Verdun, la guerre aérienne au musée de l’Air et de l’Espace

Verdun, la guerre aérienne

Du 15 octobre 2016 au 29 janvier 2017, le musée de l’Air et de l’Espace consacrera sa nouvelle exposition à la première guerre mondiale sous le titre « Verdun, la guerre aérienne ». Si Verdun est indissociable du martyr enduré par les poilus, de la boue dans laquelle ils vivaient et de leurs souffrances, la bataille de Verdun fut également emblématique car elle marqua les véritables débuts de la guerre aérienne qui, investie d’un rôle à la fois politique et psychologique, contribua à la totalisation du conflit. C’est sous cet angle que le musée de l’Air et de l’Espace va aborder Verdun, révélant en exclusivité au public, grâce à des objets et des documents majeurs prêtés par de nombreuses institutions, comment cette bataille aérienne a inauguré un nouvel aspect des conflits au XXe siècle.

Grâce à la présence de plus de 170 pièces, et afin de rendre compte de l’arrière tout autant que du front tout en matérialisant le caractère total de la guerre aérienne, le parcours de l’exposition s’organisera autour de deux objets phares, le Nieuport XI, premier avion de chasse français produit en masse, et la voiture de sport de Georges Guynemer.

Alors que la bataille de Verdun n’avait fait l’objet, jusqu’à aujourd’hui, que d’une étude d’un point de vue aéronautique et militaire, l’exposition en proposera des angles d’approche différents, technique, industriel, sociétal, anthropologique, mémoriel, etc… afin de mettre en lumière les multiples dimensions d’une bataille qui inaugura une nouvelle ère de l’histoire des conflits.

C’est l’offensive allemande du 21 février 1916 qui provoque une prise de conscience, révélant la supériorité aérienne comme une nécessité à la fois tactique et stratégique alors que le haut commandement français tardait à reconnaître l’intérêt militaire de l’aviation. Si l’armée française, au printemps 1916, semblait dominer cette lutte acharnée et sans merci, grâce au chasseur Nieuport XI et à la mise en application d’une nouvelle doctrine : l’offensive à outrance, son coût humain était élevé et son efficacité pâtissait de problèmes de matériel. Comparés à la vie dans les tranchées, les pilotes étaient souvent considérés comme des privilégiés. Or, les vols étaient pénibles, les pilotes surmenés par de trop nombreuses sorties, et souvent traumatisés physiquement et psychiquement.

De part et d’autre du front, courant 1916, les raids meurtriers sur les villes se multiplient, signifiant à la population ennemie toute entière qu’elle est susceptible d’être frappée. Menaçant directement les civils, l’arme aérienne contribue ainsi à instaurer une guerre psychologique touchant toutes les sociétés impliquées. Relatés au jour le jour dans la presse, le retentissement médiatique de ce nouveau type de guerre est mis en valeur dans l’exposition qui explorera différentes formes de propagande.

Commissariat scientifique : Gilles Aubagnac et Clémence Raynaud – Conservateurs au musée de l’Air et de l’Espace

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité