• Participez au sixMic Crowfunding !

« Oser la photographie » Qu’est-ce que la photographie apporte à l’art ? au musée Réattu

Arnold Newman

Qu’est-ce que la photographie apporte à l’art ? De la photographie narrative à la frivolité de la couleur, la radicalité de l’image s’impose et permet d’évoquer le devenir et le développement de cette collection. Ansel Adams, Richard Avedon, Denis Brihat, Jean Dieuzaide, Robert Doisneau, Lucien Hervé, Dora Maar, Man Ray, Edward Weston, Brassaï, Edouard Boubat, Henri Cartier-Bresson, Denise Colomb,Imogen Cunningham, Mimmo Jodice, André Kertész, William Klein, Sarah Moon, Willy Ronis, Jeanloup Sieff, André Villers, Olivier Roller, sont les photographes qui ont été retenues pour mettre en lumière et en philosophie, l’exposition « Oser la photographie » 50 ans d’une collection d’avant-garde, qui se tiendra du 4 juillet 2015 au 3 janvier 2016 au musée Réattu d’Arles.

Photo : Arnold Newman, Marilyn Monroe, 1962. Arles, musée Réattu, dépôt des Rencontres d’Arles ©Arnold Newman, 2015. DR

1965, naissance de la première collection publique de photographies dans un musée des beaux-arts français. C’était à Arles au musée Réattu. Jean-Maurice Rouquette, conservateur, et Lucien Clergue, photographe, osent un projet d’avant-garde dont découlera le festival des Rencontres, l’école nationale de photographie mais aussi la reconnaissance absolue de la photographie en France. L’exposition de l’été 2015 célèbre le chemin parcouru et propose un retour aux sources de l’histoire singulière de cette collection unique portée par l’engagement d’un photographe et composée, dès la première année, de 400 tirages choisis par des photographes et des collectionneurs motivés par l’enjeu d’un projet muséal. Ce parti pris revendiquait la place d’un art photographique qui, comme une évidence, venait s’écrire au musée Réattu dans la continuité de la grande peinture d’histoire, celle de Jacques Réattu. Lucien Clergue exprimera cette attachement quasi obsessionnel dans les surimpressions de sa fin de carrière qui seront le point de départ de l’exposition, mais revenons au début. Le 28 mai 1965, le musée Réattu préside à la naissance d’un 8e cimaises à la jeune collection. Arles découvre alors Ansel Adams, Richard Avedon, Cecil Beaton, Peter Beard, Denis Brihat Jean Dieuzaide, Etienne Carjat, Robert Doisneau, Lucien Hervé, Izis, Germaine Krull, Thérèse Le Prat, Dora Maar, Man Ray, Emmanuel Sougez, Paul Strand, André Vigneau, Edward Weston… Les décennies suivantes verront entrer Brassaï, Edouard Boubat, Henri Cartier- Bresson, Denise Colomb, art en devenir et offre ses Imogen Cunningham, Mimmo Jodice, André Kertész, William Klein, Sarah Moon, Bernard Plossu, Willy Ronis, Jeanloup Sieff, André Villers…

Depuis, 5000 tirages éclairent l’histoire d’une pratique photographique sans cesse enrichie de nouvelles acquisitions qu’il s’agisse de commandes publiques, de dépôts, de dons. Le développement grandissant de ce département dévore l’identité du musée et appelle au bilan au travers d’une sélection de 250 photographies qui exprimera l’état d’un art mutant au gré d’un parcours animé par un questionnement fondamental : qu’est- ce que la photographie apporte à l’art ? De la photographie narrative à la frivolité de la couleur, la radicalité de l’image s’imposera et permettra d’évoquer le devenir et le développement de cette collection. Dans cette perspective la conclusion du parcours reviendra au photographe Olivier Roller qui explore l’incarnation du pouvoir, sa pérennité, sa décadence, sa transmission au travers de portraits d’hommes et de femmes, du passé et du présent. Aujourd’hui, il propose une nouvelle déclinaison du sujet et s’attache à la photographie de l’épiderme des tapisseries conservées dans des lieux emblématiques de puissance économique, politique ou religieuse. A cet égard l’ensemble de tapisseries conservées au musée Réattu constituera le sujet de l’œuvre photographique qui sera présentée dans la chapelle de l’ancien grand prieuré de l’Ordre de Malte. Cette installation soutiendra un développement tangible qui dans les années à venir orientera la collection du musée Réattu autour du rapport de l’image à la matière textile.

Une sélection de 200 photographies qui exprime l’état d’un art mutant au gré d’un parcours animé par un questionnement fondamental : qu’est-ce que la photographie apporte à l’art ?

Commissaire : Pascale Picard, directrice du musée Réattu assistée d’Andy Neyrotti

Informations pratiques

Exposition  du 4 juillet 2015 au 3 janvier 2016

Musée des beaux-arts
Ancien Grand Prieuré de l’Ordre de Malte
10 rue du Grand Prieuré 13200 Arles
Musée Réattu

Sarah Moon

Sarah Moon, Dos lacé, 1989. Don de l’artiste, 1997 © «Dos lacé», Sarah Moon, SAIF, 2015

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?