• Soutenez artsixMic
  • Communiquez avec artsixMic !
    Communivation

Luc Barruet et les 20 ans du festival Solidays

Solidays 2018

Shaka Ponk, Mc Solaar, Arnaud Rebotini, Jain, Juliette Armanet, Clara Luciani, Antoine de Caunes, Martin – Soeur Rose de la Foie, Janet, Luc Barruet et beaucoup d’autres… ont tous répondu présents au Solidays 2018 !

Luc Barruet, Directeur-Fondateur de Solidarité Sida fête cette année les 20 ans du festival Solidays. Au moment d’accueillir le 3 millionième festivalier, il partage avec nous les ingrédients d’un festival pas comme les autres.

Quel bilan tirez-vous de cette formidable aventure qu’est Solidays ?

Luc Barruet : Je me dis qu’on a eu raison de faire confiance à la jeunesse pour changer le monde. Notre appel à la mobilisation a été entendu bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer. Grâce à l’enthousiasme et l’empathie de chacun, de Marseille à Bangkok, de Niamey à Bucarest, nous avons pu réduire quelque peu la détresse humaine face au sida. Sans prétention, je crois qu’on peut dire que Solidays est un outil performant. Il en a fait la preuve année après année. De la sensibilisation à l’éveil des consciences, de l’engagement à l’éducation des jeunes, du soutien à la valorisation du tissu associatif, de l’emploi au développement durable, les satisfactions sont diverses et nombreuses.Le plus surprenant, c’est que l’ADN est toujours le même. Construit sur des valeurs de partage et d’entraide, 20 ans plus tard, Solidays donne toujours du sens à la fête et des couleurs à la solidarité.

Vous allez accueillir le 3 millionième festivalier cette année. Comment expliquez-vous le succès du festival ?

Luc Barruet : Il n’y a pas une raison mais plusieurs. Le prix modéré des billets, l’enthousiasme des bénévoles, la qualité de la programmation et l’ambiance si singulière du festival. Nombreux sont les gens qui considèrent ce festival comme un lieu de pèlerinage. On y vient en famille ou entre amis pour nourrir sa « quête de sens », pour partager le plaisir « d’être utile », le plaisir « d’être ensemble ». C’est suffisamment rare pour être précieux. Et comme le charme opère chaque année, on y revient le cœur léger et le sourire aux lèvres. Bref… Solidays, c’est David Guetta qui rencontre Sœur Emmanuelle. En interne, on appelle ça la « mécanique du cœur ».

Changer le monde en prenant du plaisir. Vous êtes de doux rêveurs ?

Luc Barruet : Pas du tout. Voilà des années que je suis convaincu que sans plaisir il n’y a pas d’engagement qui dure. Les plaisirs du cœur et de l’esprit rapprochent les gens, les amènent à se dépasser au profit des autres. Je crois sincèrement que Solidays ré-enchante le monde en créant du lien social et du sens collectif dans une société qui produit de plus en plus de l’isolement et des inégalités. Avec notre festival, nous transformons une multitude de solitudes en une communauté solidaire. Face au cynisme, à l’individualisme et au repli sur soi, c’est plutôt une bonne nouvelle. Le plus drôle dans tout ça, c’est que nous venons seulement de nous rendre compte que dans Soli-days, il y a soli-tude et soli-darité.

Solidays, c’est un peu un monde idéal ?

Un peu, oui. Nous sommes nombreux à penser que si l’esprit Solidays infusait notre quotidien, les choses de la vie seraient certainement plus favorables. Certains pensent que nous sommes des « bisounours ». Si c’est le mot pour disqualifier les gens qui se soucient des autres, alors nous l’assumons pleinement. Nous sommes des « bisounours » bienveillants et productifs. C’est une belle mission.

De quoi êtes-vous le plus fier quand vous regardez dans le rétroviseur ?

Peut-être d’avoir contribué modestement, et avec d’autres, à faire naître de très nombreuses vocations solidaires ? Les bénévoles de Solidarité Sida qui rejoignent nos rangs chaque année forcent mon respect et mon admiration. Impossible de ne pas fondre devant leur soif de dépassement et de générosité.

Le Social Club

Au Social Club, de belles personnalités viendront faire circuler les idées et réveiller notre envie d’agir pour un monde plus durable. Au programme : l’agriculteur et activiste Cédric Herrou (accompagné de Marie-France Cohen, citoyenne solidaire), l’économiste et ancienne conseillère de Barack Obama Esther Duflo, le chef du Mandarin Oriental Thierry Marx, le quadruple médaillé paralympique de tennis en fauteuil Michaël Jérémiasz, la journaliste, féministe et l’une des trois femmes rabbins de France Delphine Horvilleur, l’ambassadrice Française en charge des questions de santé mondiale Stéphanie Seydoux, le directeur exécutif adjoint d’UNITAID Philippe Duneton et le responsable division santé et protection sociale de l’AFD Christophe Paquet, l’essayiste militant des droits humains Raphaël Glucksmann, la réfugiée syrienne Rania Mustafa Ali qui a filmé son périple de Kobané jusqu’à l’Autriche viendront partager leurs convictions avec les festivaliers de Solidays. Cette année le photoreportage est aussi à l’honneur avec le récit photos I AM WITH THEM sur les réfugiés d’Ouganda mené par Anne A-R, le retour d’expérience de Laurence Geai qui couvre les zones de confits de Mossoul à Gaza et le regard perçant de REZA qui partagera une réflexion visuelle sur l’errance de notre famille humaine.

La sexualité sans tabou s’expose

Avez-vous déjà entendu VRAIMENT parler de sexualité ? Pas à moitié, pas en faisant la fine bouche, sans vous cacher derrière des tabous… Tentez l’expérience, vous allez y prendre goût.

Sex In The City, une expo ludique pour libérer la parole

Conçue et réalisée par les équipes prévention de Solidarité Sida, cette exposition interactive et pédagogique embarque les visiteurs pour une découverte de la sexualité sous toutes ses formes et sans tabou. On y parle plaisir, pratiques et « safe sex » en amenant tout un chacun à se pencher sur les dangers liés aux prises de risque. En 45 minutes de déambulation, le visiteur découvre « tout ce qu’il a toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander ». Telle est l’ambition de cette exposition qui titille les sens et stimule l’imagination ! EXPO GRATUITE, JUSQU’À 22H DÉCONSEILLÉE AU MOINS DE 16 ANS

Avec Happy Sex, Zep passe à l’âge adulte

La fameuse bande dessinée « Happy Sex » de Zep s’installe de nouveau à Solidays dans un espace dédié. L’exposition en plein air de l’ouvrage aborde la sexualité de manière légère, décalée et sur le ton de l’humour. De malentendus gênants à une osmose totale, de grands éclats de rire à des moments de solitude abyssaux, notre vie sexuelle est jalonnée d’une multitude de situations émotionnelles. Retrouvez une vaste galerie d’hommes et de femmes croqués dans des moments intimes où plaisir rime avec rire. Couples mariés, coups d’un soir, incursion dans le SM, fétichisme, plan à 3… tout y passe. 30 planches en accès libre où tout le monde se retrouvera au moins une fois. EXPO GRATUITE, DÉCONSEILLÉE AUX MOINS DE 18 ANS

Toutes les informations sur Soldays 2018 : Cliquez ici

Au Programme

VENDREDI 22 JUIN – de 16h à 5h

BAGARRE * BRAIN DAMAGE MEETS HARRISON STAFFORD CAMILLE * DADDY REGGAE SOUND TRUCK * DJ SNAKE EDDY DE PRETTO * FEADZ * HAMZA * JAIN L’OR DU COMMUN * LE CAMION BAZAR MILKY CHANCE * MO LAUDI * MOLÉCULE MØME * Mr OIZO * NASSER * NEKFEU * P2Z PANDA DUB CIRCLE LIVE * REBEKA WARRIOR REQUIN CHAGRIN * SHAME * SILENT DISCO TÉMÉ TAN * VIENS LA FÊTE * W.LV.S (THE DIVER & ELECTRIC RESCUE).

SAMEDI 23 JUIN – de 14h à 5h

AMADOU & MARIAM * ARNAUD REBOTINI LIVE BAMBOUNOU * BIGFLO & OLI * CHINESE MAN CHRONOLOGIC * DADDY REGGAE SOUND TRUCK DAVID GUETTA * DJANGO DJANGO FEU! CHATTERTON * HER HUNGRY 5 FEAT. WORAKLS, N’TO & JOACHIM PASTOR IN THE CAN * JOOLSY * L’ENTOURLOOP LE CAMION BAZAR * MADEMOISELLE K MEUTE * MURA MASA * NO MONEY KIDS P2Z * PIHPOH * RÉMY * ROMÉO ELVIS SABRINA & SAMANTHA SAINT LANVAIN * SHAKA PONK SILENT DISCO * SUZANE VLADIMIR CAUCHEMAR.

DIMANCHE 24 JUIN – de 14h à 00h

ARAT KILO, MAMANI KEITA & MIKE LADD CLARA LUCIANI * DADDY REGGAE SOUND TRUCK * FKJ IAM * JAHNERATION * JULIETTE ARMANET * JUNGLE KOSME * L’IMPÉRATRICE * LE CAMION BAZAR * LYSISTRATA NISKA * P2Z * POLO & PAN LIVE * RILÈS * SILENT DISCO THE KILLS * THERAPIE TAXI * TSHEGUE TWO DOOR CINEMA CLUB.

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?