• Participez au sixMic Crowfunding !

Lumière de L’aube, Yoko Ono au Mac Lyon – part 2

Yoko Ono, Walking On Thin Ice, 1981

En 1981, Yoko publie son cinquième album « Season of Glass », dans lequel elle se livre avec émotion sur son travail de deuil. L’album se classe à la 49e place des charts mondiaux. Sa célèbre pochette montrant les lunettes de Lennon tachées de sang, provoque de violentes critiques qui accuse Yoko d’être insipide et exploitante. Cependant, elle déclara avoir choisi cette image en voulant représenter ce qu’elle et d’autres membres de la famille de Lennon ont enduré après la mort de ce dernier.

A partir de 1984, Yoko publie son album « Every Man Has A Woman Who Loves Him« , ainsi que le dernier album posthume de John et Yoko. Son single « Hell in Paradise » devient un hit, se classant à la 16e position des charts américains et 26e dans la liste des 100 plus grands succès du Billboard. Le clip, qui accompagne la chanson, gagne l’award de la « vidéo la plus innovante » aux Billboard Music Video Awards en 1986. Yoko, afin de promouvoir cet album, fera sa première tournée mondiale « World Tour For Starpeace », visitant les pays de l’Est dans lesquels elle sentait devoir proclamer son message de paix.

En 1991, elle crée, avec son fils Sean et le chanteur Lenny Kravitz, le « Peace Choir », enregistrant, avec de nombreux autres artistes, une reprise de « Give Peace a Chance » pour protester contre la Guerre du Golfe. L’ensemble de sa carrière musicale, agrémenté de maquettes et de chansons inédites, est publié l’année suivante, et elle sort « Rising », en collaboration avec son fils Sean.

En 2002, les DJs américains commencent à travailler sur un projet consistant à remixer le répertoire de Yoko pour des clubs de dance. Pour cela, Yoko supprime son prénom qui devient simplement ONO, une réponse ironique à la phrase : « Yoko Ono Oh No! », une plaisanterie qui l’a poursuivie tout au long de sa carrière. Le projet connaît un grand succès, et sera suivi en 2007 par la sortie de la compilation « Yes I’m A Witch », à l’incontestable succès.

Chanteuse et musicienne, Yoko l’a toujours été, bien avant sa rencontre avec John Lennon ; elle désire traduire dans sa musique les sons de l’environnement et de la vie quotidienne et combine ainsi le mode de notation musicale occidental à des instructions, prélude aux « Instruction Pieces » qu’elle développera pour ses peintures et sculptures. Yoko exploite le spectre de la voix de manière unique, accordant au corps autant d’importance qu’un instrument primordial.

Yoko est également une grande cinéaste, réalisant plus d’une soixantaine de films entre 1964 et 1972. Toujours selon le principe de ses « Instructions Pieces », elle écrit des scripts de films qui interrogent la nature du médium cinématographique et réalise des courts métrages : « Fluxfilms ». Militante des droits de la femme, Yoko a également figuré au générique de plusieurs films sur la maltraitance des femmes. Depuis le début des années 1960, elle a milité pour la paix et la défense des droits des femmes et s’est servi de sa notoriété pour promouvoir la paix dans le monde et lutter contre le racisme et le sexisme.

En 2002, Yoko inaugure sa propre récompense de paix en donnant 50 000 dollars (31,900 £) aux artistes vivants dans les régions en conflit. Les artistes israéliens et palestiniens sont les premiers destinataires. En 2008, elle crée une publicité qui est publié dans l’édition du New York Times contenant le mot « IMAGINE PEACE ».

Yoko Ono c’est tout cela et beaucoup plus encore. Pour le grand public, elle incarne à tout jamais le couple qu’elle forma à partir de mai 1968 avec John Lennon. Celui-ci avait coutume de la surnommer « the world’s most famous unknown artist » (la plus célèbre artiste inconnue du monde). Yoko Ono a écrit une nouvelle histoire de l’art. Yoko Ono, un être mythique, une légende vivante.

Photo : Yoko Ono, Walking – On Thin Ice, 1981 – Extrait du clip Walking On Thin Ice Photo : Allan Tannenbaum © Yoko Ono

Exposition Yoko Ono au Mac LYON

Yoko Ono -Photo-Bjarke Ørsted
Yoko Ono dans En Trance, 1997-Exposition Half-A-Wind Show, Louisiana Museum of Modern Art, Danemark, 2013 – Photo : Bjarke Ørsted © Yoko Ono

Informations pratiques

Le Wish Tree

Inspiré de la culture japonnaise, Yoko Ono réalise un « Wish Tree » intitulé Wish Piece en 1996. Il a été depuis exposé dans le monde entier. Les voeux que les passants y inscrivent sont envoyés dans l’Imagine Peace Tower, monument de lumière dédié à la Paix que Yoko Ono a fait construire à la mémoire de John Lennon en Islande. Son site web est le suivant : http://imaginepeace.com

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Tim Parchikov « Suspense »

A la fois réalisateur et photographe, cet artiste d’origine russe vit et travaille à ...

World Citizen Artists

Participez au World Citizen Artists 2015

C’est à Paris, ville capitale à l’origine de la création de « World Citizen ...

Dorothy’s gallery

Dorothy’s gallery « Espace Art Shop » jusqu’au 5 avril 2015

A la fois galerie d’art contemporain et centre culturel américain et international, Dorothy’s gallery, ...