Françoise Chandernagor : Quand les femmes parlent d’amour. Une anthologie de la poésie féminine

Françoise Chandernagor - Anthologie de la poésie française

Françoise Chandernagor  » Quand les femmes parlent d’amour. Une anthologie de la poésie féminine ». Suzanne Julliard  » dix siècles de poésie « . Anthologie de la poésie française. Juliette Darle « Les Portes du temps ».

A l’automne se succèdent les passages de grues dans le val, les cris au­ dessus des demeures et l’on s’émerveille follement de ces étranges voyageuses en route vers le sud. Dans ce val de Creuse qui garde souvenir des transfigurations de Claude Monet, des couleurs de Picabia et de ces chants qui superbement prennent naissance du côté de George Sand, de Juliette Darle et de quelques autres visionnaires. C’est à« la saison des grands départs d’oiseaux», que le nom de Juliette Darle apparaît curieusement dans l’actualité, à l’occasion d’anthologies de poésie, d’un débat aussi dans Le Figaro littéraire (20 octobre 2016).

« L’évènement littéraire » du Figaro consacrait une page à Françoise Chandernagor, à la publication de son « Quand les femmes parlent d’amour. Une anthologie de la poésie féminine». Et Mohammed Aïssaoui arbitrait pour Le Figaro littéraire un débat entre Françoise Chandernagor (de l’Académie Goncourt) et Suzanne Julliard qui publia en 2002 de remarquables études sur « dix siècles de poésie». (Anthologie de la poésie française, Editions Bernard de Fallois). Dans Le Figaro, Suzanne Julliard répondait à son interlocutrice : « Vous savez ce que c’est une anthologie : une question de choix. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt la vôtre. J’aurais retenu quatre femmes poètes (Renée Vivien, Cécile Sauvage, Hélène Picard et Juliette Darle) que j’aimerais réintégrer dans une réédition, si cela était possible ». André Darle

Françoise Chandernagor, à la publication de son « Quand les femmes parlent d’amour. Une anthologie de la poésie féminine»  : Dans cette anthologie très personnelle, les textes émanant de femmes poètes francophones de tous horizons sont accompagnés de récits détaillés de leurs vies, souvent riches en péripéties. De ces regards de femmes sur l’amour émerge peu à peu, au sein d’un patrimoine poétique jusqu’ici essentiellement masculin, un chant singulier. De la très sensuelle Béatriz de Die à la romantique Marceline Desbordes-Valmore, de la sulfureuse Renée Vivien à la pieuse Marie Noël, des  » troubadouresses  » aux  » garçonnes  » et des plumes québécoises aux plumes libanaises, ce choix offre au lecteur la chance de découvrir de grandes poétesses restées injustement ignorées. On constate en effet, une fois de plus, que dans ses jugements le  » milieu littéraire  » fut et demeure résolument misogyne… Un panorama incomparable de l’amour vu par les femmes poètes de langue française.

Issue d’une famille de maçons creusois alliés aux descendants d’un esclave indien, Françoise Chandernagor, première femme sortie  » major  » de l’ENA où elle entre à l’âge de 21 ans, abandonne bientôt le droit et la magistrature pour se consacrer à l’écriture. Depuis son premier ouvrage, L’Allée du roi (1981), elle a signé une pièce de théâtre et douze romans, dont deux ont été adaptés à la télévision. Ses livres sont traduits dans une quinzaine de langues. Elle siège à l’Académie Goncourt depuis 1995.

Le choix de Suzanne Julliard pour « Dix siècles de poésie » : Christine de Pisan -Pernette du Guillet -Louise Labé -Marceline Desbordes-Valmore -Anna de Noailles -Catherine Pozzi -Marie Noël -Renée Vivien -Cécile Sauvage -Hélène Picard – Juliette Darle.

Le livre Dix siècles de poésie :  » Vous pouvez vivre trois jours sans pain – sans poésie, jamais ! Et ceux qui disent le contraire se trompent : ils ne se connaissent pas.  » C’est à tous ceux  » qui se connaissent « , à celles et ceux qui partagent le point de vue de Baudelaire, que ce livre est destiné. S’ils se retrouvent un jour perdus, comme Robinson, sur une île déserte, il leur donnera de quoi vivre longtemps.

C’est une visite guidée, à travers l’un des plus beaux jardins qui soient au monde : celui des poètes français. Le choix de l’auteur n’obéit à aucun a priori théorique – illustrer telle ou telle conception de la poésie – pas plus qu’il n’est limité par un parti pris idéologique – écarter telle ou telle oeuvre à cause des sentiments qui l’ont inspirée. Les romantiques ont donc leur place ici autant que les classiques, les amours de Ronsard autant que les colères de Hugo, et les vers de Péguy autant que ceux d’Aragon. Dix siècles. Plus de cinq cents poèmes. Pour chaque auteur, un texte introductif, facilitant l’accès à son univers singulier, ou en prolongeant l’écho. Et au début de chaque siècle, une présentation qui en dégage les traits les plus frappants. Tout cela fait de ce livre, en plus d’une anthologie d’une étonnante richesse, une véritable histoire de la poésie française. Professeur de lettres, Suzanne Julliard Agié a enseigné la littérature française aux élèves d’hypokhâgne, puis de khâgne, au lycée Fénelon, de 1965 à 1996.

Broché: 256 pages
Editeur : Le Cherche Midi
Langue : Français
ISBN-10: 2749117151
ISBN-13: 978-2749117157

Relié: 1182 pages
Editeur : Editions De Fallois (15 octobre 2002)
Langue : Français
ISBN-10: 2877064506
ISBN-13: 978-2877064507

Juliette Darle (1921 – 16 mars 2013) est une poétesse française, dont les premiers poèmes, publiés dans les années 1950, ont été salués par Aragon. Elle a fait partie du groupe des Jeunes Poètes du CNÉ (Comité National des Écrivains), formé à l’initiative d’Elsa Triolet, avec parmi d’autres René Depestre, Alain Guérin, Charles Dobzynski, Jacques Roubaud, Hubert Juin, Josette Mélèze… Avec son mari André, écrivain, elle dirige la revue Le Temps des poètes et a promu la poésie murale, qui associe poésie et peinture. Considérant que la poésie a partie liée avec l’oralité, elle a longtemps récité ses poèmes en compagnie de guitaristes et de chanteurs, comme Serge Reggiani, puis Alain Buci. Parmi ses nombreuses œuvres : Arbre haute mémoire. Poème pour un cinquantenaire, dessins-collages de Sarah Wiame (1995) ; Les Portes du temps, précédé de Visages du siècle qui s’en va, Limoges, le Bruit des autres (2001). (Source http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article505)

Les Portes du temps.
Le poème est inspiré par l’initiative de Paul Chemetov de relier les deux pôles par une méridienne d’arbres de longévité passant par la France. L’arbre, sa réalité, sa symbolique parcourent déjà l’oeuvre antérieure de Juliette Darle.

Editeur : Le Bruit des autres
Langue : Français
ISBN-10: 2914461062
ISBN-13: 978-2914461061
  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?