l’Institut Cervantes de Toulouse ouvre ses portes à l’Amérique Latine

La Strategie du Grain de Sable
La Stratégie du Grain de Sable

L’Institut Cervantes, dans le cadre de Cinélatino,  ouvre ses portes à l’Amérique Latine avec une exposition sur l’expérience sociale et non-violente de la Communauté de Paix San José de Apartadó en Colombie, une rencontre avec des poètes, et des projections de films toujours gratuites. Enfin, un colloque  à l’Université du Mirail  évoquera le théâtre en Catalogne.

LA STRATÉGIE DU GRAIN DE SABLE est un projet d’édition et d’exposition photographique avec la volonté de documenter l’expérience sociale et non-violente de la Communauté de Paix San José de Apartadó en Colombie.

Face à l’extrême violence subie par les civils dans le conflit colombien, la Communauté de Paix San José de Apartadó représente une expérience inédite de résistance non-violente. Au cœur de la région d’Urabá, une terre fertile, riche en ressources naturelles est l’un des centres névralgiques de la guérilla. Une communauté prise au piège. Sous les balles des paramilitaires, de l’armée nationale et des FARC, des hommes et des femmes continuent de vivre. Ils se déclarent Communauté de Paix le 23 mars 1997. Après quinze ans d’existence, plus de cent soixante dix morts pour une population de mille deux cents personnes, la Communauté de Paix continue d’avancer dans ce processus de résistance civile, pacifique et politique. Ces paysans déplacés par la guerre refusent catégoriquement de quitter une nouvelle fois leurs terres. En tant que civils, ils revendiquent leur droit à ne collaborer ni avec l’État, ni avec la guérilla, le respect pour la vie et la dignité de l’être humain.

Dans le cadre du Coloquio Internacional Americanista de poesía en Toulouse

Lecture performance De largo aliento

Jeudi 14 mars à 18h30

Pour contrer une certaine tendance de la critique qui préfère les textes courts et la rapidité du monde moderne, il parait nécessaire de revisiter le poème long dans ses versions actuelles. Le “long-métrage” à vers nous lance des nouveaux défis. Le souffle long cherche des espaces alternatifs de lecture et de rencontre avec des traditions américaines et européennes. Trois poètes seront présents : Eduardo Chirinos (Pérou), Víctor Rodríguez (Cuba) et Marco Antonio Campos (Mexique).

  • Entrée libre

Dans le cadre du festival Cinélatino « Rétrospective Cinéma et politique »

Entrée libre pour toutes les séances

  • Lundi 18 mars à 16h30

Ilusiones ópticas de Cristián Jiménez

Chili, 2009 – 105 min – comédie dramatique

Avec : Iván Alvarez De Araya, Gregory Cohen, Eduardo Paxeco…

Au centre commercial le nouveau vigile devient l’amant d’une bourgeoise cleptomane. Un skieur aveugle recouvre la vue et découvre un monde moins réjouissant qu’il ne l’avait espéré. L’hiver passe, tout semble irréel. Illusions d’optique.

  • Lundi 18 mars à 18h30 – En présence de Carmen Castillo

La flaca Alejandra de Carmen Castillo et Guy Girard

Chili, France, 1994 – 57 min – documentaire

Vingt ans après le coup d’État au Chili, Marcia Merino, qui parla sous la torture et fut responsable de l’arrestation de nombreux militants, témoigne.

  • Mardi 19 mars à 16h30

El telón de azúcar de Camila Guzmán Urzúa

Cuba, 2006 – 80 min – documentaire

Documentaire sur la Révolution Cubaine, vue par ceux qui sont nés à Cuba et qui y ont grandi. C’est le portrait d’une génération qui était sur les bancs de l’école dans les années 70, à l’apogée du régime cubain.

  • Mardi 19 mars à 18h30 – En présence de Patricio Guzmán

Salvador Allende De Patricio Guzmán – Chili, 2004 – 100 min – doc.

Salvador Allende a donné sa vie pour le Chili. Fondateur du Parti Socialiste Chilien, marxiste convaincu sans être un théoricien, il est avant tout un humaniste, un “gentilhomme” en politique.

  • Mercredi 20 mars à 16h

Chaparé de Daniele Incalcaterra – Bolivie, 1990 – 60 min – doc.

En Bolivie, dans un contexte économique catastrophique, le fait que la culture de la coca soit devenue l’une des ressources essentielles du pays est une dramatique illustration de l’état des rapports nord-sud. Lieu clos, coupé du monde, où tous les protagonistes se croisent.

  • Mercredi 20 mars à 17h

Buenos Aires 1977 (Crónica de una fuga) d’ Israel Adrian Caetano – Argentine, 2006 – 102 min – drame

Avec : Rodrigo de la Serna, Nazareno Casero, Pablo Echarri…

Un thriller tiré de faits réels. Des matons au service du gouvernement militaire argentin font irruption chez Claudio Tamburrini, un jeune gardien de but. Il est amené de force à la Maison Seré, un centre clandestin de détention

  • Jeudi 21 mars à 16h30

Sin Nombre de Cary Fukunaga – États-Unis, Mexique, 2008 – 96 min

thriller – Avec : Paulina Gaitan, Edgar Flores, Kristyan Ferrer…

Film basé sur l’expérience personnelle du réalisateur avec des immigrants d’Amérique Centrale qui sont en quête de la terre promise, les États-Unis.

  • Jeudi 21 mars à 18h30 – En présence de Pablo Larraín

Tony Manero de Pablo Larraín

Chili, 2008 – 98 min – comédie dramatique –

Avec : Alfredo Castro, Amparo Noguera, Hector Morales…

Santiago de Chile, 1978. Alors que la terrible dictature de Pinochet sévit, Raúl Peralta est fasciné par le personnage de John Travolta et par l’univers du film La fièvre du samedi soir. Sa fascination se transforme en obsession…

  • Vendredi 22 mars à 16h30

108 cuchillo de palo de Renate Costa

Paraguay, Espagne, 2010 91 min – documentaire

Rodolfo Costa ne voulait pas être forgeron comme tous les membres de sa famille. Il voulait être danseur. Dans le Paraguay des années 80, sous la dictature de Stroessner, son nom fut mis sur la liste de « 108 homosexuels », arrêtés et torturés.

Programme de deux courts-métrages de tango

  • Vendredi 22 mars à 18h30 – En présence de Samuel Ab

Tango de Samuel Ab – France, 2012, 28 min – documentaire

Tango désir Ana Maria Stekelman d’Edgardo Cozarinsky

Argentine, 2002 – 26 min – documentaire

Colloque et Représentation

  • Samedi 23 mars, à l’Université Toulouse-Le Mirail

Les dispositifs scéniques dans les dramaturgies catalanes actuelles : Vers une singularité de la création scénique de Catalogne ?

9h-17h : Journée d’études à La Fabrique Culturelle, organisateurs : Fabrice Corrons et Agnès Surbezy.

20h : Représentation à La Fabrique Culturelle et bord de scène avec Esteve Soler (spectacle en espagnol, catalan, langue des signes et surtitré en français).

Cette journée d’études s’articulera autour de la figure d’Esteve Soler, auteur de la trilogie Contra el progreso, Contra la democracia, Contra el amor. Il s’agira d’une part de poser la question d’une éventuelle singularité de la production catalane au regard des dispositifs mis en scène et d’autre part de s’intéresser à la diffusion du théâtre catalan et de sa réception en France et en Europe.

La compagnie de théâtre universitaire Barracrónicas, dirigée par Hegoa Garay, représentera les trois pièces qui font partie de la trilogie d’Esteve Soler

Institut Cervantes

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité