• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Tokyo Rumando : I’m only happy when I’m naked

Tokyo Rumando

La Galerie Taka Ishii Photography présente du 30 juin au 27 août 2016 la photographe Tokyo Rumando  « I’m only happy when I’m naked » – « Je suis heureuse uniquement lorsque je suis nue  » 

Pour sa première exposition solo à la galerie parisienne Taka Ishii, Tokyo Rumando nous présente 8 photographies issues de sa dernière série « Orphée » ainsi qu’une sélection d’une centaine de polaroïds.

Après avoir été au coeur de nombreux shootings tout au long de ces dernières années pour des films et des magazines, Tokyo Rumando, autodidacte, est passée devant l’objectif et, poursuivant dans l’optique de ses précédentes expériences, elle se livre à des expressions spontanées, travaillant sur des autoportraits où elle se dévoile nue, considérant sa pratique photographique comme une manière de se reconstruire.

Dans sa série datant de 2014 « Orphée », elle se révèle à elle-même, nue, devant un miroir circulaire géant, les mémoires, les projections, les peurs et les désirs se reflétant derrière sa surface. La séquence d’images véhicule différentes femmes qui ne sont pourtant au final que la même personne, remettant en question son sens de l’identité sans afficher une réelle volonté de se remettre en question: à partir de la figure en face du miroir jusqu’aux images qui s’y reflètent, tout fait partie d’un ensemble cohérent, et les limites qui distinguent l’intérieur de l’extérieur semblent disparaître.

Tokyo Rumando utilise le miroir comme une frontière chronologique entre passé, présent et futur, ainsi, les images servent à révéler, paradoxalement, que le passé et le présent peuvent coexister sans cesse. Initialement intitulé « Projection⇔Introduction », la série montre les moyens par lesquels elle réfléchit sur le passé: «Je suis en train de façonner mon moi intérieur à nouveau, me projetant sur une image puis la réintroduisant à l’intérieur. Plutôt que de trouver, je dirais que je reçois quelque chose.  »

Le titre de l’exposition «Je suis heureuse uniquement lorsque je suis nue » a également été une phrase clé de ses œuvres depuis qu’elle a fait ses débuts avec « REST 3000 ~ SÉJOUR 5000 ~, » une série d’images photographiées dans les hôtels d’amour japonais qui combinaient réalité et fiction.

« Le fait de changer afin de s’adapter aux autres personnes et aux circonstances est devenu tout à fait la norme aujourd’hui, et il n’y a pas que sur les vêtements et le maquillage. Nous continuons à mettre de plus en plus de masques, mais la vraie libération passe par le dépouillement. Même si beaucoup de ces masques sont un fardeau que je voudrais enlever, je ne peux pas me débarrasser d’eux aussi facilement et aussi longtemps que je vivrai. Je sens combien ils sont nécessaires pour survivre dans cette société. Peut-être que derrière certains de ces masques nous nous sentons à l’aise, mais il pourrait s’avérer tout simplement que nous avons peur de les enlever. Ce slogan est ma prière quotidienne. » a précisé Tokyo Rumando, dans « Le regard infini du regard ».

Ses Polaroïds répondent à cette idéologie, et sont la preuve de son désir d’emplir ses œuvres de folie en accumulant de nombreuses images et en les entassant dans un seul espace. L’exposition est une réelle introduction au monde photographique de Tokyo Rumando, artiste émergente qui a récemment présentée dans une exposition de groupe «Exécution de l’appareil photo» à la Tate Modern de Février à Juin ici 2016 et a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles.

Photo : Tokyo Rumando « Orphee »(U3), 2014, gelatin silver print, image size: 23.2 x 32.9 cm, paper size: 27.9 x 35.6 cm © Tokyo Rumando

Tokyo Rumando

Polaroid 2005, polaroid, image size: 9.1 x 7.3 cm, paper size: 10.3 x 10.1 cm © Tokyo Rumando

Informations pratiques

Tokyo Rumando Self-portraits 3Chapters Trailer

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité