les Accroche-cœurs 2012 du 7 au 9 septembre à Angers

Le rendez-vous de la rentrée sera à Angers avec les Accroche-cœurs du 7 au 9 septembre sous la thématique « Gens du Nord« .

Au programme  :

  • 200 représentations
  • 50 propositions artistiques venues du monde entier dont  :
  • Barricade de Cie Nofit State Circus venue du Pays de Galles : Çà et là, on emmène des piles de pneus, d’échelles, d’objets aux volumes impossibles. La Barricade qu’ils construisent, spectaculaire aire de jeu, devient prétexte à un tourbillon d’images de cirque époustouflantes. Une histoire puissante de séparation et de retrouvailles, où les acrobates, voltigeurs et funambules dévoilent leurs histoires universelles de, de courage et d’espoir dans une exploration de l’effort surhumain requis pour vaincre nos peurs.
  • « Peach 2 » CRAPAUD THEATRE, Bristol, Angleterre/ Charente Maritime. Parfait show-man, Peach est un vrai poète de l’absurde sur la place des rires. Dans un désordre absolument extravagant Il conjugue l’art du cirque (équilibriste, clown, jongleur, acrobate, funambule, musicien…) avec un humour souvent corrosif, toujours bienvenu.
  • « Slips experience », Cie Okidok de Belgique : Spectacle de rue, clownesque et acrobatique, en fixe. Sans matériel aucun, pas de décors, pas de son. Deux peignoirs, deux corps, quelques slips et un pipeau. Seules contraintes logistiques : un espace de jeu et un public.
  • « Velodroom » Cie Zinderling de Gand, Belgique : Spectacle pour la défense du cyclisme belge ; Entre Buster Keaton, Jacques Tati et Benoît Poelvoorde, les embûches sont de taille au long de ce spectacle interactif hilarant au cœur des courses cyclistes amateurs…
  • « A.N.P.U. Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine » Introduction à la psychanalyse urbaine et opérations divans de Lille, France : L’A.N.P.U l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine a pour mission de « coucher les villes sur le divan », de détecter les névroses urbaines et de proposer des solutions thérapeutiques adéquates. Inspirée par les situationnistes et la « psychogéographie », c’est une science poétique d’un nouveau genre qui aborde la ville comme une « personne » et cherche à définir les contours de sa personnalité. L’ANPU rassemble toute une équipe de chercheurs sensibilisés à l’urbanisme et à la psychanalyse. Venus d’horizons aussi différents que l’architecture potentialiste, le modélisme urbain, la para-sociologie, le polypolisme, la krypto-linguistique, le landscaping, le photoshopping ou l’urbanisme de comptoir, toute cette équipe de chercheurs a réussi à imaginer une nouveau procédé destiné à guérir les villes : la psychanalyse urbaine.
  • « Jack l’éventreur » de la Cie DODEKA de Coutances, Normandie : En 1928, à la suite d’un fait divers sanglant – on avait retrouvé dans le bois de Marly le corps d’une femme coupé en morceaux – le poète Robert Desnos publiait un série d’articles dans le journal Paris-Matinal consacrés au mythique Jack L’Éventreur. Ces textes ont été réunis et publiés en recueil par les éditions Alia (1998), puis par les éditions de L’Herne (2009). Ils ont été récemment adaptés pour la scène par la compagnie Dodeka, fondée en 1997 et implantée à Coutances dans la Manche. La CIE DODEKA s’est donné le défi d’apprivoiser la pénombre et le noir dans ce spectacle évoquant les faits avérés d’un tueur en série…
  • « Il était une fois » Utopium théâtre Le Mans- Sarthe : Qu’arriverait-il si Blanche Neige, Le Petit Chaperon Rouge, Cendrillon, Les trois petits Cochons, Barbie, Tarzan, Wonder Woman, Lucky Luke et Jean-Michel… se trouvaient dans la même histoire ?
  • « Bellevue – Stars Forever » Cie De Stijle de Want Tilburg, Hollande : De Stijle, Want est un plaisir à savourer en secret. Pour l’apprendre, il faut entrer. De Stijle, Want produit le plus grand spectacle qui soit pour le plus petit public possible.
  • Une pétition pour que les joyaux de la couronne britannique reviennent à Angers: http://www.angers.fr/vie-pratique/culture/les-evenements-culturels/accroche-coeurs-2012/petitionplantagenet/index.html
  • De l’art avec une grande fresque de clean tag
  • Des créations uniques de Florentijn Hofman
  • Des géants du Nord comme Saint Nicolas/Père et Mère fouettard/les Lustucru/la Grande Amélie…
  • Des personnages dans toute la ville de Jérémy Rigodeau
  • Des flashmobs
  • Un pique-nique géant le dimanche
  • Des fanfares
  • Des spectacles pour tous les publics, facile d’accès et gratuits.

La Pétition Plantagenêt

Depuis plusieurs jours, la Pétition Plantagenêt fait couler beaucoup d’encre dans la presse locale, nationale et internationale (Royaume-Uni, Inde, Vietnam, Canada, Roumanie, Turquie, USA, etc.) et sur internet (réseaux sociaux, forums, blogs) entraînant de nombreuses réactions, plus ou moins contrastées, allant de la plus vindicative indignation jusqu’à l’humour le plus spirituel, en passant par la plus totale mauvaise foi.

Afin de clarifier la situation, nous croyons utile, nous basant sur ce qui a pu être lu, de faire une mise au point et de dire ce qu’est et ce que n’est pas la Pétition Plantagenêt.

Ce que n’est pas la Pétition Plantagenêt :

Tout d’abord, qu’il soit bien clair que nos intentions sont pacifiques. Il ne s’agit pas là, malgré ce que l’on a pu en dire, d’une déclaration de guerre faite aux Anglais. La France n’envisage pas de traverser la Manche avec quelques régiments de chars Leclerc pour marcher sur Londres, mettre à feu et à sang Buckingham Palace et, le couteau entre les dents, séquestrer la Reine Elizabeth II pendant que l’on fouille sa cassette personnelle pour en arracher les bijoux. Nous ne sommes animés par aucune haine anglophobe, ne cherchons à venger aucun Fachoda, aucun Waterloo, aucune défaite d’un match France/Angleterre, aucune humiliation au concours Eurovision de la chanson…

Ensuite, NON, il ne s’agit pas d’une campagne de publicité habilement orchestrée pour faire parler d’Angers Loire Valley ou pour lancer la nouvelle ligne aérienne Angers/Londres (qui, pourtant, dessert les deux cités, dans des conditions extrêmement confortables et pratiques, à raison de 3 vols Aller/Retour par semaine pour des tarifs extrêmement abordables, renseignement sur demande auprès de l’office de tourisme d’Angers) bref, d’une manoeuvre de communication, avançant masquée pour, perfidement, faire du « buzz » (il faut bien lâcher le mot !) en manipulant l’opinion. Non !

Même si, bien évidemment, nous nous réjouissons de faire qu’Angers soit, grâce à l’écho donné à notre mouvement, un peu plus connue du monde entier. Enfin nous prendrions ombrage que la Pétition Plantagenet soit considérée comme un mauvais canular, une pochade pour étudiants en goguette un soir de beuverie cherchant comment faire parler d’eux… La notoriété du festival « Les Accroche-Coeurs », par la qualité de sa programmation artistique, la reconnaissance professionnelle qui est la sienne, les 200 000 à 220 000 spectateurs qui s’y pressent chaque année depuis 12 ans n’en a pas besoin.

Ce qu’est la Pétition Plantagenêt :

En premier lieu, une revendication légitime du droit à la plus élémentaire justice. Reposant sur des faits historiques avérés, reconnus par les historiens (y compris les historiens anglais), la démarche peut faire débat, la demande sembler scandaleuse, il n’en demeure pas moins que chacun des évènements historiques évoqués sont des plus strictement avérés. Pour en juger, nous renvoyons sur le texte de la pétition lui même, joint après. Tout y est dit. Rien de plus (rien de moins, diront certains !)

Par ailleurs, la Pétition Plantagenêt est une démarche de prise de conscience qui s’inscrit dans le cadre du festival d’art de la rue « Les Accroche-Coeurs », qui se tient les 7, 8 et 9 Septembre 2012. Durant ces journées, diverses actions destinées à montrer la mobilisation du Peuple Plantagenêt, Angevins en tête, prennent place au milieu des 50 propositions artistiques du festival : Signatures (un site accueille le public pour recueillir le plus de signatures possibles sur place) Le 1499 (le public forme sur une place publique les chiffre 1499, année de l’assassinat d’Edouard Plantagenêt) Le Procès (historiens, juristes, experts se réunissent pour juger, en un tribunal historique des chances de succès de la Pétition) Cérémonie de Clôture (dimanche 9 Septembre à 19h, la pétition est fermée et mise sous pli pour être adressée aux destinataires !) Et diverses autres actions tout au long du week-end (flash-mobs, Tea party…)

Pour finir, il appartiendra aux autorités concernées de se prononcer sur la recevabilité de notre demande : le transfert à Angers des Joyaux de la Couronne d’Angleterre, qui sont la propriété du Royaume-Uni et donc placés sous l’autorité de l’Etat britannique. Aussi, quel que soit le nombre de signataires (nous ambitionnons d’atteindre les 800 000 signatures, chiffre symbolique puisque celui de la population actuelle du Maine-et-Loire) au 9 septembre, date de clôture des signatures, la pétition sera adressée à la Reine d’Angleterre en sa qualité de chef de l’Etat et au Premier Ministre en sa qualité de chef du gouvernement. Contacté par la presse française, Buckingham Palace a d’ores-et-déjà fait savoir qu’il avait eu connaissance de la requête mais se refusait, pour l’instant, « à tout commentaire ».
Dans sa démarche, la Pétition Plantagenêt a principalement pour objet d’amener Angevins et Anglais à s’interroger sur leur histoire commune, fondée sur une dynastie, qui donna à l’Angleterre 14 rois et fut un des empires les plus puissants du Moyen Age, l’empire Plantagenêt. C’est donc plus comme une réunion de famille, une cousinade, qu’il faut l’envisager, manière de retrouvailles entre lointains parents qui se sont perdus de vue.

Et Maintenant ?

Maintenant ? Il reste à tous les emballés, les sympathisants, les concernés, les amusés, les touchés à se mobiliser, à signer la pétition en ligne, à militer pour cette grande cause sur les réseaux sociaux, à arborer partout les couleurs de la Pétition Plantagenêt, à se ruer en masse aux Accroche-Coeurs… Et, après tout, si au bout du compte, tout cela n’était qu’un bon délire, un « grand n’importe quoi » prétexte à vivre ensemble des moments de partage intense et à faire la fête ? Peut-être, mais si c’était le cas, jamais nous ne le dirions !

Debout, le Peuple Plantagenêt !

Rappelons ici pour mémoire le texte de la pétition :

« Le 28 Novembre 1499, Henri VII Tudor, nouveau roi d’Angleterre, faisait décapiter dans son cachot un jeune homme de 25 ans, enfermé dans le tour de Londres depuis l’âge de 10 ans : Edouard Plantagenêt, Comte de Warwick, dernier descendant direct des « Rois Angevins » et seul à pouvoir légitiment prétendre au trône britannique. Ainsi prenait fin, par un crime d’état, 3 siècles et demi de règne des Plantagenêt.

Aujourd’hui, l’héritage des Plantagenêt doit revenir à ses héritiers. Les Joyaux de la Couronne d’Angleterre doivent revenir aux Angevins. En compensation de la spoliation des droits de la dynastie angevine et de l’assassinat politique de son ultime descendant direct, les signataires de la présente pétition exigent que le Royaume Uni remette aux Angevins, héritiers moraux des Plantagenêt, l’intégralité des Joyaux de la Couronne d’Angleterre, lesquels auraient dus, légitimement, revenir aux souverains angevins. Les Joyaux, après leurs remises, seront déposés en la Tour Saint Aubin à Angers pour être vus et conservés par la population. »

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité