Vichy Portrait(s) 3ème édition

Kourtney Roy

Depuis 2014, Vichy Portrait(s) confirme son engagement auprès de la photographie contemporaine en offrant une résidence à un artiste. Cette année c’est le photographe Turc Yusuf Sevinçli qui a arpenté un mois durant la ville et posé un regard plein d’humanité sur ses habitants.

La troisième édition de “Portrait(s)” réunit onze artistes. Dans les galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud, sont présentés Martin Schoeller, Bruce Wrighton, Alejandro Cartagena, Richard Pak, Kourtney Roy, Mat Jacob, l’Une et l’Autre, Off the Wall. L’Allemand Martin Schoeller réalise des portraits cadrés très serrés de jumeaux et face à ces visages en miroir, offrant de spectaculaires ressemblances, soulève la question de ce qui fonde l’individu et son identité.

L’Américain Bruce Wrighton a réinventé la street photography dans les années 80 avec ses portraits à la chambre 20X25 des gens modestes de Binghamton, une ville de l’Etat de New York où il vivait jusqu’à ce qu’il disparaisse prématurément à 38 ans, en 1988. Le Français Richard Pak est allé chercher l’émotion dans les foules des concerts de rock, guettant dans les visages des fans recadrés au plus près ces manifestations de ferveur, de fièvre ou de stupeur qui sont proches de l’extase ou de la transe. Le Dominicain Alejandro Cartagena dresse le portrait social et urbain de Mexico à travers une étonnante série de photos représentant des ouvriers mexicains qui se rendent chaque jour au travail, travailleurs invisibles parqués comme du bétail à l’arrière de pick-ups hauts en couleurs.

Kourtney Roy, jeune Canadienne établie à Paris, a imposé depuis quelques années sa haute silhouette dans des autoportraits qui manient autant le glamour que l’autodérision. Mat Jacob, Français lui aussi, a parcouru la Chine, le Mexique, la Russie, la Birmanie, la Cisjordanie, dressant une cartographie discrète et sensible de la planète et de ses habitants.

Sur l’esplanade du Lac de l’Allier, les promeneurs peuvent découvrir une exposition de l’Américain Elliott Erwitt. Cette figure mythique de l’agence Magnum présente une soixantaine de portraits tendres et espiègles, réalisés des années quarante à nos jours. Place Saint-Louis, ce sont les photos des Vichyssois, fruits d’une commande passée à Yusuf Sevinçli qui sont exposés. Ce photographe, familier des territoires urbains, a multiplié les rencontres au cours de son séjour à Vichy en mars dernier, prenant le temps de parler à chacun, créant un lien qui donne à chaque portrait une dimension à la fois intime et universelle. La manifestation, qui se tient du 12 juin au 6 septembre, est la seule en France à être centrée exclusivement sur l’art du portrait. Elle présente une pluralité de visions, célèbre toutes les formes de portraits, les plus classiques comme les plus inattendues. Elle s’appuie sur la tradition documentaire mais aussi sur des dispositifs plus conceptuels ou fictionnels, offrant un bouquet d’expositions à la fois exigeantes et grand public.

« C’est un festival qui grandit petit à petit. Sa force est de travailler une chapelle précieuse autour du portrait, qu’elle soit conceptuelle ou documentaire. C’est un thème vaste et riche », commente Fanny Dupéchez, directrice artistique.

Photo : Eloy, Arizona, 2015. Série inédite © Kourtney Roy

Le Prix photo de la Ville de Vichy

Le Prix photo de la Ville de Vichy inaugure la cinquième édition de son concours dont les photographies seront présentées du 12 juin au 6 septembre 2015. Le “Portrait” reste la thématique forte de ce concours photo, ouvert aux amateurs comme aux professionnels. Les photographes doivent présenter une série de 3 à 9 portraits maximum pour participer. Autour de cette thématique, près de 300 photographes, professionnels ou amateurs, de France ou d’ailleurs ont répondu au précédent rendez-vous de la Ville de Vichy. Dix-huit regards devraient une nouvelle fois être présentés à un jury composé de professionnels de la photographie ainsi qu’à différentes personnalités du milieu artistique et enfin au public.

Les photographies sélectionnées seront exposées dans les Galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud. Le jury remettra 3 prix , le prix du jury dans la catégorie “Professionnels”, le prix du jury dans la catégorie “Amateurs”, le prix du public.

Sarah Parks
Sarah Parks

Katie Parks & Sarah Parks, 2011. Série Identical © Martin Schoeller. Courtesy A. galerie, Paris

Katie Parks
Katie Parks

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Cueco - Conivence

Cueco : Connivence au Centre d’Art Contemporain de la Matmut

Le Centre d’Art Contemporain de la Matmut à Saint-Pierre-de-Varengeville accueillera du 15 avril au ...

Prix Nice Baie des Anges

20ème prix Nice Baie des Anges

Huit romans ont été sélectionnés par les membres du jury présidé par Franz-Olivier Giesbert ...

Cisac

Une répartition plus juste des revenus du numérique

Les créateurs réclament un modèle de répartition plus juste des revenus du numérique, qui ...