« Visa pour L’image » le Festival International du Photojournalisme

Visa pour l’image

Fondé en 1989, année du 150e anniversaire de la photographie, il fut baptisé « Visa pour l’image » et se voulait être le festival uniquement consacré au photojournalisme. Il est devenu le plus grand festival international de photojournalisme, où près de 250 000 personnes se pressent chaque année durant la première quinzaine de septembre et durant lequel 3000 photojournalistes, agences de photo et professionnels de la photo se réunissent.

« Visa pour l’image », ce sont DES EXPOSITIONS

Le festival assure la transmission du photojournalisme du champ des médias à celui de la culture avec les reportages d’une trentaine de photographes qui abordent des sujets variés et d’actualité, qu’il s’agisse de rapports sur les guerres, la nature, l’environnement, les gens, les questions religieuses, ou bien encore les phénomènes sociaux, ainsi que les grands fléaux de notre temps Cette année, seront ainsi mis à l’honneur Mohamed Abdiwahab, Lynsey Addario, Diana Zeyneb Alhindawi, Daniel Berehulak, Marcus Bleasdale, Nancy Borowick, Juan Manuel Castro Prieto, Alejandro Cegarra, Viviane Dalles,Edouard Elias, Omar Havana, Bülent Kiliç, Andres Kudacki, Gerd Ludwig, Pascal Maitre, Giulio Piscitelli, Eli Reed, Stephanie Sinclair, Adrienne Surprenant, Goran Tomasevic, Arnaud Baumann et Xavier Lambours, sans oublier Alfred Yaghobzadeh.

Depuis 2006, la ville de Perpignan finance le Prix du Jeune Reporter.

En 2012, en hommage à Rémi Ochlik, tué en Syrie, son nom a été rajouté au prix dont c’est cette année la 10e édition, et c’est à cette occasion que sera exposée une sélection de tous les lauréats qui sont tous devenus des photographes confirmés :

– TOMAS VAN HOUTRYVE (2006)
– MIKHAEL SUBOTZKY (2007)
– MUNEM WASIF (2008)
– MASSIMO BERRUTI (2009)
– CORENTIN FOHLEN (2010)
– ED OU (2011)
– SEBASTIÁN LISTE (2012)
– SARA LEWKOWICZ (2013)
– MAXIM DONDUYK (2014)

MAXIM DONDUYK

SARA LEWKOWICZ

Sara Lewkowicz - «Shane et Maggie : portrait d’une violence domestique».

« Visa pour l’image », ce sont DES SPECTACLES EN SOIREE

Comme chaque année, le festival couvrira les principaux événements de l’année écoulée, de septembre 2014 à août 2015. Chaque soir, une revue chronologique de ces histoires de nouvelles servira d’introduction à la soirée et sera suivie de rapports et de caractéristiques sur la société, les guerres, les histoires qui ont fait les nouvelles et les autres qui ont été tus, ainsi que la couverture de l’état du monde d’aujourd’hui. Visa pour l’Image propose aussi des rétrospectives de grands événements et personnages de l’histoire. Visa pour l’Image Award cérémonies ont lieu pendant les programmes de soirée.

Seront ainsi traités dans l’actualité de cette année :

– Nouvelles histoires de l’année à travers les continents: la guerre, les crises, la politique, les événements inhabituels et remarquables, sport, culture, sciences, l’environnement etc.
– Hommage à Charlie Hebdo
– Examen des zones et des communautés vivant dans les guerre: la Syrie et l’Irak, les Kurdes, les gens Yazidi, les chrétiens d’Orient, Yémen – Libye, ISIS / ISIL
– Ukraine, un an plus tard
– Le génocide arménien, 1915
– Ebola en Afrique
– Nouvelles Agence TASS – 110 ème anniversaire
– ELLE Magazine – 70 ème anniversaire
– Le changement climatique et l’environnement
– L’Europe et de l’Immigration
– la violence de la police aux États-Unis
– Tremblement de terre au Népal
– Histoires en Algérie, la Chine, l’Afghanistan, la Grèce, la Corée du Sud, l’Ukraine, la Bulgarie, l’Espagne, la Patagonie, le Royaume-Uni, la bande de Gaza, Haïti, la Colombie, la Belgique, l’Australie, l’Italie, le Honduras, le Nigeria, le Pérou, le Guatemala, le Mexique, le Venezuela, Malte et Cuba.

Des Rencontres

Perpignan est l’endroit où les professionnels convergent du monde entier pour y discuter de leurs problèmes, de débattre des questions liées à la production et l’utilisation de photos et l’avenir de la profession. C’est aussi le moment pour le public peut y découvrir ce que signifie le travail de photojournaliste au quotidien : choix des sujets, logistique, difficultés inhérentes à certains reportages…

Informations pratiques

© Edouard Elias

© Edouard Elias – Lauréat du Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik 2015

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité