L’Islande : un exemple à suivre…

islande

« I oerdin er vor allra fyrsta foreldri »
« La terre est notre première mère à tous »

Ce célèbre proverbe islandais ne pouvait pas être mieux illustré que par la nouvelle constitution dont vient de se doter ce pays.

Drôle de petit pays que l’Islande ! Tandis que les autres pays ont fait supporter aux ménages le poids de la crise bancaire de 2008, l’Islande, elle, a regardé couler ses banques et aujourd’hui elle peut se targuer d’être l’une des économies les plus fortes !

Sa nouvelle constitution, choisie par référendum, stipule que les ressources naturelles soient « détenues par le peuple islandais », ce que l’on pourrait résumer sous le terme de nationalisation.

En Islande, les plus grands enjeux économiques concernent principalement la mer et ses produits, mais aussi les minerais et le pétrole; les quotas de pêche sont aux mains de grosses entreprises , mais il y a toujours espoir de trouver du pétrole dans les eaux territoriales… On comprend mieux alors l’intérêt que cette nationalisation des ressources naturelles présenterait pour les islandais et elle assurerait en plus l’Islande de ne pas tomber aux mains de multinationales et donc d’Etats étrangers.

Cette nationalisation des ressources naturelles revient à nouveau d’actualité ; elle date de 1962 lorsque les Nations unies ont affirmé la souveraineté des Etats sur celles-ci.
Si depuis cette date les Etats avaient surtout utilisé ces droits pour privatiser les ressources, sous la pression du FMI et de la Banque mondiale, depuis le début des années 2000, le Venezuela, la Bolivie et l’Equateur ont entamé ou renforcé la nationalisation de leurs ressources naturelles, notamment du pétrole.
Ainsi, en Bolivie, la nationalisation de l’eau a permis à l’Etat de reprendre la main sur ce secteur contre Suez. A Québec, les partis politiques nationalistes réclament régulièrement la souveraineté sur les ressources naturelles.

La chose la plus importante, et le gouvernement islandais en est conscient, c’est d’accroître la participation du public dans la gestion des ressources naturelles et de renforcer les garanties de transparence de l’action publique afin d’éviter toute corruption des gouvernants.
La constitution islandaise prévoit des référendums d’initiative citoyenne, 10% de la population pourrait provoquer un référendum, pourquoi pas, sur les ressources naturelles en cas de litige avec l’Etat.

l’Islande se présente aujourd’hui comme un cas à part dans l’histoire mondiale de l’économie ; pourquoi les autres pays européens ne prennent-ils pas exemple sur elle ?

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Donald Trump 2016

Donald Trump a dépassé le nombre fatidique des 270 grands électeurs

Donald Trump, le républicain, a battu l’ancienne sénatrice et secrétaire d'Etat

Leila Alaoui

Leila Alaoui n’est plus ! Leila Alaoui tuée par la bêtise de ce moche monde

Grièvement blessée lors de l'attaque terroriste qui a fait 30 morts à Ouagadougou le ...

politique migratoire

La nouvelle politique migratoire du Danemark

A nouveau gouvernement, nouvelles mesures : Le pouvoir social-démocrate à peine parti, le nouveau ...