• Soutenez artsixMic
  • Cannes en Direct :

Steichen – Rodin : un dialogue artistique au Musée Rodin

Steichen - Rodin : un dialogue

L’exposition « Steichen / Rodin : un dialogue » est le reflet d’une belle histoire d’amitié entre deux hommes, entre un photographe et un sculpteur. 

La vie d’Edward Steichen est marquée par une longue carrière artistique riche et diversifiée : connu surtout pour ses œuvres photographiques, il était également peintre, réalisateur, curateur au MoMA, jardinier et expérimentateur passionné. Fils de Jean-Pierre Steichen et Marie Kemp, Édouard Jean Steichen naît le 27 mars 1879 à Bivange au Grand-Duché de Luxembourg. Edward Steichen a aussi joué un rôle important d’intermédiaire culturel entre l’Europe et les États-Unis, non seulement en amenant les nouvelles techniques en photographie d’un continent à l’autre, mais aussi en présentant au public américain la modernité européenne dans son magazine trimestriel Camera Work, ainsi qu’à travers l’organisation d’expositions d’artistes européens (Cézanne, Picasso, Matisse… et Rodin) à New York (Photo-Secession; Gallery 291) dès 1905.

Steichen / Rodin : un dialogue

L’exposition « Steichen / Rodin : un dialogue » est le reflet d’une belle histoire d’amitié entre deux hommes, un photographe et un sculpteur, un Américain d’origine luxembourgeoise et un Français, dans la capitale de l’art au début du XXe siècle. Évoquant le dialogue noué entre Edward Steichen et Rodin, cette exposition est présentée à l’occasion de la Visite d’État en France de Leurs Altesses Royales le Grand-Duc et la Grande-Duchesse de Luxembourg. Elle est le fruit d’une collaboration entre le musée Rodin et le Musée national d’histoire et d’art de Luxembourg.

Auguste Rodin a joué un rôle primordial au début de la carrière artistique du jeune photographe Edward Steichen, de 39 ans son cadet. Selon les mémoires de Steichen, c’est l’admiration vouée à Rodin qui l’incita à venir à Paris. Quant à Rodin, il vit en Steichen un artiste de grand talent qui lui permit de révéler une de ses œuvres incomprises, la statue de Balzac, et rendra souvent hommage à son travail.

Tout commence par une photographie en 1898. C’est dans les pages du journal de Milwaukee qu’Edward Steichen, alors simple ouvrier lithographe, découvre le monument à Balzac. La sculpture de Rodin est alors au cœur d’un scandale qui oppose le sculpteur à la Société des gens de lettres. Très loin des représentations académiques, l’œuvre provoque un choc si fort qu’elle paraît à Steichen l’œuvre la plus extraordinaire qu’il ait jamais vue. En 1900, il décide de se rendre à Paris où sa première sortie est dédiée à l’exposition de Rodin place de l’Alma. Il va pourtant attendre un an avant de rencontrer le sculpteur. C’est le peintre norvégien, Fritz Thaulow, qui apprécie sa peinture qui le présente à l’artiste en 1901. Rodin, séduit par l’enthousiasme et le savoir-faire du photographe, l’autorise à lui rendre visite dans son atelier du Dépôt des marbres. Pendant une année, Steichen se rend chaque samedi, jour de réception de Rodin, rue de l’Université où il réalise plusieurs portraits du sculpteur. Il photographie aussi de manière très personnelle quelques-unes des sculptures qui peuplent l’atelier. Entre 1900 et 1914, Steichen multiplie les allers-retours entre Paris et New York, jouant un rôle de passeur d’idées. En 1908, c’est à Steichen que Rodin s’adresse quand il décide de lancer une grande campagne photographique autour du Balzac. En effet, depuis 1898, profondément meurtri par les violentes critiques de la presse et du public, il refuse d’exposer et de photographier sa sculpture. Dix ans ont passé, il décide de montrer à nouveau cette œuvre qu’il considère comme le pivot même de son esthétique. C’est à la demande de Rodin que Steichen photographie le Balzac en plâtre la nuit dans le jardin du sculpteur à Meudon. Rodin attend beaucoup de ce travail qu’il découvre avec beaucoup d’émotion. «C’est le Christ marchant dans le désert» dit-il dans un premier temps avant de poursuivre après un long silence: «Vos photographies feront comprendre au monde mon Balzac» rendant ainsi un bel hommage au travail du photographe.

Michel Polfer, Directeur du Musée national d’histoire et d’art Luxembourg, souligne : « Cette première coopération entre le Musée National d’Histoire et d’Art du Luxembourg et le Musée Rodin est une très belle occasion de rendre compte de ces échanges et de cette amitié entre deux artistes majeurs, le sculpteur français Auguste Rodin et le photographe Edward Steichen d’origine luxembourgeoise. C’est également une chance supplémentaire d’évoquer le patrimoine conséquent légué par Steichen notamment au Luxembourg et, nous l’espérons, de provoquer la curiosité du public à son sujet. »

Photo : Edward Steichen, Towards the Light, Midnight, 1908 – Copyright: (c) The estate of Edward Steichen / ADAGP, Paris

Steichen / Rodin : un dialogue
Exposition jusqu’au 25 mars 2018

Musée Rodin
77 rue de Varenne
75007 Paris

http://musee-rodin.fr

Musée national d’histoire et d’art Luxembourg
Marché-aux-Poissons
L–2345 Luxembourg

http://www.mnha.lu/

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?