Très Court International Film Festival

18e édition du Très Court International Film Festival

C’est par cette très belle photo de Marianne Ciaudo que s’ouvrira dans quelques jours le festival 2016 des très courts métrages.

Petit frère du court-métrage, le Très Court permet les expérimentations les plus innovantes et les plus spectaculaires : avec moins de 3 minutes d’images hors titre et générique, un budget plus accessible, et une multitude de genres tel la fiction, l’animation, le micro-docu, le clip, le blog video… Il offre une liberté et une créativité totales. En reflétant l’état de la création contemporaine en urgence, ces films offrent un coup d’œil panoramique sur nos sociétés actuelles.

Le Très Court International Film Festival est un événement sans frontières, avec des projections durant 9 jours en simultané dans près de cent villes en France et dans 23 autres pays, du Golfe de Guinée au Pacifique Nord, des villes-mondes nord américaines jusqu’aux terres du Printemps Arabe, de l’Amérique centrale aux pays de l’ancien Bloc de l’Est. Le programme phare du festival, c’est la compétition internationale, une cinquantaine de films de moins de 3 minutes représentant le meilleur et surtout le plus court de la production audiovisuelle mondiale de l’année, production en pleine expansion puisque ce format audio-visuel est en pleine expansion, en tv et surtout sur internet, sur tablettes et mobiles, où le visionnage de vidéos très courtes fait partie des nouveaux usages.

Le Très Court International Film Festival c’est 17 ans d’existence, 30 000 spectateurs en 2015, 10 000 en France, 20 000 dans le monde et 3 000 films visionnés chaque année. C’est aussi : 150 films, 3 compétitions, 4 programmes thématiques, plusieurs sélections locales, 3 jurys, 9 prix et 1 vote du public ! À contre-courant d’une globalisation imposée et d’une uniformisation des cultures, le festival donne à voir une création localisée et ancrée dans des sociétés diverses et surprenantes. À chaque ville son lieu, sa date et son public, le tout au service d’un événement d’envergure !

Paroles de Femmes, est un programme en compétition créé par les Très Courts Montpellier, et diffusé dans le réseau du festival. Ce programme international laisse la part belle aux films de femmes, et également à tout film dont le personnage central est une femme. Un tour du monde de points de vue de femmes, en très court.

film paroles de femme

Différences est également une sélection en compétition, qui s’intéresse à tout ce qui ne rentre pas dans les normes. Nous sommes tous uniques, et donc hors norme. Certains le sont un peu plus que d’autres

film differences

Autour des compétitions, les programmes Around the Très Courts regroupent un certain nombre de sélections hors compétition, diffusées dans les villes qui souhaitent organiser des projections thématiques ou régionales. Un label qui s’invite sur vos écrans pour donner un coup de projecteur sur tous les talents près de chez vous.

film around the tres courts

Pour cette 18e édition, c’est l’actrice et réalisatrice Aure Atika qui présidera le jury du Très Court International Film Festival.

Révélée très jeune pour son rôle dans « L’Adolescente » de Jeanne Moreau, Aure Atika poursuit une carrière cinématographique et télévisuelle prolifique, encore récemment puisqu’on la retrouve à l’affiche de « Tout pour être heureux » de Cyril Gelblat (au côté de Manu Payet et Audrey Lamy, aujourd’hui à l’affiche). Parmi ses grands rôles, on note celui de la touchante Aline dans « De battre mon coeur s’est arrêté » (de Jacques Audiard, avec Romain Duris), celui de la mère courage Nassera dans « La Faute à Voltaire » (d’Abdellatif Kechiche), ou encore dans la série à succès « Les Hommes de l’Ombre« , où elle donne la réplique à Carole Bouquet.

Mais c’est en 2003 qu’elle se lance dans la réalisation avec un premier cour-métrage engagé : « A quoi ça sert de voter écolo ? » (avec Elodie Bouchez, Roschdy Zem, Léa Drucker et Philippe Rebbot) qui obtiendra le prix de la fondation Beaumarchais. S’en suivront 2 autres courts « De l’amour » en 2007 (avec Jonathan Zaccaï qui décroche le prix du meilleur acteur au Festival de Cabourg pour ce rôle) et « On ne badine pas avec Rosette » en 2013 (présenté à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes cette année-là).

C’est avec ce double regard d’actrice et de réalisatrice qu’elle jugera les très courts-métrages qui lui seront présentés lors de ce 18e Très Court Festival.

Le festival du très court c’est un festival de cinéma, avec un palmarès, des lauréats, des trophées et une remise de prix.

[vc_list icon= »dot-2″ icon_color= »#dd9933″]

Compétition Internationale

  • Grand Prix : 1 500 €
  • Prix de l’Originalité : 500 €
  • Prix de l’Animation : 500 €
  • Prix du Public : 500 €
  • Prix Œil de Links – Canal+ : un achat de droit pour diffusion sur Canal+ Compétition
[/vc_list][vc_list icon= »dot-2″ icon_color= »#dd9933″]

Paroles de Femmes

  • Prix du Droit des femmes : 1 000 € Les récompenses sont remises à Paris, à l’issue de la projection au Forum des images.

Le Prix du Public est quant à lui décerné après dépouillement des votes massifs et démocratiques de tous les spectateurs dans chaque pays participant.

[/vc_list]

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Jamel Debbouze

« Pourquoi j’ai pas mangé mon père » réalisé et interprété par Jamel Debbouze

"Pourquoi j'ai pas mangé mon père", Jamel Debbouze raconte ici son périple, d'acteur, de ...

brice de nice

« Brice 3… parce que le 2 je l’ai cassé! »

Aux côtés de Jean Dujardin, on retrouve Cornillac ainsi que Bruno Salomone et toute ...