• Participez au sixMic Crowfunding !

Univers’sel de Motoï Yamamoto et Jean-Pierre Formica

sel

« Univers’sel » aux tours et remparts d’Aigues-Mortes. Un dialogue entre le sel, l’art contemporain et le patrimoine !

Jusqu’au 30 novembre, l’exposition « Univers’sel » envahit le parcours des tours et remparts d’Aigues-Mortes, mettant en valeur le lien puissant qui unit ce monument au sel. De tout temps dans le paysage aigues-mortais, l’homme a dédié sa vie à la culture de ce précieux produit, une ressource naturelle et inépuisable. Vidéos, projections et reproductions de documents anciens, anime la visite et permet au public de s’immerger dans cette histoire : d’un littoral propice à la constitution du salin, le sel enjeu de pouvoir et de richesse, le rôle majeur du fort de Peccais, le commerce et les convois du Rhône, la modernisation industrielle du salin au XXème siècle.

Motoï Yamamoto et Jean-Pierre Formica sont les invités de cette exposition, leurs installations poétiques instaurant un dialogue entre ce matériau, l’art contemporain et le patrimoine. L’artiste japonais propose de délicates et poétiques installations, représentations de l’univers, dont il a puisé l’origine dans l’usage rituel et sacré du sel. Depuis 1994, à même le sol, ces immenses dessins d’une blancheur éclatante sont réalisés avec du sel, son matériau unique. Entre ses mains les cristaux s’écoulent comme d’un sablier. L’artiste trace patiemment, comme il le ferait avec un pinceau, une ligne blanche ininterrompue et tournoyante à l’aide d’une poche à douille remplie de sel en un geste répétitif semblable aux mantras d’un moine en plein rituel de prière. Le choix du sel est hautement symbolique, traditionnellement source de vie et élément purificateur, il est utilisé au Japon dans les cérémonies célébrant la vie ou la mort. Éblouissante, éphémère, risquant d’être détruite au moindre faux-pas d’un visiteur distrait, chaque installation est une expérience métaphysique. Motoï Yamamoto est représenté par la Galerie Particulière.

Jean-Pierre Formica peuple les tours de mystérieuses et symboliques présences, redonnant vie aux espaces désertés en confrontant l’histoire et la monumentalité du lieu, interrogeant la mémoire. Depuis les années 1970, Jean Pierre Formica puise son inspiration dans la culture méditerranéenne, travaille sur la tauromachie et la mythologie et par la même sur la mémoire, la trace, l’empreinte, l’accumulation, la sédimentation. Un propos qui trouve son expression dans la peinture, le dessin, les lavis mais aussi par la gravure, la sculpture et la céramique. … A partir de 2000, la sculpture est de plus en plus présente dans son travail. Tout d’abord des terres cuites ou bronzes faites d’empreinte, sorte d’archéologie moderne qui, par la suite, vont ressurgir de l’eau en devenant des sculptures de sel : formes noueuses, amphores hybrides ou bien encore des dizaines de mannequins telle une armée enfouie exprimant cette nouvelle nature.

L’approche artistique de ces deux créateurs oriente notre regard, nous faisant partager leur perception du monument au travers d’une autre histoire. Des ateliers, à destination des familles et des jeunes publics, et des conférences accompagneront l’exposition tout au long de sa présentation.

Tours et remparts d’Aigues-Mortes

Tours et remparts d’Aigues-Mortes
© Alain Lonchampt – Centre des monuments nationaux

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Nathalie Beras

l’Abstraction Spontanée de Nathalie Beras

Après Saint-Pétersbourg et Londres, et en attendant le Salon National des beaux-arts en décembre ...

Israël-Arino

Israel Ariño « Le nom qui efface la couleur »

Le photographe espagnol, Israël Arino, expose et présente son livre « le nom qui efface ...