• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

“Pour une vie meilleure”, photographies de Gérald Bloncourt

Gérald Bloncourt

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration accueille régulièrement des initiatives proposées par des partenaires. En 2013, la Cité organise une saison portugaise autour de l’exposition “Pour une vie meilleure”, photographies de Gérald Bloncourt, sous le haut patronage de Monsieur José Filipe Moraes Cabral, ambassadeur du Portugal.

L’exposition

L’exposition, en accès libre, présente dans le hall Marie Curie cinquante photographies en noir et blanc de Gérald Bloncourt prises en France et au Portugal entre 1954 et 1974. Militant de longue date, photographe engagé, Gérald Bloncourt découvre à Champigny, durant l’année 1964 dans le cadre de ses reportages, un immense bidonville. Il est très vite accepté par les habitants grâce à ses liens étroits avec la CGT et, de fil en aiguille, il entre en contact avec des militants portugais luttant contre la dictature de Salazar. Il se rend alors à plusieurs reprises au Portugal, et assiste notamment la révolution des oeillets à Lisbonne. Il multiplie les allers-retours entre Porto, Lisbonne, Hendaye et la région parisienne, tantôt sur les chantiers, tantôt dans les usines et il accompagne des hommes gagnant clandestinement la France à pied à travers les Pyrénées, photographiant leur périple.

Les vues réalisées en Franceentre 1954 et 1974 montrent les conditions de la vie quotidienne dans le camp de l’abbé Pierre à Noisy-le-Grand, dans le bidonville de Champigny, ainsi qu’à Paris et Aubervilliers. D’autres vues, sur le thème du passage de la frontière, montrent le passage à pied des Pyrénées, ainsi que le voyage en train, Lisbonne-Hendaye-Paris, et l’arrivée à Paris à la gare d’Austerlitz.

Les vues du Portugal, réalisées à Lisbonne, Porto et dans la région montagneuse de Chaves lors d’un reportage en 1966, montrent avant tout la vie quotidienne (portraits de femmes, d’enfants, de gens sur les places publiques, au village, sur le marché, etc.) et traitent dans une moindre mesure du travail et des conditions de l’habitat local.

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité