• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

L’histoire des grands mouvements photographiques en DVD

Chaque cliché est une énigme, la capture d’un instant qui restera figé à jamais. Mais que s’est-il passé avant Après ? À côté ? Après un premier épisode consacré à la photographie surréaliste, la sublime collection «Photo» se propose de retracer l’aventure de cet art, de ses débuts à nos jours, et de découvrir les histoires perdues et les secrets de fabrication qui se cachent derrière une sélection d’instantanés.

LES PRIMITIFS DE LA PHOTOGRAPHIE. 1850-1860

Au milieu du XIXème siècle, 25 ans après son invention, la photographie est encore considérée comme une simple curiosité scientifique. Mais entre 1850 et 1860 une dizaine de photographes, en France et en Angleterre, vont se battre pour faire admettre que la photographie est un art. Ce sera la décennie des Nadar, Le Gray, Baldus, Robinson, Rejlander, Fenton. Les premiers à explorer toutes les possibilités de la création photographique et de ses rapports avec le réel.

LA PHOTOGRAPHIE SURREALISTE

Il n’y a pas de « photographes surréalistes« . Mais il y a, autour des surréalistes des années trente, toute une galaxie de photographes, des « compagnons de route », dont le travail va coïncider, pendant quelque temps, avec les objectifs du mouvement. Ils s’appellent Man Ray, Lee Miller, Alvarez Bravo, Brassai, André Kertesz, Cartier Bresson. Ils comptent parmi les plus grands noms de la photographie du XXème siècle. Aucun d’eux ne fait partie du groupe surréaliste. Mais pendant quelques années, autour de 1930, leurs images incarnent ce que le surréalisme a de plus intense, de plus vivant. Ces images sont les jalons de notre parcours documentaire. Elles racontent à leur manière les péripéties et les manoeuvres de cette drôle de guerre que les photographes surréalistes livrent au réel. Les surréalistes sont fascinés par la photographie, ils y voient l’outil d’un nouveau regard, capable de décaper la banalité des apparences pour dévoiler une réalité encore jamais vue.

LA NOUVELLE OBJECTIVITE ALLEMANDE

Allemagne, années soixante. Les Becher, un couple d’Allemands, nés dans les années trente, se lance dans une entreprise étrange : faire l’inventaire photographique de bâtiments industriels promis à disparaître, châteaux d’eaux, silos, haut fourneaux. Leur propos se veut strictement documentaire et patrimonial. New York, trente ans plus tard. Une photographie d’Andréas Gursky, un élève des Becher, est vendue 3,3 millions de dollars. Elle s’appelle 99 cents. L’histoire de ce qu’on appelle  » L’école de Düsseldorf ou la Nouvelle Objectivité  » se joue entre ces deux extrêmes. En l’espace de trente ans, les Becher et leurs  » élèves  » vont radicalement transformer la pratique photographique, et créer un nouveau rapport entre la photographie et l’art, l’art et son marché.

LA PHOTOGRAPHIE MISE EN SCENE 1960 À NOS JOURS

Pendant pratiquement tout le XXe siècle la photographie est majoritairement réaliste. Mais à partir des années soixante la  » photographie mise en scène  » cesse d’être considérée comme une vieillerie naïve et revient au premier plan, nourrie d’influences extérieures, cinéma, théâtre, performance, sculpture.

« Photo, l’histoire des grands mouvements photographiques » sur Amazon

  • Acteurs : Mathieu Demy
  • Format : Noir et blanc, Couleur, PAL
  • Langue : Allemand, Français, Anglais
  • Région : Région 2 (Ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l’Europe.
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Arte Vidéo
  • Date de sortie du DVD : 5 novembre 2012
  • Durée : 104 minutes
  • Voir les commentaires : (0)

Publicité