• Participez au sixMic Crowfunding !

Nicolas Sarkozy, David Pujadas, Léa Salamé et Charline Vanhoenacker dans : Emission politique

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, David Pujadas, Léa Salamé et Charline Vanhoenacker dans : Emission politique sur France 2  le 15 septembre

Nicolas Sarkozy était le premier invité de David Pujadas et Léa Salamé sur le plateau de la toute nouvelle « Emission politique« sur France 2Charline Vanhoenacker, pour sa première chronique Carte blanche a été très dérangeante pour l’ancien président : « Ne vous en faites pas, je suis la dernière intervenante, Elise Lucet a été placée en confinement au sous-sol ». Puis ensuite, la chroniqueuse au sujet des diverses affaires en cours, est allée jusqu’à évoquer Paul Bismuth, le pseudonyme qu’aurait adopté par Nicolas Sarkozy pour communiquer avec son avocat à l’abri des écoutes judiciaires : « Vous avez dit : « Je ne suis pas binaire ». Est-ce que ça veut dire qu’on ne peut plus vous joindre sur le numéro de Paul Bismuth ? ». Charline Vanhoenacke qui anime la tranche de 17h sur France Inter, s’est littéralement installée sur le plateau face à Nicolas Sarkozy… munie d’une casserole, sous les yeux amusés du duo de présentateurs.

L’ancien chef de l’Etat, candidat à la primaire de la droite, y a défendu ses propositions et répondu aux accusations dont il fait l’objet dans l’affaire Bygmalion, questionné sur son rôle dans cette affaire et après avoir qualifié David Pujadas de « juge d’instruction », Nicolas Sarkozy a répondu qu’il n’avait « rien à se reprocher ». « J’ai été mis en examen, ce sera facile de vérifier, pour le seul délit formel de dépassement du plafond de la campagne. » a t-il déclaré. L’ex-chef de l’Etat a également assuré que le Conseil constitutionnel s’était déjà prononcé sur le dépassement du plafond. Un argument déjà développé par son avocat récemment, mais qui occulte plusieurs choses. L’enquête a notamment démontré un dépassement 50 fois plus important du plafond légal des dépenses.

Selon un sondage Harris Interactive, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont crédités chacun de 37% d’intentions de vote au 1er tour. Le maire de Bordeaux l’emporterait au second Le discours de plus en plus à droite de Nicolas Sarkozy est-il en train de porter ses fruits ? Alors que depuis son entrée en campagne, il ne cesse de durcir son propos, en particulier sur les sujets de l’identité, de la sécurité et de l’immigration, celui-ci commence à reprendre du poids dans l’opinion. Alain Juppé reste tout de même le favori de cette première primaire de l’histoire de la droite. Au second tour, le maire de Bordeaux est toujours donné gagnant avec, selon cette enquête, 52% des voix, contre 48% à Nicolas Sarkozy. D’après ce sondage, François Fillon serait largement distancé et ne recueillerait que 10% des voix, devant Bruno Le Maire (9%), Nathalie Kosciusko-Morizet (3%) et Jean-François Copé (2%). Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson n’obtiendraient que 1% des voix. NIcolas Sarkozy une affaire à suivre…Ou surtout pas !

Revoir l’émission : http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/l-emission-politique/l-emission-politique-du-jeudi-15-septembre-2016_1821713.html

Photo : Image extraite de la vidéo

quand Charline Vanhoenacker demande à Nicolas Sarkozy des nouvelles de Paul Bismuth

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Bernard Tapie

Bernard Tapie doit rembourser les 404 millions d’euros

Le 29 septembre, Bernard Tapie, 72 ans, avait en audience au civil réclamé entre ...

made in China

Le peinture « made in China » envahit les quartiers touristiques de Paris

Cela fait déjà plusieurs années que les tableaux fabriqués en série en Chine font ...

primaire de la gauche

sept candidats en lice pour la primaire de la gauche

Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, François de Rugy, Sylvia Pinel et ...