ouverture du premier Musée national consacré à l’Art urbain et au Street-art : le MAUSA

Mausa : Musée national consacré à l’Art urbain et au Street-art

le MAUSA, plus qu’un simple musée, est un vrai lieu de vie avec sa collection permanente qui retrace l’histoire de l’Art urbain. C’est un musée d’art vivant !

C’est à la fin du XVIIIème siècle, autour d’un vieux moulin à grain, qu’ont pris vie les Forges de Baudin, situées entre Sellières et Toulouse-le-Château. La crise économique de 29 ayant provoqué la chute de la production, et bien que le dernier maître des forges ait décidé de produire des jouets, des objets émaillés et des émaux d’art, l’usine fermera ses portes en 1959, faute de modernisation suffisante et suite aux échecs des diverses tentatives de diversification. Ce fut grâce à l’association des « amis des Forges de Baudin » que les lieux reprirent vie à travers l’ouverture d’un musée dans lequel on redécouvre les productions des ouvriers au cours du temps, fourneaux et autres pièces de fonderie ornementale.

Aujourd’hui, grâce à Stanislas Belhomme, les Forges de Baudin abritent le MAUSA, un vaste musée qui s’étend sur une surface de 22000m2 et qui propose à son public la découverte de l’histoire de l’art urbain – street art, mouvement né il y a un peu plus de 40 ans d’art. Cette consécration à ce mouvement artistique s’accompagne de la création d’ateliers, d’une résidence d’artiste, d’une factory, d’un café littéraire et de jardins partagés qui en font un nouveau village, lieu de création et de production.

L’Art et la bombe ont ainsi remplacé les fourneaux, les artistes peintres et plasticiens ont remplacé les ouvriers et habitants mais talent et savoir-faire sont toujours au rendez-vous. La collection permanente est principalement constituée d’œuvres sur toiles ou autres supports tels le métal, le bois, le carton utilisés par les artistes. Le public peut y revivre l’histoire du mouvement à travers le temps, jusqu’à aujourd’hui.

De 80 à130 pièces de cette collection seront exposées et renouvelées au fil des saisons, selon les thématiques et les expositions temporaires parallèlement montrées au public, ce qui en fait la plus grande collection de France. On peut y découvrir les œuvres marquantes d’artistes de renommée internationale tels que : Keith Haring, Futura, Seen, Quik, John Crash, Villeglé, Jérôme Mesnager, Speedy Graphito, Miss Tic, Jef Aérosol, Tkid, Wuze, JonOne, Nick Walker, Shepard Fairey, Banksy, Smaël, JR, L’Atlas, Zenoy, M.Chat, Levalet, Rero… et bien d’autres encore.

L’exposition se poursuit ensuite en extérieur avec des installations en volumes où des artistes du monde entier ont été invités à réaliser des fresques et des œuvres en 3D :
– Grâce au duo EvazéSir (collectif No rules corp), le public pourra entrer dans l’intimité des ouvriers de Baudin en utilisant des objets leurs ayants appartenu, datant du siècle dernier.
– Les Photograffée, inspirés de l’histoire des Forges, nous amènent au cœur d’un marché d’artisans du street art, comme un clin d’œil à ces savoir faire ancestraux dont les forges furent l’écrin.
– Une surprenante Sculpture organique réalisée par le graffeur Réaone
– Un Labyrinthe de l’Atlas, le jardin des opprimés de Sly2,
– Les animaux de Mosko,
– Les nouveaux origamis de Mademoiselle Maurice.

Certaines œuvres, vestiges de l’exposition LAB14 Montparnasse, pourront être revisitées comme la sphère d’acier réalisée par Wayne alias Lilian Perdereau, « l’éléphant volant » d’Onsept, l’Astroglyphe sphère en lévitation du graffeur Seize Happywallmaker et de l’artiste numérique Nicolas Barraud. D’autres oeuvres, créées pour la Réserve Malakoff, telles que l’impressionnant visage de Shaka ou la grande Liz Taylor d’Fkdl y seront également exposées.

Vous l’aurez compris, le MAUSA, c’est plus qu’un simple musée, c’est un vrai lieu de vie avec sa collection permanente qui retrace l’histoire de l’Art urbain, ses expositions temporaires, ses résidences d’artistes («la Villa MediStreet»), sa petite scène des musiques actuelles, sa Factory (coopérative d’artistes pour la production d’édition, de petites séries, etc), son office de tourisme du «Triangle d’Or», ses jardins partagés, son atelier de production locale, où seront conçus des produits culturels manufacturés et estampillés «Made in Jura », sa boutique-musée, son restaurant bio et son café littéraire à disposition sur le site.

Le MAUSA, c’est un musée d’art vivant ! Si tous les grands noms du street art y sont exposés: L’Atlas, Rero, Futura, JonOne, Shepard Fairey, Banksy… les jeunes artistes pourront y réaliser leurs créations sur place, en s’inspirant de l’histoire marquante de ces anciennes forges ou encore en utilisant les matériaux offerts par ce site exceptionnel.

Le MAUSA appartient aux artistes qui peuvent donner libre cours à leurs pulsions créatrices et artistiques. C’est pour cela qu’au MAUSA, le public pourra découvrir sans cesse de nouvelles œuvres, aussi fortes qu’uniques !

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Clémenceau

Clémenceau et les Arts à l’Historial de la Vendée

Clémenceau et les Arts est un colloque organisé sur deux journées à l’Historial de la ...

Biennale XL Art

Grand Format pour la Biennale XL Art 2017

Le « Grand Format » est le thème de la Biennale XL Art 2017, ...

Les jeux vidéo les plus attendus de 2015

Si le 10 février était la date de sortie du très attendu « Evolve ...