• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Photo Phnom Pen 2012 : 5ème édition

Pour la cinquième année consécutive, PPP s’expose dans la capitale du Royaume pour une édition riche en couleurs ! Le plus grand rendez-vous annuel de la photographie en Asie du Sud-est vous invite à découvrir et savourer les travaux d’artistes asiatiques et européens. Parmi eux figurent de grands noms de la discipline : George Rousse, Isabel Muñoz, Michael Ackerman… Pour certains, PPP 2012 constituera leur première exposition en Asie. Il faudra également compter avec les jeunes espoirs de la photo cambodgienne, formés au Studio Images initié par l’Institut français lors de la première édition de PPP, en 2008. Au programme de ce nouveau rendez-vous des couleurs et des formes, de l’espace et du temps : expositions intérieures et extérieures à travers toute la ville, projections monumentales, rencontres, échanges, musique. Afin de célébrer les 5 ans de PPP, une importante exposition collective, accompagnée d’un catalogue spécifique, présentera une oeuvre nouvelle de chacun des photographes ayant participé au festival depuis sa création.

5 ans, 80 photographes ayant exposé à Photo Phnom Penh depuis 2008, ils présentent leurs nouveaux travaux à la grande galerie de l’Université Royale des Beaux-Arts. Une façon d’accompagner des artistes qui ont constitué la richesse d’une programmation faisant se rencontrer artistes asiatiques et européens, et de les suivre dans l’évolution de leur création. Une façon, également, d’embrasser le champ de la photographie contemporaine, dans ses tendances, dans ses diversités culturelles.

5 ans, 5 jeunes photographes des 5 pays du Mékong

  • Ka Xiong (Laos) : une approche poétique et plastique du monde des “esprits”
  • Hoeng Keomakara (Cambodge) : le monde en vision panoramique, ou comment le quotidien est tout sauf banal.
  • Maika Elan (Vietnam) : de la pure poésie, avec une approche ludique au Lomo et des couleurs magiques pour un univers totalement tendu entre réalité et fiction.
  • Nge Lay (Myanmar) : une artiste radicale qui documente de rares moments d’un théâtre ambulant avec un sens aigu de la couleur et du drame, aussi bien qu’elle réinvente les astres et leur signification.
  • Miti Ruangkritya (Thailande) : une vision plastique, magique, cinématographique des inondations de l’an passé à Bangkok. Tout le contraire de l’imagerie d’actualité que nous avons vu déferler sur les télévisions et une belle réflexion sur l’illusion des représentations.

Le grand invité : Georges Rousse

A l’occasion des cinq ans, il occupe le grand mur de l’Ambassade de France, en plein centre ville, pour une forme de rétrospective de ses oeuvres réalisées dans le monde entier : jeux d’espace, d’illusions visuelles, de couleurs qui redessinent le monde, d’affirmation du point de vue. Une réflexion jubilatoire sur notre façon de nous laisser piéger par l’image et par la perspective, et une proposition de relecture permanente de l’architecture, des lieux abandonnés ou en désuétude, auxquels il confère une nouvelle vie. A cette occasion, il revient à Phnom Penh pour réaliser spécialement une nouvelle image, « Phnom Penh 2012 ».

LES EXPOSITIONS EN PLEIN AIR

Trois expositions sur le quai Sisovath : Isabel Muñoz expose pour la première fois dans son intégralité son travail avec le ballet royal du Cambodge, qu’elle fait dialoguer avec les figures de l’architecture et de la sculpture. Le jeune cubain Adrian Fernandez Milanes propose, à travers des natures mortes colorées de fleurs et de fruits artificiels une réflexion sur le décoratif, le goût et la vanité. Quant à la toute jeune cambodgienne Dareth Rosaline, elle questionne l’identité avec humour en faisant poser dans la même robe – une des siennes – des individus des deux sexes et de tous âges. Aller au-delà de l’apparence en prenant le risque de glisser un autoportrait dans la série et d’y faire figurer son père en tenue féminine est passablement réjouissant.

Clément Briend revient pour créer des événements lumineux dans la ville avec ses projections en grand format qui rappelleront les diverses expositions, présenteront son propre travail et proposeront de lire autrement l’espace de la ville.

Pour la première fois, l’Union européenne, fidèle partenaire de PPP et soutien du programme « Intersection » depuis le début, expose sur le mur d’enceinte de son ambassade une série d’images réalisées par différents photographes cambodgiens sur le thème de la forêt.

Tout naturellement, les Bateaux Images, qui sont devenus une signature forte du festival, accueilleront les projections sur le fleuve et enchanteront chaque soir les rives du Tonlé Sap en plein coeur de la ville.

JR

En 2008, JR, qui n’était pas encore l’artiste mondialement connu qu’il est devenu, a participé de façon spectaculaire à la première édition de PPP. Il a collé sur le mur extérieur de l’Ambassade de France les yeux, en format géant, de femmes africaines qui participaient de son projet « Women are beautiful » et cette intervention a marqué les esprits et participé de l’image du festival. Il est revenu à Phnom Penh pour coller les portraits, entre autres ceux réalisés avec les femmes de la décharge, qu’il avait réalisés à cette occasion. A l’occasion de la cinquième édition, il participe à notre anniversaire avec une étape spéciale de son grand projet « Inside Out » qui va se décliner de multiples façons dans toute la ville. Cette fois-ci, JR ne prend plus de photos, ne les colle plus lui-même, ce sont les autres qui réalisent le projet qu’il a imaginé.

Le 2 Mars 2011, lors de la Conférence TED à Long Beach, en Californie, JR a appelé à la création d’un projet d’art global – Inside Out Project (IOP) – inspiré par ses collages de rue grand format, le concept du projet est de donner à chacun la possibilité de partager avec le monde son portrait et un message. Inside Out offre aux particuliers et groupes du monde entier un nouveau moyen de faire passer un message. N’importe qui peut participer, et est mis au défi d’utiliser des portraits pour partager les histoires de personnes de leurs communautés.

Leurs actions sont documentées, archivées et exposées en ligne sur www.insideoutproject.net. Plus de 100.000 posters ont été envoyés dans plus de 108 pays depuis Mars 2011. Les Cabines Photographiques Inside Out apportent le projet dans la rue – et permettent au public de participer instantanément et gratuitement. Des dizaines de milliers de portraits ont été imprimés dans ces Cabines Photographiques situées partout dans le monde, dans des endroits tels que le Centre Pompidou (Paris), Les Rencontres de la Photographie (Arles), plusieurs villes en Israël et en Palestine, Emirati Expressions (Abu Dhabi), et à la Galerie Perrotin (Paris).

PHOTOPHNOMPENH 2012
semaine d’ouverture : 8 – 13 décembre 2012
Exposition : jusqu’au 30 décembre

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité