Picasso, horizon mythologique au musée des Abattoirs de Toulouse

La dépouille du Minotaure en costume d'Arlequin

Lieu d’exposition d’art moderne et contemporain, les Abattoirs de la ville de Toulouse, situés sur la rive gauche de la Garonne, proposent jusqu’au 31 janvier 2016 et dans le cadre du 30e anniversaire du Musée national Picasso-Paris une exposition événement « Picasso, horizon mythologique« .

Cela faisait 50 ans que le musée des Abattoirs de Toulouse n’avait pas consacré d’exposition à Picasso. Ce ne sont pas moins d’une trentaine d’œuvres, peintures, sculptures et dessins du maître qui se trouvent ici regroupés, l’ensemble s’articulant autour de l’oeuvre monumentale de « La dépouille du Minautaure en costume d’Arlequin« , rideau de scène de 8 mètres sur 13 peint par Picasso en juin 1936, qu’il offrit à la ville de Toulouse et qui révèle ici toute sa splendeur et plonge le spectateur dans l’univers mythologique de Picasso.

On a souvent pour habitude de décrire les personnages qui occupent le premier plan de cette œuvre comme étant des autoportraits de l’artiste : monstre comédien, dieu solaire, vieillard ou jeune homme en marinière. C’est cet univers, conjuguant mythologies grecques, égyptiennes et commedia dell’arte sur fond de rivage indéterminé, qui se trouve au centre de l’exposition.
A la fin des années 1910, les paysages de bord de mer avec cette fusion entre le ciel, la terre et la mer, sont pour Picasso les lieux propices à poser ses inventions et histoires fantasmatiques.

Les figures au bord de la mer se multiplient à partir des années 20 et celles peintes en 1931 seront les œuvres les plus déterminantes de sa production. La plage va progressivement devenir un espace mental et métaphysique au centre duquel il campera le chef d’œuvre de sa période surréaliste Figures au bord de la mer (1931) dont le prêt revêt ici un caractère exceptionnel.
« Picasso, horizon mythologique », est une exposition qui regroupe des peintures, dessins et sculptures réalisés entre 1919 et 1951.

Les œuvres, majoritairement réalisées pendant l’entre-deux-guerres, proviennent toutes du fonds du musée national Picasso-Paris. C’est la plus importante exposition monographique consacrée à l’artiste à Toulouse depuis l’exposition du Musée des Augustins en 1965.

Photo : La dépouille du Minotaure en costume d’Arlequin peint par Picasso en 1936 et offert par le peintre à la ville de Toulouse

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

120 caricatures © Rousso (France) / Cartooning for Peace

120 caricatures d’actualité pour Ceci n’est pas l’Europe !

Offrir aux citoyens une approche différente sur les défis et les enjeux européens, en ...

Matérialité de l’Invisible

Matérialité de l’Invisible au 104

L'art et l'archéologie ont en commun de rendre visible ce qui ne l'était pas, ...