• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Majoliques italiennes de la Renaissance à la Fondation Bemberg

Assiette-Urbino

Cela fait vingt ans qu’ouvrait à Toulouse, la Fondation Bemberg, dans l’un des plus beaux édifices de la Renaissance, l’Hôtel d’Assézat. Pour en célébrer l’événement, son président Guillermo de Osma a souhaité rendre hommage à Georges Bemberg, créateur de la fondation, en accueillant une exposition en harmonie avec les œuvres de la Fondation. C’est ainsi que, du 25 juin au 27 septembre 2015 et grâce à un partenariat avec le prestigieux Musée des Arts décoratifs de Lyon, seront exposées au sein de la Dondation Bemberg, les majoliques italiennes de la Renaissance de la collection Paul Gillet.

A travers une centaine de pièces, la céramique de la Renaissance brillera de mille feux grâce à la collection unique et prestigieuse constituée au début du XXè siècle par Paul Gillet (1874-1971), industriel lyonnais, qui fit don de cette collection d’objets, parmi les plus belles d’Europe, au Musée des Arts décoratifs de Lyon, musée connu pour être à la fois un lieu de contemplation, de découverte, mais aussi un lieu de ressources scientifiques, documentaires, culturelles et pédagogiques…

Georges Bemberg était un passionné de l’époque Renaissance pour l’ambition d’universalité de cette époque qui connut un développement artistique unique que le raffinement des cours européennes et l’essor des cabinets d’amateurs ont favorisé. La faïence italienne ou Majolique, est l’une des plus brillantes preuves du dynamisme artistique de l’époque Renaissance avec ses décors inspirés par le répertoire de l’Antiquité, sublimés par l’éclat du lustre et la splendeur des couleurs. Elle est donc en parfaite harmonie avec l’intégralité des collections de la Fondation, notamment au regard de sa collection de bronzes Renaissance et de ses nombreux tableaux du XVIe siècle : Véronèse, Le Tintoret, Clouet, Cranach…

Humaniste du XXe siècle, Georges Bemberg a voulu faire partager sa passion pour le monde de l’art en créant sa Fondation et en l’ouvrant au public. Plus qu’un musée, c’est un voyage à travers des siècles de création artistique qui est offert, chaque objet, chaque tableau reflétant l’émotion et la culture de cet homme qui avait fait du beau sa raison de vivre. Véritable hymne à la beauté à travers les siècles, chaque tableau, chaque objet résonne de l’émotion de la rencontre avec cet homme à l’immense culture qui a érigé le beau comme art de vivre. Plus de trente-cinq tableaux de Pierre Bonnard, qui constituent l’un des ensembles les importants au monde, sont présentés tandis que d’autres salles arborent les plus grands noms de l’ Ecole Française Moderne : Matisse, Degas, Monet, …

La Fondation est aussi un écrin pour près de deux cents tableaux anciens du XVIe au XVIIIe siècles. Les écoles vénitiennes, flamande et hollandaise sont représentées ainsi qu’ une très belle et rare collection de bronzes de la Renaissance. On peut également admirer des livres rares, objets précieux, meubles marquetés, tapisseries et des porcelaines de Chine. Mais la Fondation Bemberg joue également un important rôle de centre  d’art en proposant des visites guidées à thèmes, des conférences, des cours d’histoire de l’art, un service éducatif qui, depuis 1996, a accueilli des milliers d’enfants et d’adolescents et connaît à l’international un véritable rayonnement  avec ses prêts aux musées les plus prestigieux.

Avec la disparition de M Georges Bemberg en 2011, la Fondation ouvre une nouvelle page de son histoire. Outre le legs de meubles et tableaux du généreux mécène à son musée, la Fondation Bemberg se donne pour mission de perpétuer l’œuvre de son créateur par une politique de nouvelles acquisitions, telle celle toute récente d’un superbe tableau de Nicolas Tournier « Paysanne portant des fruits », et d’ouvrir toujours plus grand ses portes au public en lui proposant des expositions temporaires, en lien avec les collections les plus prestigieuses de France et du monde. Comme l’a voulu Georges Bemberg, la Fondation a pour mission de faire partager au plus grand nombre la passion pour l’art de son créateur.

Photo : Assiette-Urbino, atelier de Guido-Durantino, vers-1540/1555

l'Hôtel d'Assézat

Hôtel d'Assézat

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Le Zyriab by Noura

Noura invite La Mamounia à l’IMA

A l’occasion de l’exposition « Le Maroc Contemporain » qui a lieu à l’ ...

jodie-way Thierry Courtadon,

Thierry Courtadon : Les pierres de Volvic montent à Paris !

le jardin du Palais Royal accueille jusqu’au 23 novembre prochain 20 sculptures monumentales du ...