• Participez au sixMic Crowfunding !

Ma Samaritaine 2015 vue par …

Samaritaine 2015

Le projet Samaritaine étant intimement lié à la photographie, cinq jeunes français et cinq jeunes étrangers ont été sollicités pour donner une vision artistique originale et inusitée des lieux afin d’enrichir les archives visuelles de cet ancien magasin mythique de la capitale fermé depuis déjà une décennie.

Ce sont dix étudiants et anciens élèves de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts qui, l’an passé, avaient décliné les grandes directions de la photographie contemporaine.Alors que le chantier touche à sa fin, les différentes écritures et sensibilités photographiques vont, pour cette ultime étape, être réunies.

C’est le travail de Pierre-Olivier Deschamps qui accueillera les visiteurs. Ses images ont outre passé l’exploration systématique et technique et questionnent la fonction de la couleur et de la composition dans l’approche de l’espace et de l’architecture. Sarah Moon, quant à elle, a profité de l’ampleur du lieu pour fournir des photographies vibrantes et lumineuses emplies de sensibilité et de fragilité poétique.

Georges Rousse a transformé la perception de l’espace tel un véritable tour de magie. Sa grande pièce colorée sera accompagnée des études préparatoires. C’est également à l’espace que s’est attaché le suédois JH Engström mais en couleurs alternant le négatif et le Polaroïd. Il nous donne une vision en noir et blanc de Paris vu de La Samaritaine et se joue de la lumière pour établir une tension entre réalisme et fiction.

Michael Ackerman a joué dans cet espace inconnu et a profité des éclats de lumière et de la profondeur des noirs pour laisser transparaître les sentiments qui traversent son oeuvre. Avec leur chambre grand format et leur sens unique de la couleur et l’efficacité qui les caractérisent, Yves Marchand & Romain Meffre ont pris à bras le corps l’architecture du lieu, en questionnant la frontalité.

Une exposition qui confronte l’esthétisme artistique et les regards d’artistes affirmés et divers, et dont les œuvres photographiques sont autant de souvenirs et de moments de mémoire de ce lieu en marche vers un avenir des plus contemporains.

Christian Caujolle, Commissaire, responsable du projet
Assistant au commissariat : Hugo Fortin

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Course à Auteuil

Pour son quatre-vingt-dixième anniversaire, pleins feux sur Sabine Weiss

Photographe d’origine suisse naturalisée française, Sabine Weiss est née à Saint-Gingolph en 1924. Dès ...

Richard Schroeder

Richard Schroeder « Vénus, I’m not like everybody else « 

Richard Schroeder, c’est l’histoire d’un passionné d’images, d’un passionné des autres et de la ...

Graffiti Art - Château Labottière

Graffiti Art au Château Labottière

Les amoureux des graffitis seront enchantés de découvrir au Château Labottière, Institut Culturel Bernard ...