Mon Garçon un film de Christian Carion

Mon Garçon avec Guillaume Canet

Christian Carion  : J’ai demandé à Guillaume « Est-ce qu’on peut imaginer une situation où toi, acteur, tu découvres tout au fur et à mesure ? Que je ne te donne pas de scénario ? Serais-tu prêt à prendre ce risque avec Mon Garçon ? » 

Mon Garçon est un film dans le film. La magnifique scène de Mélanie Laurent avec Guillaume Canet, la bastonnade d’Olivier de Benoît et le challumage d’Antoine Hamel, font de ce polar une histoire plus intéressante que le scénario lui-même, à condition cependant de connaître toutes les conditions de tournage dans lequel Mon Garçon a été réalisé.

Raconter une histoire qui n’en est pas une. Raconter une fiction qui dit paraître des plus réelles et des plus réalistes, se mettre en danger, en apnée, en attente d’un résultat attendu mais en pensant qu’il peut être plus fort, plus dur, plus animal, en un mot plus humain, c’est le paris que s’est lancé Christian Carion, le réalisateur, en écrivant et imaginant Mon Garçon, et en demandant à son acteur principal, Guillaume Canet, de jouer sans scénario, dans l’ improvisation la plus totale, un personnage qui est un père partant à la recherche de son fils disparu.

Le synopsis : Passionné par son métier, Julien voyage énormément à l’étranger. Ce manque de présence a fait exploser son couple quelques années auparavant. Lors d’une escale en France, il découvre sur son répondeur un message de son ex femme en larmes : leur petit garçon de sept ans a disparu lors d’un bivouac en montagne avec sa classe. Julien se précipite à sa recherche et rien ne pourra l’arrêter.

« Je suis arrivé Gare de Lyon à Paris avec ma valise. On m’a donné un portable et les clés de location d’une voiture, puis on m’a demandé d’écouter un message sur le téléphone : le film avait en fait, et de fait, d’ores et déjà démarré » nous indique Guillaume Canet lors de la présentation du film à la presse. Tous les Techniciens et tous les autres acteurs se sont préparés sans lui, avec pour principal indication de réagir aux réactions de ce dernier. Ils a été aussi formellement interdit durant tout le tournage de lui donner toute information avant les scènes. Pendant 6 jours et dans l’ordre chronologique, la réalisation s’est faite sans possibilité la plupart du temps de rejouer la scène. « Quand il est face à un autre acteur, il y a deux caméras, parce qu’on ne va pas faire un champ/contrechamp !« , explique Christian Carion. « Parce que champ/contrechamp, c’est recommencer! On ne recommence rien. On prend les premières prises et on s’en va, on vole!« . Ainsi, petit à petit, le malaise apparaît, se fait. Mélanie Laurent raconte : « Guillaume ne jouait jamais ce qui était prévu ». « J’avais alors une seconde pour réagir à l’opposé de ce qui était envisagé, et tout cela dans une prise unique » «  J’ai eu l’impression de vivre un nouveau baptême du feu et j’ai perdu le sommeil pendant deux semaines« . Guillaume Canet qui, après son passage dans le film à la gendarmerie, quitte peu à peu, son rôle d’acteur pour ne plus jouer que son rôle d’homme et de peut être aussi de père. Filmé caméra à l’épaule, dans une zone montagneuse, il nous entraîne dans sa poursuite, à la recherche de la raison, du pourquoi de la disparition de son fils. Sans filet, sans dialogue, il part à la chasse et ne cherche plus à savoir ce qui est bien ou mal, il veut sauver son fils coûte que coûte, et là, Guillaume Canet se lâche, parfois à faire vraiment peur, tant l’émotion, le rationnel et l’irrationnel s’empare de lui. C’est ce qui fait la qualité et la singularité de ce film, ne rien savoir mais tout faire pour comprendre de ce que peut être la réaction d’un homme face à l’inconnu, face à une inconnue : Que ferais-je dans une telle situation ?

Christian Carion qui a dirigé Guillaume Canet dans « Joyeux Noël » et « L’affaire Farewell », raconte : « J’ai dit à Guillaume : ‘j’ai envie d’aller au bout d’une idée qui est toute simple. Ton personnage est un homme absent, toujours à l’étranger. Il revient et apprend des choses qu’il ignorait. Est-ce qu’on peut imaginer une situation où toi, acteur, tu découvres tout au fur et à mesure ? Que je ne te donne pas de scénario ? Serais-tu prêt à prendre ce risque ?‘ ». Voilà le vrai synopsis du film. « Avec ‘Mon garçon’, j’ai vécu une expérience hors du commun » dit Guillaume Canet. Voila ce que vous vivrez, en allant voir ce mercredi « Mon Garçon ».

« Mon Garçon » le 20 septembre dans les salles
Un film de : Christian Carion
Avec : Guillaume Canet, Mélanie Laurent, Olivier de Benoist, Antoine Hamel, Mohamed Brikat
Durée : 1h24

MON GARCON : Un film de Christian Carion

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Festival du Film Merveilleux et Imaginaire

Festival du Film Merveilleux et Imaginaire 2014

C’est à un voyage au sein d’un monde magique que nous convie cette cinquième ...

Black panther marvel

Black Panther le super­héros africain renaît de ses cendres

T'challa de son vrai nom, Black Panther a été imaginée par Stan Lee et ...

Rodin - Jacques Doillon

Vincent Lindon joue l’Auguste Rodin

À Paris, en 1880, Auguste Rodin reçoit enfin à 40 ans sa première commande ...