SCOOP : une histoire graphique de la presse

SCOOP

Scoop est une exposition qui raconte 400 ans d’histoire des journaux quotidiens. En 2008, le collectionneur lyonnais Bernard Gelin faisait don au Musée de l’imprimerie et de la communication graphique un fonds d’environ 30 000 journaux français et étrangers, la partie française comptant à elle-seule 5 473 titres, dont 3 201 de quotidiens et 14 173 exemplaires !

Cet ensemble constitue une richesse unique car il s’y trouve certains exemplaires des tous premiers journaux français et qui couvrent pour certains des périodes de l’histoire de France, marquées par une intense effervescence de la presse, telles la Révolution française, celle de 1848, la Commune de Paris, les Grandes Guerres… Ces exemplaires, bien souvent absents des collections publiques, permettent, outre de redécouvrir, au fil des pages, les événements qui ont marqué l’actualité nationale ou internationale, de se rendre compte de l’évolution graphique de ce produit éditorial si particulier qu’est le quotidien.

Depuis qu’ils existent, les journaux ont été à l’avant-garde de tous les bouleversements de l’imprimerie et de la communication graphique. Ils se sont transformés en fonction de critères techniques mais aussi économiques, sociaux et culturels.

Avec près de 250 journaux et objets, l’exposition Scoop raconte l’histoire de l’évolution de la mise en page du journal : l’organisation en colonnes, les rubriques de mieux en mieux ordonnées, l’actualisation de la « une » par l’apparition de grands titres et d’illustrations bientôt photographiques.

Le public découvre aussi l’histoire de l’évolution des moyens d’impression, depuis l’imprimerie gutenbergienne capable de produire beaucoup d’exemplaires mais à grands frais, jusqu’au numérique et à l’offset d’aujourd’hui, et comprend quelle a été l’évolution des métiers liés à la presse, des premiers « gazetiers » au journaliste naissant, du patron de presse à la constitution de groupes.

Le quotidien régional Le Progrès a largement ouvert ses archives photographiques pour évoquer les innovations qui l’ont transformé. Au moment où les journaux abordent un tournant, l’exposition Scoop entraine une prise de conscience et une réflexion. En effet, hormis dans les pays émergeants, la presse papier perd du terrain, certaines villes américaines n’ayant déjà plus de quotidiens.

Le dernier rapport du Reuters Digital News Report fait apparaitre que 46 % des habitants de 12 pays industrialisés testés s’informent au moins une fois par semaine via leur smartphone et que pour 58 % des Français, la première source d’information est… la télévision, contre 3 % pour la presse écrite.

Sans doute les journaux ont-ils raison de s’interroger sur la forme que prendra leur avenir. Mais comme le montre l’exposition Scoop, la presse a résisté à beaucoup de systèmes et à de nombreux aléas historiques, sociaux, structurels. Elle a changé plusieurs fois de modèle économique, ce qui a forcément un impact sur le paysage éditorial, mais ses missions de créatrice d’opinion demeurent et perdurent, c’est cela que nous montre l’exposition.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Jesús Rafael Soto

L’illusion cinétique de Jésus-Rafael Soto illumine le Musée Soulages

Le musée Soulages présentera pour sa quatrième exposition temporaire, une rétrospective consacrée au grand ...

Liu Bolin

Art Paris Art Fair 2014 en Images – Bilan

L’édition 2014 d’ART PARIS ART FAIR, qui réunissait 140 galeries de 20 pays, s’est ...