Taryn Simon : Vues arrière, nébuleuse stellaire et le bureau de la propagande extérieure

Folder

Après la Tate Modern de Londres en 2014, la Neue National galerie à Berlin en 2011 et le MoMA à New York l’année suivante, le Jeu de Paume est la première institution parisienne à accueillir Taryn Simon.

New Yorkaise née en 1975, cela fait plus de dix ans que Taryn Simon investit des champs aussi divers que la politique, les sciences, la génétique, la sécurité, l’éthique, la généalogie, la justice… dans lesquels elle met en évidence la précarité des mécanismes de survie ainsi que la puissance et la nature du secret.

Le Jeu de Paume présente cinq séries emblématiques du travail de l’artiste : The Innocents (2002), An American Index of the Hidden and Unfamiliar (2007), Contraband (2010), A Living Man Declared Dead and Other Chapters (2009-2012), The Picture Collection (2013), ainsi que trios vidéos : Exploding Warhead (2007), The Innocents (2003) et Cutaways (2012).

Grâce à cette exposition, le public va pouvoir connaître, découvrir et comprendre la recherche artistique de cette artiste incontournable de la scène internationale à la démarche aussi unique et rigoureuse que discrète et talentueuse.

Taryn Simon associe texte et image, les combine, les confond à travers des traductions, des arrangements, des manipulations et interprétations diverses. Elle recherche ce qui intrigue, capte l’insolite, traque l’étrange, pour appréhender notre monde sous des angles inhabituels et nous faire prendre conscience de l’adversité qui règne dans notre société.

L’exposition s’accompagnera de visites commentées, ainsi que de cycles de cours et de visites pour les enfants et ados. En 2015, Taryn Simon participera à la 56e exposition internationale d’art de la Biennale de Venise.

Photo : Folder: Express Highways, The Picture Collection, 2013 Archival inkjet print / 119,4 x 157,5 cm framed Courtesy of the artist © 2014 Taryn Simon

Cutaways, 2012

Cutaways, 2012
Single Channel Video, 3 minutes
Dimensions Variable
Courtesy of the artist © 2014 Taryn Simon

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Festival copy

Le Festival du Regard 2016

Le Festival du regard, c’est Éric Vialatel, qui a décidé d’installer la photographie dans ...

Anja Niemi

Anja Niemi : La Femme Qui N’a Jamais Existé

Fondée par Valérie-Anne Giscard D’Estaing et spécialisée dans la photographie contemporaine figurative, présente des ...

Nobuyoshi Araki, 'Polanography', 2016, two Polaroids cut in the middle and attached, 10.8x8.9cm, Unique, Unframed

Nobuyoshi Araki en Polanography

La galerie &co119 présente du du 8 avril au 25 juin, l’exposition « Polanography ...