Pierre Molinier « The Forbidden Sale » at Artcurial

Pierre Molinier

« Pierre Molinier est plus qu’un peintre ou un photographe. Sa fiction, qui se nourrie des deux disciplines, en fait un artiste contemporain avant l’heure. Ses tirages argentiques, qu’il découpe et assemble, qu’il retouche à l’encre et re-photographie, prolongent son univers pictural. Très vite, l’artiste comprend que le langage photographique, un miroir plus fidèle que son trait, sera le véhicule idéale pour confondre la réalité et opérer sa propre transformation en l’être idéal : l’androgyne, mi-homme, mifemme : le chaman. » explique Christophe Lunn, expert du département Photographie d’Artcurial.

Pierre Molinier est connu pour ses tableaux érotiques et ses photomontages. Il crée un univers ambigu entre androgynie et fétichisme. L’artiste se photographie en travesti ou se met en scène avec des amis ou modèles avant de découper ses photographies pour recréer des montages qu’il rephotographie afin d’obtenir l’image idéale qu’il mène à son paroxysme à travers l’oeuvre du Chaman. Son oeuvre, étrange, peut être à la fois douce ou crue comme pour ses portraits androgynes. La collection a été rassemblée par Emmanuelle Arsan. Auteur du livre érotique Emmanuelle et co-réalisatrice du film qui en sera adapté, elle entretient une correspondance épistolaire avec Pierre Molinier à partir de 1964, qui durera plus de 15 ans. L’écrivain et l’artiste, qui se vouent une admiration réciproque, échangent critiques et observations sur leurs oeuvres respectives, mettant en lumière le processus créatif du peintre/photographe. Ensemble, ils collaborent sur une des oeuvres majeures de Pierre Molinier : Le Chaman et ses créatures. Une partie de ce riche échange épistolaire, qui éclaire de manière inédite le processus créatif de l’artiste, sera mise en vente.

Fétichiste et adepte du travestissement, Molinier cherche, à travers sa peinture, puis en utilisant le réalisme de la photographie, à construire un être androgyne idéal et visuellement crédible. En retravaillant les photographies à l’encre, en les découpant, les assemblant, et les rephotographiant, Molinier brouille les frontières entre réalité et fantasme, entre vérité et fiction. Ce n’est qu’après sa mort en 1976, que l’artiste accède à une certaine notoriété. Le Centre Pompidou lui consacre une exposition monographique en 1979. Son projet de livre du Chaman sera publié posthumement.

Pierre Molinier est né le vendredi 13 avril 1900, à Agen. Après des études dans une institution religieuse, il se passionne pour le dessin et la peinture. En 1919, il s’établit à Bordeaux comme artisan peintre. Il défend un art «sans contrainte ni restriction». Le 3 mars 1976, Pierre Molinier se donne la mort d’un coup de pistolet.

Photo : Pierre Molinier, Skin d’Amourdo, 1973, tirage argentique d’époque (estimation 3 000 – 4 000 € / 3 300 – 4 500 $)

Pierre Molinier, Introït, planche n° 2 du Chaman, 1967, tirage argentique d’époque, collection Emmanuelle Arsan (estimation 4 000 – 5 000 € / 4 400 – 5 600 $)
Emmanuelle Arsan
Théo Lesoual’ch & Pierre Molinier, Emmanuelle Arsan, tirage argentique d’époque, (estimation 1 500 – 2 000 € / 1 700 – 2 250 $)

Emmanuelle Arsan (née Marayat Bibidh) et son mari Louis- Jacques Rollet-Andriane, diplomate français en mission en Thaïlande, consacre une place importante à l’oeuvre de Molinier dans leur maison à Bangkok. Les dessins et photographies de l’artiste issus de cette collection seront proposés pour la première fois aux enchères. C’est comme écrivain Emmanuelle Arsan devient célèbre. En 1959, elle publie, sous un pseudonyme, le roman érotique Emmanuelle. Immédiatement interdit de publicité, l’ouvrage connaitra néanmoins un succès planétaire, et fera l’objet d’une quinzaine d’adaptations cinématographiques, dont le film de 1974 avec Sylvia Kristel.

Le 13 novembre prochain, pendant le Mois de la Photo, le département Photographie proposera aux enchères une nouvelle collection majeure : la collection de près de 200 oeuvres de Pierre Molinier, réunies par Emmanuelle Arsan qui fut une des muses de l’artiste. Elle regroupe photographies, dessins, clichés d’oeuvres et lettres personnelles.

Vente :
Le Vendredi 13 Novembre 2015
A 18h00

Exposition :
Du Mardi 10 Novembre 2015
Au Vendredi 13 Novembre 2015

Artcurial
7, rond-point des Champs-Elysées
75008 Paris

www.artcurial.com

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Lucien-Clergue

Les Clergue d’Arles au musée Réattu

Certains mots, au fil du temps, au fil d’une vie, deviennent indissociables. Ainsi, évoquer ...

la FEMS - Écomusée du pays de Rennes

Les Rencontres Professionnelles de la FEMS

« Pa'z a ar mirdi e-maez e vogerioù... » Quand le musée sort de ...

Gérard Musy : Kaléidoscope

Dire de Gérard Musy qu’il est photographe est vrai, mais c’est insuffisant et il ...