Philippe Shangti, messager atypique des temps modernes

Passionné par l’art, la photographie et l’esthétisme depuis l’âge de 14 ans, Philippe Shangti commence par poser en tant que mannequin et participe à de nombreux défilés avant de passer, très tôt, derrière l’objectif. En 2006, la tête pleine de projets, il quitte Toulouse sa ville natale pour s’installer à Saint-Tropez, ville de tous les excès. Il met alors toute son énergie créatrice et son savoir-faire au service des nuits tropéziennes et offre du rêve au gotha international en organisant des soirées hors du commun au sein du prestigieux établissement «Le Quai», restaurant-lounge situé sur le port de ce lieu mythique.

Le monde de la nuit, ses acteurs et leurs excès l’inspirent. Il décide alors de laisser s ‘exprimer sa créativité et son talent et reprend son appareil photo pour nous proposer des mises en scènes complètement décalées inspirées de sa propre expérience. Ses clichés abordent pour la plupart des sujets provocants, qui poussent à la réflexion et portent un regard différent sur les réalités d’aujourd’hui.

A travers sa série de clichés intitulée «NO COCAIN HERE», Philippe Shangti souhaite faire passer un message radical, tout en attachant une importance sans faille aux détails et à l’esthétisme. Chacune des ses oeuvres est un véritable cocktail visuel, dans une explosion de couleurs, et un nouveau défi visant à briser les tabous. L’artiste se démarque par son originalité, en nous présentant récemment des séries telles que «MJ THE REBIRTH» mettant en scène de façon plus que troublante le sosie de Michael Jackson. Ou bien encore «IN THE SKIN OF BB» revisitant le mythe Brigitte Bardot avec comme mannequin-sosie Axelle Parker. L’ex-star du X et muse de Philippe Shangti nous éblouit par sa beauté, sa fougue et son charisme à incarner l’égérie glamour des années 50-60. Philippe Shangti lève le voile sur sa personnalité intérieure par le biais de ses photos, dans lesquelles il laisse s’exprimer son imagination, et où il donne libre court à son extravagance, à son attirance pour l’esthétisme, la mise en scène, la théatralisation. Sa folie personnelle se retrouve dans son expression artistique, dans la démesure de ses plateaux, dans l’excentricité de ses tableaux où il exprime et livre toutes les images quasi fantasmagoriques qui bouillonnent dans son esprit.

L’artiste ne se considère pas comme un photographe au sens strict du terme, mais plutôt comme un metteur en scène qui donne vie à une allégorie, comme un chef d’orchestre qui dirige une partition d’une symphonie d’images. Toutes ses créations sont le fruit d’une genèse mûrement réfléchie ; comme un peintre ou un couturier, Shangti prend des notes, exécute des croquis, envisage le lieu de prise de vue qu’il visite autant de fois que nécessaire pour s’approprier l’ensemble de l’environnement, choisir le meilleur angle, la meilleure lumière, puis sélectionner les modèles, décider de leur tenue, des coiffures, du maquillage, déterminer leur placement sur le plateau, la gestuelle, les poses ; tout participe d’une gestation longue et minutieuse pour aboutir à la mise en forme d’un puzzle imaginaire, à la réalisation d’un nouvel opus oscillant entre esthétisme et démesure, mais toujours teinté d’humour.

Editées en séries limitées, ses photos attirent rapidement la faveur des collectionneurs d’art et ne tardent pas à séduire également les personnalités, les leaders d’opinion. Après avoir exposé ses clichés au sein de l’établissement qu’il dirige à Saint-Tropez, Philippe est rattrapé par son talent. Il est rapidement sollicité par des galeries d’art qui souhaitent présenter ses oeuvres anticonformistes. Son travail a ainsi pu être admiré à Megève, Cannes ou Paris.

Philippe Shangti en interview sur artsixMic

Alls Photos by Philippe Shangti © Tous droits réservés 

Philippe Shangti

Philippe Shangti

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité