• Participez au sixMic Crowfunding !

Michel Guidoni est le Président du Bouffon

Le Bouffon du Président

Peut-on rire de tout ? Eternelle question qui se pose depuis que le monde est monde ! Peut-on rire des politiques ? Oui il le faut bien, car de face comme de profil, ils sont loin, très loin, d’être hilarants ! En fait, ils nous font beaucoup plus mourir de peur que rugir de plaisir, car la plupart d’entre eux sont incapables de nous apporter joie et bonheur; ils prennent nos vies en otage et nous privent d’un des piliers de la vie : Le Rire. Les Guignols de l’info, le Canard Enchainé, Charlie Hebdo, sont heureusement là, certes pour nous informer mais aussi et surtout pour nous faire rire. Michel Guidoni, qui intervient notamment sur Paris Première dans l’émission « La Revue de Presse » est un homme à tout faire, car il sait tout faire, en tous les cas tout imité, et dans « Le Bouffon du Président« , il nous emmène sur la piste du rire, à la découverte de la fanfaronnade politico- politicienne! Le synopsis du Bouffon du Président nous dit « Imaginons un ancien Président de la République, François NICOLY, tenté de revenir au premier plan afin de se venger à jamais d’une star du rire dont il a toujours été la tête de turc…. Une situation totalement invraisemblable, non?  » Vous l’avez évidemment deviné… Nicoly n’est autre que Nicolas Sakorzy et qui a pour prénom… François !

Le Pitch :

Un politicien se venge d’un comique qui le ridiculise à outrance. Jerry Guillos, l’humoriste français numéro un, réputé pour ses provocations corrosives a été engagé pour une soirée privée par Roseline Favel, organisatrice d’événements. Notre star du rire découvre avec effarement l’endroit du gala: la cave d’une auberge désaffectée en pleine nature hostile. Et pour couronner le tout, il doit jouer pour un seul spectateur, le « client » qui l’a acheté. Mû d’un mauvais pressentiment, Jerry tente d’annuler sa prestation. En vain. L’arrivée d’une jeune et ravissante Sophie, en remplacement de son régisseur mystérieusement volatilisé, finit par convaincre ce séducteur patenté d’honorer ce contrat très bien payé. Le piège va se refermer. Jerry, aveuglé par les projecteurs, attaque son show face à ce spectateur invisible. Et comme à son habitude, il descend en flammes sa tête de turc favorite, François Nicoly, le précédent président de la république. Son spectateur ne riant à aucune de ses vannes, il arrête son show pour se retrouver avec stupeur face à… François NICOLY. Qui n’a jamais digéré d’être sans cesse ridiculisé, voire diffamé, par Jerry. Il le tient même en partie responsable de sa défaite aux dernières présidentielles. Le politicien n’a qu’un but : faire souffrir Guillos autant en une nuit que lui même a souffert pendant des années. D’où un duel cinglant entre les deux hommes, une vengeance diabolique… à laquelle est mêlé Pierre, un fantôme du passé. Un « Limier » version comique. Est-il raisonnable de voir la paille dans l’oeil du voisin alors qu’on a une charpente dans le sien ? Un comique peut-il tout se permettre ? Un politicien peut-il clouer le bec définitivement un amuseur qui se fout de sa gueule ? Qui rira le dernier ? Suspense ! Un sujet moderne et jamais vu au théâtre. Dialogues étincelants, situations cocasses et toutes similitudes avec des faits ayant réellement existé sont purement volontaires. Votez pour ces cinq personnages hauts en couleur qui tiendront leurs promesses : vous faire rire.

Sur un scénario d’Olivier Lejeune, l’histoire se conjuguent à cinq : Un humoriste : Franck de Lapersonne, un Président : Michel Guidoni, Une directrice de la communication : Fabienne Chaudat, Une belle Blonde : Cécile de Ménibus et un ex Humoriste : Frédéric Bodson. Cinq excellents comédiens qui se complètent formidablement et qui, mine de rien, dressent au fur et à mesure du déroulement de la pièce, un portrait bien peu flatteur du monde de la politique et de ses dérives… Le public est tout acquis à Franck de Lapersonne, parfait dans son rôle d’humoriste star qui déchaine les rires de la salle. Toute dévouée à son Nicolli de Président, Fabienne Chaudat dans son rôle de communicante fatale, donne la juste mesure et Cécile de Ménibus, la belle blonde de service, nous surprend agréablement de par son jeu d’actrice, dans son rôle de productrice Blonde. Frédéric Bodson intervient à la fin de la pièce pour avertir qu »on lui à voler tous ses sckects, et enfin , Michel Guidoni, qui, pour le pratiquer un peu tous les jours, interprète de manière aussi juste qu’élégante le rôle du président, un président qui pense avoir de l’humour…Or, comme le dit la pièce  » Mais, qui rira le dernier ». Un Michel Guidoni, époustouflant à son habitude dans son rôle d’imitateur, d’acteur, de chansonnier, d’ inégalable gagman . Sur des dialogues savoureusement rédigés par Olivier Lejeune, la pièce se boit d’une traite. On sourit et on rit beaucoup, on se laisse aller à rire, et on a envie de rire. Le Bouffon du Président donne envie d’y revenir, pour avoir le plaisir de rire encore et toujours.

« Si un président décidait de faire subir à un humoriste ce que ce dernier lui a fait subir? Une vengeance sans violence mais cruelle. Un affrontement acharné et caustique. Une réflexion sur la liberté d’expression… Qui remporterait ce duel ? » Olivier LEJEUNE.

Distribution:

Une pièce de, et mise en scène par : Olivier Lejeune

Distribution : Franck de Lapersonne, Cécile de Ménibus, Michel Guidoni, Fabienne Chaudat et Frédéric Bodson

Assistant mise en scène : Cyril Lejeune
Musique : Raphaël Sanchez
Décor : Pauline Lejeune
Régie : Luc Le Coq
Costumes : Christine Chauvey

Avec la participation vidéo de Sandrine Corman et Youssef Akabli.

Le bouffon du président

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Ratatouille

Ratatouille en Ciné-concert au Grand Rex

Réalisé par Brad Bird, Ratatouille est le huitième film d’animation en images de synthèse ...

François Stemmer

L’adolescence vue par François Stemmer

Cela fait quatre ans que François Stemmer a créé sa compagnie. L’idée lui est ...