• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Une nouvelle présentation de la collection d’art de la Tate Britain

Cholmondeley Ladies
British School, 17TH Century – The Cholmondeley Ladies-c.1600–10 © Tate

Une nouvelle Tate Britain verra le jour d’ici la fin de l’année 2013. Depuis la mi-mai, une nouvelle présentation chronologique de la plus grande collection au monde d’art britannique est proposée à la visite, et en novembre, les travaux de réaménagement menés par l’agence Caruso St John Architects viendront parachever le redéploiement du musée.

Depuis le 14 mai, les visiteurs peuvent découvrir les collections nationales d’art britannique de la Tate selon un accrochage chronologique, conçu comme une promenade à travers le temps de 1500 à nos jours. Le BP Display réunit un ensemble d’environ 500 œuvres sur une vingtaine de salles. Les plus grands artistes britanniques – William Hogarth, George Stubbs, Thomas Gainsborough, JMW Turner, John Constable, John Everett Millais, Gwen John, L.S. Lowry, Stanley Spencer, Francis Bacon, Bridget Riley, David Hockney, Rachel Whiteread ou Damien Hirst – y sont représentés.

Ce vaste panorama offre ainsi une présentation de l’art en Grande-Bretagne tout au long des 500 dernières années. Dans chacune des salles, les visiteurs peuvent retrouver les œuvres les plus emblématiques des collections de la Tate : de The Cholmondeley Ladies (c.1600-10), Colonel Acland, Lord Sydney: The Archers (1769) de Joshua Reynolds et Girl with a Kitten (1947) de Lucian Freud, aux œuvres de la période contemporaine, telles que The Chapman Family (2002) par Jake et Dinos Chapman, No Woman, No Cry (1998 ) par Chris Ofili, et 10pm Saturday (2012) de Lynette Yiadom-Boakye. Ces œuvres iconiques sont présentées aux cotés de celles d’artistes moins connus du grand public tels que Mary Beale (1633-1699), George Dawe (1781-1829), Nathaniel Hone (1831-1917), Mary Sargent Florence (1857-1954), Evelyn Dunbar (1906-1960) ou Jann Haworth (né en 1942).

Opérant des rapprochements surprenants, cette approche chronologique renouvelée permet d’établir des mises en perspectives inédites et stimulantes entre des œuvres, parfois séparées de quelques années seulement, mais très rarement associées. Un paysage des débuts de Gainsborough est ainsi mis en regard avec les personnages satiriques d’Hogarth. Les nus féminins gambadant joyeusement d’Alma Tadema dans A Favourite Custom (1909)—parfaite illustration du Revivalisme victorien—voisinent avec la sombre icône moderniste de Walter Sickert, La Hollandaise (1906). Souvent séparées lorsqu’exposées par mouvement ou par genre, ces œuvres se voient réunies grâce à l’accrochage chronologique qui donne lieu à une approche plus neutre sur la production artistique à un moment historique donné.

Mai 2013 marque également l’ouverture à la Tate Britain de nouvelles salles permanentes consacrées à deux des plus grandes figures de l’art britannique : William Blake et Henry Moore. Chacun de ces artistes, avec JMW Turner, bénéficie d’une relation historique particulière avec la Tate Britain. Ces nouvelles galeries visent à en rappeler l’histoire. Ainsi les Clore Galleries tout en étant toujours consacrées à l’œuvre de JMW Turner s’enrichissent-elles d’un focus additionnel sur Constable.

Henry Moore

Pour la première fois, l’œuvre du sculpteur Henry Moore (1898 -1986) bénéficie d’une présentation importante et permanente dans la capitale britannique. Ces nouvelles salles entièrement consacrées au travail du sculpteur s’ouvrent notamment avec une présentation qui met en lumière les commandes publiques monumentales produites par l’un des artistes les plus importants du 20ème siècle en Grande-Bretagne et sur sa relation avec la Tate. Parmi les plus importantes figurent de spectaculaires pièces à grande échelle telles que Recumbent Figure (1938) et Reclining Figure: Festival (1951) entourées de maquettes et de dessins.

William Blake

Célébrant la vie et l’œuvre de l’artiste visionnaire William Blake (1757-1827), la nouvelle et permanente Blake Room présente une sélection, amenée à être périodiquement renouvelée, de peintures, d’aquarelles ou de dessins issus des fonds exceptionnels de la Tate dont les célèbres The Ghost of a Flea (c.1819-20) et Newton (1795/c.1805). Un accrochage temporaire consacré à de récentes recherches sur le paysage chez Blake, un aspect encore très méconnu de son art, marque l’ouverture de la Blake Room.

En appui de ce parcours chronologique qui occupe le périmètre extérieur des salles, une série d’expositions temporaires, les BP Spotlight collection displays, vient former le cœur central de la présentation des collections. Ils permettent d’établir des focus sur des œuvres, des artistes ou des thèmes. Appelé à évoluer périodiquement, ce nouveau programme met notamment en lumière dans l’un de ses espaces un focus sur l’œuvre de Constable The Cornfield et dans un autre, l’influence de la peinture dans les débuts du cinéma. D’autres focus s’intitulent The Image of the British School qui viennent rappeler l’importance de certaines des premières acquisitions des collections de la Tate, tandis qu’un autre focus se penche sur le rôle de Basic Design et de ses principes dans l’apprentissage artistique. Enfin des BP Spotlights sont consacrés aux artistes contemporains Keith Arnatt et Rose Wylie tandis qu’une Artist Room est dédiée à Douglas Gordon.

Le dernier volet des nouvelles présentations de la Tate Britain sont des expositions temporaires offrant une approche transhistorique sur les collections d’art britannique du musée. Une première BP Exhibition s’intitule Looking at the View et s’intéresse au traitement du thème du point de vue dans le travail des artistes d’Outre-Manche.

Nota bene :

Le Tate Britain Millbank Project a été conçu afin de poursuivre les objectifs suivants :

Mai 2013 : Meet 500 Years of British Art

Augmentation de la capacité d’accueil et meilleures conditions d’accrochage

Neuf des salles de la partie sud, la plus ancienne du musée, ont fait l’objet d’une modernisation en profondeur afin de répondre aux critères d’exposition et de conservation du 21ème siècle avec reconstruction des murs, des toits et des sols. Le soutènement de certaines des salles a fait l’objet d’un renforcement afin de pouvoir supporter le poids de sculptures monumentales tandis que le contrôle de la température et le taux d’humidité ont été améliorés grâce à une meilleure isolation et ventilation ; de telles améliorations permettant d’offrir des conditions d’exposition optimum et une grande flexibilité de présentation pour les commissaires. De nouvelles salles ont par ailleurs été créées au sein et autour de l’ancienne boutique du musée, celle-ci ayant été déplacée dans la partie sud-ouest du musée.

Novembre 2013: Achèvement des travaux de rénovation

  • Transformation de l’entrée principale et de la Rotonde

L’élégante entrée à colonnade située face à la Tamise sur Millbank sera rétablie en tant qu’entrée principale de la Tate Britain. Les espaces du dôme de l’Atrium, à l’entrée du musée, seront accessibles depuis le niveau inférieur grâce un surprenant escalier en colimaçon. L’escalier permettra de créer un nouveau point de rencontre en vue d’améliorer l’orientation et la circulation des visiteurs. Le superbe balcon circulaire de la coupole de la Rotonde – fermé aux visiteurs depuis les années 1920 – sera de nouveau accessible par un nouvel ascenseur et un escalier en tant qu’espace réservé aux Amis de la Tate.

  • Placer l’approche pédagogique au cœur du projet muséographique

De nouveaux espaces pédagogiques seront construits spécialement autour des salles d’exposition afin d’assurer un accès direct aux œuvres. Une entrée et un espace spécifiques d’accueil pour les scolaires seront situés directement sous les marches de l’entrée sur Millbank. Cette entrée permettra l’entrée et la sortie des élèves depuis les jardins et offrira une salle à manger pouvant accueillir 120 enfants. De plus, une élégante salle ayant vue sur la Tamise, située juste au dessus de l’entré principale, aura pour fonction d’accueillir séminaires, événements publics et programmes éducatifs.

Une nouvelle expérience de visite

Le nombre de visiteurs à la Tate Britain a augmenté de 60% au cours des 10 dernières années, imposant une forte pression sur les espaces publics et les installations situés autour du bâtiment. Un nouveau café pourvu d’une terrasse extérieure sera édifié au niveau du jardin de l’entrée principale. Participant au mouvement de décloisonnement des espaces autour, au-dessus et au-dessous de la Rotonde, la boutique du musée sera déplacée afin de pouvoir offrir de meilleures conditions de présentation et de circulation aux visiteurs.

Les équipes qui mènent ces travaux de réaménagement sont l’agence Caruso St John, ainsi que les cabinets d’ingénieurs Alan Baxter & Associates LLP, Max Fordham LLP, et les agences conseil Turner & Townsend, Deloitte et Lend Lease en tant que maître d’œuvre.

 Tate Britain

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité