• Participez au sixMic Crowfunding !

Romain Bernini : New Ecstatic Island

Romain Bernini

New Ecstatic Island, la nouvelle exposition de Romain Bernini à la Galerie Suzanne Tarasieve

L’artiste peintre Romain Bernini a entamé sa carrière artistique dès la fin de ses études en arts plastiques et en esthétique. Nominé pour plusieurs prix (Prix Fénéon, Prix de dessin David-Weill, Grand Prix de Peinture de St Grégoire), il est sélectionné pour le 51e Salon d’Art Contemporain de Montrouge en 2006 et multiplie depuis les expositions. Parmi les influences qu’avoue l’artiste, on trouve certains peintres expressionnistes tel Schiele, Freud Soutine et Bacon, les entretiens de ce dernier ayant été déterminants lorsqu’il compare ses fonds à des arènes.

Romain Bernini est attiré par les pratiques artistiques qui construisent un rapport au corps tout à fait particulier, tel le travail de Francis Alÿs et sa réflexion sur la marche et sa position de touriste au monde. Mais il cite également Marc Desgrandchamps, pour les couleurs et coulures de ses peintures, et certains artistes de L’Ecole de Leipzig tels que Daniel Richter ou Tim Eitel auxquels il demeure sensible.

En quelques années de pratique, l’artiste a su créer et développer son propre langage, s’intéressant aux territoires de la figure et du paysage dont il nous livre avec passion et fascination, sur grand format, son interprétation. Ici point de message, qu’il soit de solitude, de tristesse ou d’espoir, seul le public qui pénètre les tableaux y trouve un sens en créant sa propre histoire.

Les sujets de Romain Bernini semblent venir d’ailleurs, nous paraissant étrangers alors qu’ils font partie du présent de chacun de nous. Masques primitifs, plantes exotiques foisonnantes, paysages montagneux et crépusculaires, poses corporelles intrigantes, visage borgne, dolmen effondré, chacun nous intrigue alors que nous les avons tous côtoyés. New Ecstatic Island, la nouvelle exposition de Romain Bernini à la Galerie Suzanne Tarasieve, reflète la volonté de l’artiste de se projeter dans notre monde et de s’y interroger : Qu’est ce que la mondialisation ? Qu’est ce qui est extérieur à moi-même ? Puis-je me reconnaître dans cet autre ?

Pour trouver une réponse à sa réflexion, l’artiste s’est emparé, cette fois-ci, d’images de l’ oiseau exotique par excellence qu’est le perroquet dont il existe près de 300 espèces, et qui peuvent imiter la voix humaine. Colorées, hésitantes et parfois même inquiétantes, l’oiseau nous observe depuis ces toiles qui prennent le spectateur à parti, le mettant en attente d’un futur quasiment déjà consommé.

Romain Bernini

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Hotel Kalifornia

Hotel Kalifornia by Louis Lefebvre

Le panorama artistique de la scène californienne des années 2000 à aujourd’hui sera à ...

Manon BaRa, femme étonnée, femme étonnante, femme détonante !

Manon Bara est une artiste multi disciplinaire, multi tâches, multifonctions. C’est une peintre jusqu'au ...

ParisBerlin

ParisBerlin>fotogroup avec les collectifs Caravane (Bruxelles) et neunplus (Berlin)

ParisBerlin>fotogroup est une association, qui s’engage, depuis 2001, à exposer et à assurer la ...