« les nouvelles folies françaises » à St-Germain-en-Laye

AHGHAFARNESE - Fabrice Langlade
AHGHAFARNESE – Fabrice Langlade

Dans le cadre de l’année André Le Nôtre (Paris, 12 mars 1613 ‐ 15 septembre 1700, Paris ‐ 400e anniversaire), nous avons voulu rendre hommage au grand jardinier français qui a donné ses lettres de noblesse au jardin à la française et à une nouvelle manière de les concevoir. Par ses grandes et multiples créations que sont Vaux-le-Vicomte, Chantilly et Versailles (Jardinier du roi , Louis xiv de 1645 à 1670), Le Nôtre a ainsi acquis sa renommée ; il a dessiné notamment les jardins de St-Germain-en-Laye, avec sa Grande Terrasse et sa perspective déviée, le château de Wattignies (près de Lille, le premier imaginé), puis Marly-le-Roy, les Tuileries… ainsi que des jardins italiens, dans la campagne de Turin, à la Venaria Reale (le domaine de la famille de Savoie), les jardins du Palazzo Reale, au centre de Turin, en Allemagne et en Angleterre. Signalons qu’André Le Nôtre exerça son métier aux côtés de Louis Le Vau et Charles Le Brun : l’architecture et la peinture de son temps n’avaient pas de secret pour lui. Il était également collectionneur.

L’esprit du jardin à la française a fait couler beaucoup d’encre à la fin du XVIIe siècle, puis au XVIIIe où la réaction a été plus vive. On lui opposa le jardin anglais, plus libre et « anarchique », à l’instar de ceux de Le Nôtre qui seraient plus « policés », « mathématiques », géométriques et rigoureux, évoquant la pensée d’un Descartes. Au fil des siècles, l’Europe s’en est inspirée à l’envi. Nous avons eu les grandes créations des jardins italiens avec leurs parterres baroques, leurs fontaines, et le jardin romantique, etc. Puis il y eut la création des fameuses Folies, à vocation ornementale, qui apparaissent dans les jardins du xviiie siècle. Ce sont des constructions architecturales variées et inspirées de l’Antiquité. On les appelle aussi des « fabriques » : Temple de la philosophie (jardin de Jean-Jacques Rousseau), colonnades grecques, tentes mongoles et pagodes, portes chinoises, pyramides, grottes, et plus particulièrement dans le Désert de Retz (près de Chambourcy), ou bien comme en Belgique, à Beloeil (près de Bruxelles), jardins et fabriques imaginés et dessinés par le Prince de Ligne, écrivain et militaire.

Nous ferons référence à cette filiation historique, et à l’esprit de cette Nature : « domptée » et modelée par les concepteurs de ces jardins historiques à travers le temps. Pour cet hommage à la figure d’André Le Nôtre, à travers ses créations et à la perspective qu’offrent les grands châteaux et leurs jardins dans leur architecture, dans leur tracé, leur espace, nous avons voulu réactiver cette histoire à travers les siècles.

Nous avons proposé à des artistes internationaux de réfléchir et de créer de « nouvelles Folies » contemporaines tout spécialement pour habiter les jardins. Il s’agit, pour ces artistes, d’interroger leur rapport à la Nature, au Paysage, de renouer, d’une certaine manière, avec l’objet perdu de la peinture, et de dialoguer avec les arts en général. Les artistes pourront imaginer des oeuvres éphémères en fonction du lieu (ou pérennes selon l’intitulé de la manifestation et de sa réception institutionnelle), des sculptures « in natura » vivantes qui habilleront le parc, les socles dépourvus, les allées, la grande Terrasse ; ils interviendront aussi dans le jardin anglais… Tout un parcours dans l’espace du jardin de St-Germain-en-Laye et quelques espaces intérieurs, dans l’espace du château et de la chapelle, etc.

Cette exposition en mouvement sera construite comme un théâtre multiple et infini de jardins. Le public pourra se frotter aux imaginaires les plus originaux, à leurs « rêves » en mouvement, à une constellation d’images…

On pourra notamment comprendre la composition d’un jardin chinois aux mille surprises : c’est le Jardin chinois chez Le Nôtre. Il permettra de voir une flore particulière, des plantes médicinales, des fleurs, des légumes asiatiques peu connus, et quelques surprises autour d’une rizière… La nuit, les installations des oeuvres dans le jardin seront éclairées tout particulièrement pour cette exposition.

Nous voulons construire un espace ludique propice à la promenade et à la liberté de l’imagination suscitée par les oeuvres créées dans ce site historique. Les jardins ont toujours été l’objet d’une expression philosophique et politique d’une époque, et la signature d’un art de vivre. L’amour des jardins n’est-il pas une véritable passion de l’âme ? Patrick Amine Commissaire de l’exposition

Exposition du 26 juin au 14 octobre 2013

Les artistes de l’exposition Les Nouvelles folies françaises :

  • Lee Bae (KS)
  • Pascal Bernier (Be)
  • Marc Boulet (Fr) & Lin Yu (Ch)
  • Céleste Boursier-Mougenot (Fr)
  • Loris Cecchini (It)
  • Hervé Di Rosa (Fr)
  • Pascal Dombis & Gil Percal (Fr)
  • Joël Ducorroy (Fr)
  • Jan Fabre (Be)
  • Jean-Pierre Formica (Fr)
  • Dario Ghibaudo (IT)
  • Rainer Gross (De)
  • Fabrice Langlade (Fr)
  • Wesley Meuris (Be)
  • Côme Mosta-Heirt (Fr)
  • Vincent Olinet (Fr)
  • Samuel Rousseau (Fr)
  • Yu Sung Il (KS)
  • Pascale-Marthine Tayou (Cm)
  • Valentin Van der Meulen (Fr)
  • Jan Van Oost (Be)
  • Bob Verschueren (Be)
  • Joachim Van Den Hurk (Nl)
  • Moo Chew Wong (Fr)

Musée d’Archéologie nationale–Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité