Prévert, Kosma…et moi. Voilà !

Prévert - Beatrice Fontaine

Elle voulait redécorer la plus petite pièce de sa maison, les toilettes, pour en faire un endroit extravagant et original. Mais à cours d’idées géniales, elle finit par accrocher au mur une grande photo de Jacques Prévert par Robert Doisneau : La photo ouvre alors une fenêtre sur un ailleurs immense de poésie, riche, surréaliste, drôle et tendre à la fois, celui de Jacques Prévert et de Joseph Kosma. Elle saute sans hésiter par cette fenêtre ouverte et retrouve son complice, son ami, son accordéoniste, dans une salle de classe qui sent bon la craie, l’encre violette et l’impertinence.

Ensemble, ils s’amusent avec les mots de Prévert et les notes de Kosma. Tout est propice à leurs jeux d’enfants dans cette classe désertée par les règles de calcul et de grammaire : l’accordéon épouse, accompagne la voix, la devance et la poursuit, joue à cache-cache avec les mots, la voix à son tour, fait tourner notes, intervalles délicats et silences sur le bout de son nez… l’encre prend vie et accroche des dessins aux murs de la salle de classe.

Et quand, Prévert et Kosma, au détour d’une phrase et d’un accord mineur, les rappellent soudain à la gravité et à l’indignation, c’est avec la même fraîcheur qu’ils interrompent leurs facéties, le temps d’un frisson. Le public, actif, debout sur les bancs de l’école, s’empare de la liberté de dire et de chanter à son tour. Une fantaisie musicale et buissonnière autour des chansons de
Jacques Prévert et de Joseph Kosma, un spectacle de Béatrice Fontaine, mise en scène par Stéphanie Quint.

NOTE D’INTENTION de Béatrice Fontaine

Jacques Prévert et Joseph Kosma ont enchanté mon esprit d’enfant. A l’école, c’étaient les règles de grammaire, les règles de calcul. Avec Jacques et Joseph, je pouvais tordre le cou aux règles, car elles sont faites pour ça, non ? Je me régale encore et encore des jeux de notes, de mots et de cortège, des images provocatrices, harmonies décalées, aphorismes détournés et autres cadavres exquis mélodiques qui jaillirent un jour sous leurs balles de jongleurs.

Maison, baleine, enfant, pluie, pinson, plombier zingueur… et la possibilité qu’enfin 16+16 ne fassent pas forcément 32. Chat, oiseau, cancre, chemin de fer, guerre…quelle connerie… et une fête foraine qui brillera toujours comme un miroir et un accord de La mineur septième brisé.

Informations pratiques

Teaser du spectacle "Prévert, Kosma…et moi. Voilà !

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Muriel Robin

Muriel Robin représentation exceptionnelle le 23 mai 2014 à l’Olympia

Robin revient. On retrouve sur scène celle que l’on a connue, celle qui nous ...

bartabas

Bartabas : La Voie de l’écuyer

La Voie de l’écuyer, spectacle chorégraphié par Bartabas pour les écuyers de l’Académie du ...

Photo : Hugo Marty

Balade séraphique en Waits majeur ! « On achève bien les anges » de Bartabas

Descendus du ciel par grappe, des cavaliers ailés, sorte d’anges en chrysalide, enfourchent leurs ...