• Participez au sixMic Crowfunding !

Lyric des lices : Une saison musicale et culturelle à l’Epi plage

Le principe est simple : sortir l’opéra de ses frontières pour permettre à tous les publics de découvrir ce genre trop souvent considéré comme élitiste. Pour cela, Shahla Mauch Deyhim a créé Lyric des lices : des opéras sur la plage de Ramatuelle au vu de tous, loin des traditionnelles loges et du lourd rideau rouge. Et puisque l‘opéra est un art de la générosité, les bénéfices de ce festival seront reversés au profit de l’association pour le don d’organes « Donnons pour sauver ».

Rendez-vous dès le 17 juin avec Thiago Arancam. Le jeune ténor brésilien, internationalement reconnu, sera accompagné au piano par Marino Nicolini pour un récital unique à partir de 21h.

Au programme :

  • Luisa Miller – Quando le sere al placido (cn recitativo)
  • Carmen – La Fleur que tu m’avais jetee
  • Le Cid – O souverain!

INTERMEZZO MANON LESCAUT
Manon Lescaut – Donna non vidi mai
Tosca – E lucean le stelle
Andrea Chenier – Un dì all’azzurro spazio
Andrea Chenier – Come un bel dì di Maggio

OUVERTURE CAVALLERIA RUSTICANA – piano
Fosca – Ah! Se tu sei fra gli angeli
La tabernera del puerto – No puede ser

Le 28 juillet :

Yves Henry, le célèbre pianiste compositeur, président du festival de Nohan et membre du comité de programme de l’institut Chopin de Varsovie, déjà habitué des concerts à l’Epi plage, se prêtera également au jeu à partir de 21h pour un récital autour de l’oeuvre de Chopin.

Tarifs : 60€ place assise – 15€ place debout. Les concerts seront suivis d’un cocktail dinatoire en compagnie des artistes.

Au programme :

« De Chopin à Debussy » le chemin et la grâce « Je me sens parfois sentimental comme une modiste qui aurait été la maîtresse de Chopin » Claude Debussy

Debussy, dont nous célébrons en 2012 le 150e anniversaire de la mort, est un génie paradoxal. Révolutionnaire autant que Beethoven en son temps, il orienta de façon incomparable toute la musique du XXe siècle. Mais si son art, si libre et novateur, proche en certains points de celui des impressionnistes, bouleversa l’esthétique de son époque, il fut aussi marqué par de nombreuses influences : Liszt, Grieg, Wagner, Borodine, Tchaikovsky, Moussorgsky, sans oublier Rameau, ni Mozart. Mais celui qui le marqua le plus fut sans doute Frédéric Chopin.

Critique à la dent féroce, n’épargnant quasiment aucun musicien, Debussy entretint un rapport privilégié à Chopin tout au long de sa vie (« Mon âme est romanesque ainsi qu’une ballade de Chopin ! », affirmait-il). Il travailla ainsi intensément à une révision complète des oeuvres de Chopin pour l’éditeur Jacques Durand. Enfant, il prend des leçons de piano avec la belle-mère de Verlaine, élève de Chopin. Puis il est admis au Conservatoire de Paris à l’âge de dix ans, en 1872. Dans l’illustre maison, dirigée par Ambroise Thomas, il fréquente la musique de Chopin, et obtient deux ans plus tard un 2ème accessit de piano avec l’interprétation du Concerto n° 2 en fa mineur. Un an après, c’est la 1ère L’amour que Debussy portera à Chopin se doublera d’un l’amour viscéral pour l’instrument. Comme Chopin, l’oeuvre de Debussy constitue un monde enfermé dans un piano. Un piano intime, confident de l’âme, autosuffisant, chantant, finalement, sa solitude ; un piano d’improvisateur, aussi génial que Chopin, qui se traduit dans nombre de ses pages par une incroyable liberté formelle, là aussi comme chez Chopin… Les deux musiciens sauront inventer leurs propres formes, bien au-delà des schémas classiques. Au piano seul, Debussy dédiera une grande partie de son oeuvre – quand Chopin lui offrira la totalité de ses pages. Car le piano incarné, pour Debussy, c’est Chopin. Que cela soit dans les titres – Nocturne, Ballade, Préludes – ou dans le dessin et les intentions musicales, si pures, on peut affirmer que toutes les pages pour piano de Debussy sont dédiées à Chopin, en esprit.

Les deux musiciens définissent ensemble une nouvelle poétique musicale, mise en oeuvre par Chopin puis élargie, grâce à un langage plus raffiné encore, par Debussy ; celle qui ressort peu à peu des pages composées à Nohant à partir des années 1840 – 2ème Impromptu, Prélude op. 45, 4ème Ballade op. 52, 4ème Scherzo op. 54, Berceuse op. 57, 3ème Sonate op. 58, Barcarolle op. 60, Polonaise-Fantaisie op. 61, pour l’essentiel. Autant de chefs-d’oeuvre d’où émergent une lumière et des horizons neufs, tracés par des aventures harmoniques inouïes, singularités que l’on retrouvera amplifiées chez le compositeur français. Les deux créateurs sont des visionnaires confinés dans la pudeur, la demi-teinte, la suggestion, le silence, le mystère … « la suppression volontaire de toute contingence bavarde », dira Debussy. Musiques de senteurs, de couleurs et de rêves, musique d’ailleurs, où le cadre apparemment fini du piano délivre un univers infini d’images et de sensations. Debussy a incarné le rêve du piano absolu de Chopin. Jean-Yves Clément (Conseiller artistique et littéraire du Festival de Nohant)

L’art dans le pré : la semaine iranienne

Du 16 au 19 août, l’Epi plage consacre une semaine aux arts iraniens : danse, musique, cinéma, cuisine, … Un voyage des sens en Iran au coeur des jardins de l’hôtel !

Retrouvez tout au long de la semaine, une exposition-vente des oeuvres de l’artiste peintre iranien Zende.

Mahmoud Zendehroudi a exposé dans le monde entier : France, Allemagne, Suisse, U.S.A., Hong-Kong, Algérie, Maroc, Iran. De nombreux collectionneurs et des musées dans des pays différents apprécient son travail.

Installé en France depuis 1978, Zende se consacre à son art mêlant peinture, calligraphie, poésie, pour nous offrir de véritables « sculptures de papier », comme autant de portes ouvertes sur l’Iran. Egalement, retrouvez chaque jour une projection des films des plus grands cinéastes iraniens !

Quoi de plus dépaysant que le voyage culinaire ?

Faranak & Francine vous invite à découvrir la riche cuisine persane dans une ambiance conviviale avec des ateliers cuisine ! De quoi s’initier à la variété de la cuisine iranienne, découvrir les différents ingrédients, apprendre les recettes traditionnelles et déguster avec plaisir toutes ces saveurs d’Orient…

Deux concerts exceptionnels : Le vendredi 17 août, Shahrokh Moshkin Ghalam, célèbre danseur, chorégraphe et metteur en scène, accompagné de ses cinq musiciens vous entraine dans son univers rempli de danses folkloriques et mystiques du Moyen-Orient autour d’un cocktail dinatoire.

Shahrokh Moshkin Ghalam est titulaire d’une licence de l’histoire de l‘art et du théâtre de l’Université Paris VIII. Il se spécialise dans les danses folkloriques et mystiques du Moyen-Orient, mais se passionne aussi pour les danses indiennes, indonésiennes et le flamenco. Egalement comédien, il joue dans de nombreuses pièces avant de devenir en 2005 pensionnaire de la Comédie Française.

Le samedi 18 août, c’est au tour de Sussan Deyhim, chanteuse et compositrice iranienne à la voix envoutante, de vous enchanter lors d’un cocktail dinatoire. Sussan Deyhim, d’abord membre dès l’âge de 13 ans du Ballet national d’Iran puis du Béjart ballet, est une artiste complète, touche-à-tout (théâtre, musique, danse, film), qui a collaboré avec les plus grands : Bobby McFerrin, Peter Gabriel, Bill Laswell, Jerry Garcia ou encore The Blue Man group et l’Orchestre symphonique national de la radio polonaise.

  • Tarif : atelier culinaire : 25€/pers. – projection : 15€/pers. – concerts et soirée de gala : 50€

Le bal masqué du 14 juillet Le 14 juillet, soir des traditionnels bals des pompiers, l’Epi plage vous propose une soirée décalée, festive et conviviale à partir de 21h dans son parc. Les violons tziganes, particulièrement réputés pour leurs airs festifs et entrainants, vous accompagneront tout au long de cette soirée aux rythmes endiablés. Et pour entretenir le mystère, venez masqué !

L’Epi plage vous ouvre à cette occasion son splendide parc naturel et vous invite à partager un repas convivial pour fêter la fête nationale cette année sur des airs d’ailleurs !

  • Tarif : 50€ – bar ouvert

Septembre sera argentin à l’Epi plage grâce au tango

Pour éviter le blues de la rentrée, Leonardo Oviedo et sa partenaire Cécilia Pascual vous entrainent cette fois à Buenos Aires pour une soirée tango le samedi 29 spetembre jusqu’au bout de la nuit dans les jardins de l’Epi plage.

  • Tarif : 40€

L’association « Donnons pour sauver » Shahla Mauch Deyhim, la propriétaire des lieux, milite pour le don d’organes à travers l’association « Donnons pour sauver », créée en 2010, grâce notamment aux nombreux évènements qui se déroulent dans son hôtel.

Epi Plage, Route de l’Epi 83350 Ramatuelle

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité