• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

l’Hôtel Salé fête le nouveau Musée Picasso Paris

Musée Picasso

En avant-première, l’Hôtel Salé sera ouvert gratuitement au public le week-end du 20 et 21 septembre 2014 de 9h30 à 18h, afin que celui-ci puisse jouir de l’un des plus beaux ensembles architecturaux de la capitale.

Pour ces deux journées d’ouverture exceptionnelle, une exposition documentaire sur l’histoire du site, de son architecture et du musée sera proposée. Autre temps de rencontre avec le nouveau Musée Picasso Paris avant son inauguration officielle : le samedi 4 octobre 2014, pour la Nuit Blanche. À cette occasion, Tambors, une création originale de Babx, sera offerte dès 20h30 aux visiteurs nocturnes qui pourront profiter d’un conte contemporain mis en lumière sur les façades de la cour intérieure de l’Hôtel Salé.

Le réaménagement intérieur et l’extension du musée ont été conçus et réalisés sous la maîtrise d’œuvre de Jean-François Bodin, architecte DPLG et de son agence Bodin & associés qui ont également assuré l’interface avec l’architecte en chef des monuments historiques (ACMH), Stéphane Thouin, maître d’œuvre de la restauration des parties classées « monument historique » de l’Hôtel Salé (notamment la cour, les fenêtres, le grand escalier et la terrasse des communs) prolongeant la mission de Jean-François Lagneau, ACMH, sur les façades. Le jardin contemporain a été créé par Erik Dhont. L’ensemble de ces opérations a été mené dans le respect des aménagements originaux de Roland Simounet, architecte lauréat du concours du musée Picasso, inauguré en 1985.

Le 25 octobre prochain, date anniversaire de la naissance de Picasso, vous pourrez découvrir ou redécouvrir, au cœur du Marais, le remarquable collection du musée Picasso Paris.

Photo : Béatrice Hatala, Vue de la façade, côté rue de Thorigny. © Musée Picasso Paris, 2011.

L’Hôtel Salé

L’Hôtel Salé est probablement, comme l’écrit Bruno Foucart en 1985, « le plus grand, le plus extraordinaire, pour ne pas dire extravagant des grands hôtels parisiens du XVIIème siècle. » Il a connu plusieurs occupants, et c’est même là un trait caractéristique de ce lieu, qui, paradoxalement, a été jusqu’à son affectation au musée peu « habité », mais loué à différents particuliers, hôtes de prestige et institutions.

Il est construit par un percepteur des gabelles, Pierre Aubert, parallèlement à une autre fameuse construction ambitieuse, celle du Château de Vaux-le-Vicomte par Nicolas Fouquet. Pierre Aubert est un protégé de Fouquet. Il est parvenu à faire fortune dans les années 1630-1640 grâce à diverses manœuvres, dont un riche mariage et l’achat d’offices successives : c’est désormais un financier important de la place parisienne, conseiller et secrétaire du roi. La ferme des gabelles – Pierre Aubert perçoit au nom du roi l’impôt sur le sel contre une somme forfaitaire – achève de consolider sa position. Cette charge donnera son nom d’usage à l’hôtel surnommé rapidement « l’Hôtel Salé ».

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (1)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Courchevel - Urban Street Artists

Les meilleurs Urban Street Artists sont à Courchevel

Courchevel est devenue ces dernières années un véritable tremplin culturel. Souvent associée aux strass ...

Eckersberg - Vue à travers trois arches du Colisée à Rome, 1815 Huile sur toile, 32 x 49,5 cm © Statens Museum for Kunst, Copenhague

Exposition monographique de Christopher Wilhelm Eckersberg

La Fondation Custodia accueille jusqu’au 14 août prochain la première exposition monographique de Christopher ...

Le musée d’une nuit : Fondation Hippocrène

Fondée en 1992 par Jean et Mona Guyot, et installée depuis plus de dix ...