était le ministre de la démondialisation, et Moscovici et moi, nous étions les ministres de la mondialisation. » 

Une « politique des deux fers au feu » que regrette également l’ancien ministre de la Ville, François Lamy« Face à une personnalité forte comme Montebourg, qui se sentait protégé par son score à la primaire, Ayrault a très vite souffert d’un manque de poids politique, et ça s’est ressenti dans les arbitrages. Il faut ajouter à cela la personnalité du président de la République, dont il est souvent difficile de savoir ce qu’il pense réellement, et qui sème le doute sur ses intentions, ce qui complique les choses », analyse-t-il.

L’extrême droite aux portes du pouvoir en Autriche

L’extrême droite va-t-elle accéder au pouvoir en Autriche ? Dimanche 22 mai, plus de six millions d’électeurs vont élire celui qui succédera au président social-démocrate Heinz Fischer, arrivé au terme de ses deux mandats.

Les électeurs auront le choix entre le populiste Norbert Hofer, 45 ans, et l’écologiste Alexander Van der Bellen, 72 ans. Les deux hommes ont créé la surprise en remportant le premier tour de la présidentielle, organisé le 24 avril. Pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, le futur président autrichien ne sera ni conservateur, ni social-démocrate. Norbert Hofer est sorti grand gagnant de cette première étape. Le candidat du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) a recueilli 35% des suffrages, soit le meilleur score du parti à une élection nationale.

Reçu par le pape, le cardinal Barbarin veut rester à son poste

« On ne quitte pas le navire en pleine tempête ! », lâche le cardinal Philippe Barbarin dans un entretien au Figaro. Le prélat y confirme son intention de rester à son poste, conforté dans son attitude par le pape François. En le recevant au Vatican, quelques heures plus tôt, le souverain pontife lui aurait redit « sa confiance » et lui aurait conseillé « d’attendre paisiblement » que la justice fasse son travail dans les affaires de pédophilie qui secouent son diocèse de Lyon.

« Si la justice mettait en lumière un grave manquement dans la conduite de ma mission, [une démission] serait effectivement une perspective à envisager. Pour l’heure, ce ne serait pas responsable, ce serait même contraire à mon devoir », explique le cardinal. Selon lui, « pas un seul enfant »n’a eu « à souffrir des décisions qu'[il] a prises en tant qu’évêque ».

Des bijoux en or cachés dans le double fond d’une tasse retrouvée à Auschwitz

Une bague et une chaîne en or ont été découvertes, lors des travaux de conservation sur l’un des milliers d’objets exposés au musée du site polonais. Ces bijoux ont été cachées il y a plus de 70 ans par un prisonnier de l’ancien camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau en Pologne. Une bague et une chaîne en or ont été découvertes dans le double fond d’une tasse en métal émaillé, lors des travaux de conservation sur l’un des milliers d’objets exposés sur le site. Le musée l’a annoncé ce jeudi 19 mai.

Arctique: Oslo ouvre de nouvelles zones à la prospection pétrolière

La Norvège a attribué mercredi des licences à 13 compagnies pétrolières dans l’Arctique, y compris dans une nouvelle région de la mer de Barents jusque-là totalement inexplorée, au grand dam des défenseurs de l’environnement. La Norvège a attribué mercredi des licences à 13 compagnies pétrolières dans l’Arctique, y compris dans une nouvelle région de la mer de Barents jusque-là totalement inexplorée, au grand dam des défenseurs de l’environnement.

Alors que sa production pétrolière a été divisée de moitié depuis 2000 et que la faiblesse du cours du baril ampute les revenus de l’État, c’est la première fois depuis 1994 que le pays scandinave ouvre une nouvelle contrée à l’industrie pétrolière. Trois des dix licences couvrant au total 40 blocs sont situées à proximité immédiate de la frontière maritime de la Russie, dans une zone que les deux pays se sont longtemps disputée jusqu’à la conclusion d’un accord en 2010. L’exploitation de deux d’entre elles a été offerte au géant pétrolier national Statoil, la troisième à son compatriote Det norske avec une participation notable du russe Lukoil.

Source : francetv info, gooplanet.info

Photo : la Maison d’Izieu par Holocaust-Gedenktag.jpg: Helmutderivative work: Agamitsudo (talk) — Holocaust-Gedenktag.jpg, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15950163

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

liberland

Le Liberland : nouveau paradis fiscal

Sachez que depuis le 20 avril 2015, plus de 300 000 personnes ont demandé ...