Une histoire, une théorie, un déluge – James GLEICK « L’information »

James GLEICK

Le livre de James Gleick, qui a obtenu le prix de la Royal Society 2012 qui est la plus haute récompense mondiale pour un livre de culture scientifique écrit à l’intention du grand public, raconte l’histoire de l’information à travers le temps, et comment l’humanité la conserve, la transmet et l’utilise. Comme l’a déclaré le Président du Jury : «L’information est un livre ambitieux et profond, écrit avec verve et brio, qui nous mène des tambours africains aux ordinateurs, en cueillant sur le chemin une ample moisson d’exemples et d’anecdotes significative. C’est un de ces très rares livres qui met en place un cadre nouveau pour la compréhension du monde

Si le best-seller de James Gleick « La théorie du chaos », avait déjà eu une forte influence sur le cours de la science, « L’information » répond à un projet encore plus étendu et ambitieux : expliquer à tous ceux que cela passionne comment l’information est devenue le fluide vital de notre monde.

Le livre débute à l’époque où paroles et pensées s’évanouissaient une fois prononcées. De l’invention de l’écriture et de l’alphabet en passant par les tambours africains qui transmettent les messages de village en village, puis des premiers dictionnaires, au télégraphe, au téléphone et à wikipedia, Gleick nous raconte avec son habituel talent et son sens inné du détail enjolivé de savoureuses anecdotes, l’histoire des technologies de l’information qui ont pris la place de la mémoire et de la transmission orale et ont changé la conscience humaine. Quel qu’en soit le support, tambours de brousse ou alphabet Morse, l’auteur nous explique les idées fondamentales de la théorie de l’information: nature digitale de l’information, redondance et correction d’erreur, compression sans perte, mesure du contenu d’information et optimisation de la transmission.

Le lecteur est ainsi bien préparé quand arrive le moment-clé du livre, à savoir la formulation en 1948, par Claude Shannon, jeune mathématicien formé à la cryptographie et à la téléphonie, et qui a croisé Turing, de la théorie de l’information, où se télescopent information, hasard, communication, et la mystérieuse entropie. Ces idées sont accueillies avec faveur dès les années 50 tant en psychologie et qu’en linguistique.

La biologie, après la découverte de l’ADN, adopte le langage de l’information: code génétique, alphabet, copie, erreurs de copie (les mutations), enzymes traducteurs et correcteurs. Dawkins perçoit les êtres vivants comme des machines à conserver et à transmettre l’information contenue dans les gènes. La physique quantique à son tour se réinterprète dans ce langage. Pas de souci, grâce aux analogies suggestives qu’introduit Gleick ainsi qu’aux nombreuses anecdotes, tous ces concepts demeurent accessibles même à ceux qui demeurent réfractaires à la science. Mais si l’information ne bouleverse pas seulement la compréhension du monde, elle bouleverse le monde: l’informatique a entraîné une révolution sociale par son déluge d’information qui a placé l’homme devant un nouveau défi.

Biographie de l'auteur

Ancien responsable de la rubrique science au New York Times et auteur de trois livres traduits en français : La théorie du chaos (Albin Michel, 1987), Le génial professeur Feynman (Odile Jacob, 1994), et Isaac Newton (Dunod,2004), l’information a été vendu à 125 000 ex. aux États-Unis, et traduit en quinze langues.

Le site de  James Gleick :  

http://around.com

James GLEICK

James GLEICK

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Isabelle Saporta

Isabelle Saporta : Du courage !

Le courage serait un mot désuet. Un terme qui appartiendrait à un passé révolu, ...

Antoine Sire - Hollywood, la cité des femmes

Antoine Sire signe Hollywood, la cité des femmes

Ecrivain et cadre dirigeant dans la communication, après un roman et de nombreux articles ...

Elsa Marpeau

Elsa Marpeau « Et ils oublieront ma colère »

2015, c’est l’année des 70 ans de la vieille dame indigne, la dame en ...