Visa pour l’image, toute l’actualité du Photojournalisme

Visa pour l'image - Peter Bauza / Echo Photojournalism

Visa pour l’image  : L’actualité de l’année sur tous les continents : guerres, crises, politique, insolite, sport, culture, science, environnement… le Festival International du Photojournalisme

Du 27 août 2016 au 11 septembre 2016, tous les acteurs majeurs de la presse et de la photo du monde entier vont se retrouver une nouvelle fois à Visa pour l’image, le Festival International du Photojournalisme. En 2015, 245 000 personnes ont visité les expositions, près de 30 000 ont assisté aux soirées de projection, le tout en accès libre. Visa pour l’image est le le rendez-vous aussi des amateurs de la photographie de qualité, celle qui a du coffre et de la vitalité. Chaque année des milliers de visiteurs viennent profiter de toutes les expositions réparties dans toute la ville de Perpignan. Une grande diversité de sujets, de nombreux reportages, réalisés dans le monde entier sont à découvrir dans une trentaine d’expositions. Plusieurs soirées de projections sont organisées, permettant aussi et ainsi la possibilité de rencontrer de grands photographes, et de débattre lors de tables rondes. Le sujets de cette nouvelle cession sont à la hauteur de la folie de notre monde : Les migrants avec « Les chemins de l’espoir et du désespoir », « les enfants soldats en Colombie », « Femmes en exil », « Échapper à Daech », « Guerres d’ivoire », « Scènes de guerre en zone de paix », « Paco, la nouvelle drogue argentine », « Copacabana Palace, Brésil » etc…

« L’an dernier, nous avions pu ressentir, à Perpignan, une énergie bouillante. Finies, les lamentations sur la presse qui ne produit plus assez. Nous sentions un véritable enthousiasme. Il faut trouver de nouvelles manières de pouvoir continuer à travailler. Pas de solutions encore très concrètes, mais des idées qui fusent. Pleines de promesses. Les bourses, les prix qui se multiplient, à Visa pour l’Image aussi. En 2015, nous avons remis plus de 133 000 euros de prix à des photographes. Nous avons eu la preuve de cette vitalité avec le nombre de propositions que nous avons reçues cette année. Une année qui restera marquée par deux événements majeurs. Les attentats. Qu’ils aient lieu à Beyrouth, Istanbul, Ouagadougou, Bamako, Bagdad, Mogadiscio, Paris, Bruxelles, Orlando ou Nice (liste – hélas ! – non exhaustive), ils nous apportent toujours les mêmes images d’horreur. » Jean-François Leroy directeur et fondateur de « Visa pour l’image »

Les soirées :

Les soirées de Visa pour l’Image retracent les événements les plus marquants de septembre 2015 à août 2016. Chaque soir, du lundi au samedi, les projections débutent par une «chronologie» retraçant 2 mois d’actualité de l’année écoulée. Sont ensuite développés différents sujets et points de vue liés aux faits de société, aux conflits, ceux dont on parle et ceux que l’on tait, aux différents constats de l’état du Monde. Visa pour l’Image propose aussi des «rétros», retour sur des faits ou des personnalités majeurs de l’Histoire. Les différents prix Visa pour l’Image sont également remis lors de ces soirées.

Transmission pour l’image : 3 JOURS ÉCHANGES RENCONTRES TÉMOINS

Transmission pour l’image est un lieu d’échanges, de rencontres, mais surtout un passage de témoin de photojournalistes qui ont fait, avec nous, l’aventure de Visa pour l’Image. Transmission n’est pas un programme pour «faire des photos» mais est conçu à l’inverse : ce sont ces photographes et directeurs de la photo qui prennent le temps de parler de leur travail, de leurs choix, qui expliquent comment ils ont réalisé, édité, choisi et vendu leurs images. Transmission est là pour permettre à de jeunes photojournalistes de devenir les dépositaires de ces valeurs auxquelles Visa pour l’Image a toujours cru. Pour la troisième année, Christopher Morris est en charge de Transmission pour l’Image et a proposé à différents intervenants de renom d’être à ses côtés.

A voir aussi et notamment : 

– Les 30 ans de l’Agence VU’
– Hommage à David Bowie, à Prince et aux disparus de l’année
– Hommage à Peter Marlow, Antonio Zambardino, Leila Alaoui, David Gilkey, Majd Al Dairani et à tous les photographes et journalistes disparus cette année

Photo : © Peter Bauza / Echo Photojournalism – Copacabana Palace, Brésil

Tout savoir sur  « Visa pour l’image » le Festival International du Photojournalisme : Cliquez-ici

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Blumenfeld

la photographie mise à l’honneur : Studio Blumenfeld New York 1941-1960

Formé aux avant-gardes européennes de l’entre-deux guerres, Erwin Blumenfeld (1897-1969) construit l’essentiel de sa ...