Ouverture de la galerie Mathilde C.

Jade Fourès-Varnier

La galerie Mathilde C. est née d’une vision optimiste de l’art. L’art devrait être une invitation à l’échange, au dialogue, à la réflexion, au questionnement des limites, et de ses propres limites. L’art ne devrait jamais être figé, au contraire. Il doit évoluer avec son temps et interroger son propre cadre pour toucher un public toujours plus large et avide de découverte. Comme l’a écrit Alain Boublil, l’aventure de la création n’est pas une aventure solitaire. A l’origine de la galerie Mathilde C., il y a donc la volonté de sa créatrice d’offrir aux artistes et visiteurs un lieu dynamique et protéiforme, marqué par un nouveau regard porté sur l’art. Que celui-ci soit candide, passionné ou expert, il ouvre la porte à une jeune génération d’artistes. Des artistes animés par la recherche de moyens d’expression inédits, de matériaux inexplorés, de vecteurs de sens inattendus. Et parce que la jeune création est en mouvement perpétuel, la galerie Mathilde C. a choisi de lui offrir un lieu à son image. Un lieu animé par des rencontres et événements réguliers. Un lieu dans lequel il est possible de se balader, de s’informer, ou de se laisser séduire par une mise en scène surprenante. Un lieu qui va au-delà de ses quatre murs pour partager ses inspirations, coups de coeur et découvertes…

Jade Fourès-Varnier

Pour sa deuxième exposition personnelle, Jade Fourès-Varnier déploie un nouvel appareil d’oeuvres fraîchement réalisé. Chez Mathilde C. elle évoque l’Antique, le temps, la disparition, le bonheur, le mythe de Babylone, l’incarnation de la nature. Volets fossilisés mangés par la végétation, fragments d’antique décorum brisé, lustre en équilibre, l’ensemble reflète les vestiges d’un faste abandonné. Jade F.V. s’exerce à un artisanat folklorique, voire rural, sur un socle de sophistication urbaine. Avec ses artéfacts archéologiques, elle approfondit sa recherche sur le chaos. Ses oeuvres agissent-elles comme les témoins d’un Paradis perdu? Ou sont-elles les hypothèses d’un eldorado renaissant?

Jade Fourès-Varnier

Après avoir suivi une formation en arts graphiques à l’école Penninghen, Jade Fourès-Varnier s’adonne maintenant depuis plusieurs années au médium de la sculpture. Les expériences qu’elle mène sur des matières et supports variés donnent lieu à la création d’oeuvres aux sens et formes aussi inattendus qu’intrigants. Au gré de ses rencontres, elle collecte des matériaux inexplorés, des objets de récupération, objets en résine, bois, plastique… auxquels elle octroie une seconde vie, une seconde étincelle. Par ce détournement de débris de la civilisation, elle constitue alors une sorte d’archéologie qui pousse à se questionner sur les édifices constitutifs de notre monde contemporain. Avec un univers théâtral et riche en couleurs, Jade Fourès-Varnier nous plonge ainsi dans une mise en scène qui sous des apparences luxuriantes laisse deviner une brèche, un abîme… C’est en créant un mythe que son travail, méticuleusement façonné, reflète une détresse latente, commune à cette nouvelle génération aux repères floutés par tous ces enjeux auxquels fait face la société.

Que cache-t-elle derrière ses volets antiques et floraux?
Que cache-t-elle derrière le reflet de ses lunettes de soleil géantes?
Que cache-t-elle derrière ses dessins bruts, ses fragments de roches amoureuses?
Les pailles étincelantes dansent au plafond,
Ça nous rappelle une boom de teenager
Mais l’on devine que cet artefact,
Cache en fait une profonde blessure.
Blue Lagoon, abri archéologique sauvage
À travers les persiennes,
On entrevoit le Shangri-La
Bienvenue à Babylone, buvons la sangria.

Texte écrit par Jade Fourès-Varnier et Vincent de Hoÿm

Inauguration de la Galerie le samedi 26 avril 17h00 à 21H00

La galerie Mathilde C.

 

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Akagi

Akagi, cent vues de Paris

Cette nouvelle exposition de lithographies et aquarelles de Kojiro Akagi à Villandry est une ...

Henri Manguin

Henri Manguin : Un fauve chez Bonnard !

Le musée Bonnard du Cannet consacre sa saison estivale et jusqu’au 31 octobre prochain ...

Spectaculaire Second empire - Catalogue

Catalogue et concert autour de l’exposition Spectaculaire Second Empire

Catalogue de l’exposition que présente le musée d’Orsay du 27 septembre 2016 au 15 ...