• Soutenez artsixMic
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communivation

Nora Douady : De l’infini à l’infime à la galerie Felli

Nora Douady : De l’infini à l’infime

« Les toiles de Nora Douady donnent parfois une impression d’apesanteur, comme si se recomposait sous nos yeux un univers onirique à partir de la réalité la plus sensorielle du caillou, de la brume ou de la transparence d’un ruisseau. » Béatrice Commengé

Depuis plus de dix ans, Nora Douady expose régulièrement à la galerie Felli, où quatre catalogues ont été édités. Elle y fut l’élève notamment de Leonardo Cremonini, peintre italien, qui lui apprit à trouver l’individualité de son regard sur le monde et à l’exprimer. Son travail tourne principalement autour de deux thèmes : les intérieurs et les paysages. Elle a obtenu de nombreux prix : 2e prix de portrait P.L. Weiller de l’Académie des Beaux-Arts en 1999, Grand Prix R. Michaïlov de la Fondation Taylor et le Prix Noufflard de la Fondation de France en 2005 et en 2016 le Prix M. Corpet de la Fondation Taylor.

Les toiles de Nora donnent parfois une impression d’apesanteur, comme si se recomposait sous nos yeux un univers onirique à partir de la réalité la plus sensorielle du caillou, de la brume ou de la transparence d’un ruisseau. C’est cette oscillation permanente qui fait toute la singularité de son travail, oscillation entre la précision de son observation du réel et son désir d’y échapper pour ne conserver, peut-être, que la sensation d’être au monde – au coeur même du vivant.” « J’ai découvert le travail Nora Douady il y a maintenant près d’une dizaine d’années à La Frette-sur-Seine lors d’une exposition dans une petite galerie, dont les fenêtres donnaient directement sur l’eau, les saules pleureurs et la lumière du ciel. Si je me permets d’évoquer ici ce souvenir personnel, c’est que je fus frappée, en regardant ses toiles, par la force de leur présence au monde. Nora Douady nous « donne à voir », pour reprendre le titre d’un recueil de Paul Eluard. Voir, c’est d’abord regarder, scruter l’infime et l’infini, jusqu’à ce que la réalité de l’arbre, de la feuille, du caillou ou de l’eau qui court acquière la puissance et le mystère du rêve. L’émotion, devant un tableau, à la lecture d’un poème, ou à l’écoute d’une musique, naît souvent – presque toujours –d’une impression de « reconnaissance », d’une sensation indéfinissable non pas d’un .simple « déjà vu », mais plutôt d’un « déjà rêvé », en attente d’être révélé. Partant d’une observation obstinée du réel, Nora Douady cherche à en atteindre les couches les plus profondes, qu’il s’agisse d’une branche, d’une falaise, du vol d’une mouette ou du fragile miroitement de l’eau. Il me semble que Nora approuverait cette remarque de Valéry, qui prétend que regarder, « c’est oublier les noms des choses qu’on voit ». Oublier son nom et regarder la chose comme au premier jour de l’homme sur la terre, s’imprégner de sa forme, de sa couleur, de sa lumière, puis se fondre dans la matière, dans cet ocre, ce vert, ce bleu jetés sur la toile, jusqu’à ce que resurgissent, venu d’on ne sait où, le souvenir d’une émotion ou l’image floue d’un paysage oublié de l’enfance. Cézanne affirmait que peindre, c’était « réaliser des sensations ». Les toiles de Nora donnent parfois une impression d’apesanteur, comme si se recomposait sous nos yeux un univers onirique à partir de la réalité la plus sensorielle du caillou, de la brume ou de la transparence d’un ruisseau. C’est cette oscillation permanente qui fait toute la singularité de son travail, oscillation entre la précision de son observation du réel et son désir d’y échapper pour ne conserver, peut-être, que la sensation d’être au monde – au cœur même du vivant. » Béatrice Commengé

Vous pouvez voir l’exposition de Nora Douady en visite virtuelle en cliquant sur le lien ci-dessous : 

https://my.matterport.com/show/?m=X3x53Xgcvwh&nozoom=1

Nora Douady : De l’infini à l’infime
Exposition jusqu’au 13 avril 2018

Galerie Felli
127, rue Vieille du Temple
75003 Paris

http://galeriefelli.com/

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

City of Glass #3

L’été s’installe à la galerie Daniel Templon

Habitué de la galerie Templon, il aurait été difficile d'imaginer l'artiste américain Jim Dive ...

Vichy : l’art du portrait

Le rendez-vous photographique “Portrait(s)” est une manifestation internationale qui fait vibrer l’intégralité de la ...

Oksana Shachko

Oksana Shachko, Iconoclaste à la Galerie Mansart

Oksana Shachko présente à la galerie Mansart et ce, jusqu'au 19 juin 2016, une ...