Léonard de Vinci et Gian Giacomo Caprotti dit Salaï

Salaï - Gian Giacomo Caprotti dit Salaï

Gian Giacomo Caprotti dit   » Salaï «  est le nom que Léonard de Vinci avait l’habitude d’utiliser pour appeler le jeune homme qu’il avait commencé à héberger chez lui. 

 » Salaï  » est le nom que Léonard avait l’habitude d’utiliser – comme le prouvent ses écrits à partir de 1494 – pour appeler le jeune homme qu’il avait commencé à héberger chez lui quatre ans auparavant, depuis que ce dernier avait dix ans. Celui-ci allait vivre avec lui pendant un quart de siècle, tout d’abord comme garçon de boutique, puis en tant qu’assistant et modèle, avant de devenir, d’après ce que nous disent les sources, son pupille et son compagnon de vie. En réalité on sait très peu de choses sur lui, en dehors de cette œuvre, présentée aujourd’hui au grand public pour la première fois. La seule où son nom est indiqué avec précision. Un document qui pourrait éclairer un personnage encore entouré d’un halo de mystère, en ajoutant un élément important pour l’histoire de l’art. L’auteur, Maurizio Zecchini, fournit un portrait historique émouvant et passionnant, tout en présentant, avec l’aide d’une équipe d’experts, les résultats d’innombrables analyses exécutées au cours des travaux de restauration de l’œuvre.

« Les sciences imitables sont celles où l’élève se fait l’égal de l’auteur et semblablement donne son fruit. elles sont utiles pour qui les imite, mais elles n’égalent pas en excellence les sciences qui ne se peuvent laisser en héritage, comme l’autre matière. Parmi les sciences inimitables, la peinture vient la première : on ne l’enseigne pas à celui que la nature n’a pas doué, à l’inverse des mathématiques, où l’élève reçoit autant que le maître donne. La peinture ne se copie pas, comme les lettres, dont tant vaut la copie que l’original : celle-là ne se moule pas, comme la sculpture, dont le moulage reproduit l’original. Quant à la puissance de l’oeuvre, celle-là ne se reproduit pas en d’innombrables exemplaires comme les livres imprimés ; celle-là reste noble, honorant son auteur, toujours précieuse et unique, et n’engendre pas des filles qui l’égalent« . Léonard De Vinci

Maurizio Zecchini est né à Milan dans une famille où l’on travaillait comme antiquaires depuis trois générations. Il avait commencé à accompagner son père, dans ses voyages à la recherche d’objets, alors qu’il était encore à l’école secondaire. En collaboration avec un groupe d’experts, il a publié deux volumes: Tiziano nelle Gallerie Fiorentine (Titien dans les galeries florentines), catalogue de l’exposition du Palais Pitti, Florence, 1978 et Raffaello a Firenze (Raphaël à Florence), catalogue de l’exposition du Palais Pitti, Florence, 1984. A l’heure actuelle, il travaille comme free-lance se consacrant à des recherches dans des archives.

A lire aussi sur artsixMic : Léonard de Vinci en France à l’Ambassade d’Italie
A lire aussi sur artsixMic : Trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci au Château du Clos Lucé

Broché: 257 pages
Editeur : Rizzoli Flammarion
Collection : Grandi libri illustrati
Langue : Français
ISBN-10: 8831725661
ISBN-13: 978-8831725668

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Photography 4.0 de Michelle Bogre

Photographe documentaliste, écrivain et auteur, Michelle Bogre est également professeur agrégée,attachée à la Parsons ...

Dans le ventre de Hara Kiri

Dans le ventre de Hara Kiri d’Arnaud Baumann & Xavier Lambours

Arnaud Baumann et Xavier Lambours, deux jeunes photographes se sont invités en 1975 dans ...

Rouquemoute éditions

la naissance des éditions Rouquemoute se dessinent à Bordeaux

Basées à Bordeaux, les éditions Rouquemoute revendiquent une ligne éditoriale orientée humour, bandes dessinées ...