• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Millénium 4 « Ce qui ne me tue pas » accro ou pas accro ?

David Lagercrantz

Ca y est, le tant attendu quatrième tome de la série de polars « Millénium » est sorti mercredi 26 août à minuit en Suède et, à cette occasion, une librairie du centre de Stockholm est restée ouverte entre minuit et une heure du matin pour que les quelques dizaines d’impatients puissent acheter l’un des premiers exemplaires de l’oeuvre et la faire dédicacer par son auteur, David Lagercrantz. L’intrigue n’avait pour ainsi dire pas été dévoilée et rares étaient ceux qui avaient pu lire le livre avant sa sortie, ce qui n’avait pas été sans déplaire aux milieux littéraires…

« Ce qui ne me tue pas » évoque l’Agence américaine de la sécurité nationale (NSA) et l’intelligence artificielle. Les passionnés de la saga se rappellent que les trois précédents opus avaient été écrits par Stieg Larsson, mort en 2004 juste avant la publication de sa trilogie, bien loin d’avoir pu imaginer à l’époque le retentissant succès qu’elle allait connaître, les ventes ayant atteint plus de 80 millions d’exemplaires.

Mercredi 26 août, David Lagercrantz a confié l’angoisse qui avait été la sienne en écrivant la suite. « Je n’étais pas la personne la plus facile à vivre parce que je ne pensais  qu’à ça. J’ai tellement peur de ne pas être à la hauteur de Stieg Larsson, a-t-il dit. Il a reconnu n’avoir « jamais autant travaillé, jamais avec une telle passion« . Selon lui, « toute histoire a un point de départ et mon point de départ était d’absorber le monde de Stieg Larsson dans mon système ». Avouant avoir beaucoup travaillé, lisant et relisant la trilogie Millénium, multipliant les recherches », s’interrogeant sans cesse.

Ses détracteurs lui reprochent son peu de modestie, le manque de relief de son style, et demeurent choqués que le nom de Stieg Larsson n’apparaisse qu’en minuscule… L’ex-compagne de ce dernier qui avait été écartée de la succession après plus de trente ans de vie commune, fait valoir qu’on ne ressuscite pas les morts et accuse la maison d’éditions d’opportunisme et de cupidité ; « On dit que les héros doivent continuer à vivre. Mais c’est des conneries, parce qu’en fait, c’est une histoire d’argent. On a une maison  d’édition qui a besoin d’argent et un écrivain qui n’a rien d’autre à écrire que de copier les autres« , s’était-elle indignée, ajoutant que Lagercrantz, issu de l’intelligentsia de Stockholm, n’a de surcroît aucun point commun avec Larsson, journaliste d’origine provinciale, militant d’extrême gauche et antifasciste qui dédaignait la notoriété et les mondanités. Les amis de l’écrivain réclament également qu’on laisse l’œuvre reposer en paix et crient au scandale, dénonçant une exploitation commerciale éhontée et s’étonnant de voir revivre des héros une fois leur auteur décédé.

Eva Gedlin, directrice de la maison d’édition argumente qu’il s’agit ici de continuer l’œuvre de Larsson et de lui rendre hommage…et que cette décision a été prise en plein accord avec le père, Erland Larsson, et le frère de Stieg Larsson, héritiers de l’écrivain et journaliste, ces derniers ayant d’ores et déjà déclaré que leur part des recettes sera intégralement reversée au magazine antiraciste Expo, cofondé par l’écrivain, et qu’ils tablent, pour commencer, sur 5 millions de couronnes (plus de 500.000 euros). Ils ont par ailleurs jugé le livre excellent. « Je l’ai gardé sur ma table de nuit une semaine avant de l’ouvrir. J’avais un peu peur. Mais une fois qu’on a commencé, c’est impossible de s’arrêter« , assure Joakim Larsson à l’AFP.

Quelques 2,7 millions d’exemplaires ont déjà été imprimés, dont 500.000 aux Etats-Unis, et 41 maisons d’édition à  travers le monde ont acquis ses droits. La campagne de lancement a été des plus savamment orchestrée, et bien que ni David Lagercrantz ni Norstedts ne parle d’argent, il est certain que des recettes spectaculaires sont espérées…Il n’y a plus qu’à attendre le verdict des lecteurs…

Ces derniers retrouvent donc Leur Mikaël Blomkvist de héros en mauvaise posture, plutôt journaliste has been, dont la revue Millenium est à bout de souffle jusqu’à ce que revienne en Suède un chercheur génial grand spécialiste de l’intelligence artificielle et flanqué d’un gamin autiste ; père et fils sont menacés, Lisbeth s’intéresse aussi à eux ce qui remet Mikael en piste….. Vous n’en saurez pas plus.. A suivre ou à zapper…

A voir aussi : séance de dédicaces, le lundi 31 août à 18h00 à la Fnac Saint Lazare

L'histoire

I am text block. Click edit button to change this textQuand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu’il tient le scoop qu’il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA… Dix ans après la publication en Suède du premier volume, la saga Millénium continue.

Sondage

[yop_poll id= »7″]

Broché: 1 pages
Editeur : ACTES SUD
Langue : Français
ISBN-10: 2330053908
ISBN-13: 978-2330053901

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Gilles Legardinier

Gilles Legardinier : Le premier miracle

Gilles Legardinier s’est toujours attaché à faire naître des émotions qui se partagent.

Shaka Ponk - Monkey Diary, Laurent Julliand

Shaka Ponk « Monkey Diary » by Laurent Julliand et The Nouveau Clip

Dans Monkey Diary, Laurent Julliand retrace son immersion dans le quotidien des Shaka Ponk. ...

Tina Modotti

Bernadette Costa-Prades « Tina Modotti » femme photographe

Bien qu’elle n’ait fait des photos que pendant sept ans, les oeuvres de Tina ...