« Shock Bang One » une exposition de Robert Einbeck

Robert Einbeck

Du 24 mars au 19 avril 2014, à l’invitation d’ Euni Ahn Allard de la Galerie 89, Robert Einbeck transforme la vision d’un objet symbole de violence et de mort, le barillet en symbole de paix au travers de mandalas, rosaces. Couleurs, lumières et contrastes accentuent cette féerie entêtante.

Ces peintures ont pour symbole le barillet dont l‘artiste détourne l’objet pour le transformer en un objet d’émotion, d’introspection mais également de réflexion en évoquant de manière détournée ce que sont les violences contemporaines. Violences familiales, urbaines, guerrières mais aussi violences de l’être humain envers lui- même.

En créant ce décalage, en le dissociant du contexte mortifère, pour lequel il a été créé, le barillet suscite ainsi un message humaniste. « Mon intention est de conduire le spectateur à une prise de conscience, pour que la nouvelle symbolique impliquée dans un processus d’introspection fasse basculer son appréhension pour la mener vers une inspiration » ajoute l’artiste.

Ainsi l’image picturale libérée de sa rigidité homicide acquise avec le temps peut apparaître porteuse d’une nouvelle énergie intérieure. Réhabilitée, elle se dégage de l’ombre pour se placer dans l’interrogation. L’archétype se condense en énergie spirituelle et s’offre en objet de sérénité. Cette exposition a été précédemment présentée au Frost Art Museum de Miami (affilié aux musées de la Smithsonian Institution de Washington)

A PROPOS DU SHOCK BANG SHOW PROJECT

Cette exposition est les prémices d’un projet artistique plus vaste coproduit et élaboré par Robert Einbeck avec la collaboration du producteur de musique James Barnett (UK). Shock Bang Show Project est la rencontre de l’art visuel, de la musique et de la chanson populaire afin d’entraîner un élan qui puisse éveiller les consciences sur la violence.

ROBERT EINBECK

Robert Einbeck, né en 1944 débute sa carrière à Paris dans les années 70. Artiste international, il est désormais exposé aussi bien dans les galeries que les musées. Ses œuvres sont d’ordre contemplatif dans la lignée de Mark Rothko, Barnett Newman ou James Turrell. Elles font partie de collections internationales et sont installées dans des lieux publics comme la série de toiles monumentales intitulée « Espace de Méditation » exposée dans le foyer de l’Auditorium, de la Bibliothèque Nationale de France.

A la suite d’une exposition qui lui est consacrée après Robert Rauschenberg en 1992 chez Lemarié Tranier Gallery à Washington, Robert Einbeck fait une pause pour s’investir dans les « Time for Peace Film & Music Awards » (http://www.timeforpeace.com) qui découlent du projet conceptuel et tridimensionnel « Einbecks’s Time for Peace Project ». Depuis 2012, l’expression artistique lui manquant, il reprend ses pinceaux !

GALERIE 89

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Franka Severin

Franka Severin : Un jour… un évènement

L’artiste italienne Franka Severin expose une trentaine de peintures à La Chapelle Sainte-Elisabeth de ...

Rebecca Dautremer

La Galerie ROBILLARD présente Rebecca Dautremer

Ce qui caractérise le travail de Rebecca Dautremer, c’est non seulement la précision et ...

Arca

ARCA, sono et slomo spatia au Générateur

Toujours libre et indépendant, le Générateur a dix ans ! Une décennie après sa ...