L’Entre-monde ou la symbolique de l’arbre chez Farid Belkahia

Farid Belkahia

Farid Belkahia est considéré comme l’un des fondateurs de l’art moderne et contemporain et une des icônes de la révolution culturelle du Maroc.

Citer l’un des artistes contemporains les plus importants du Maroc revient à parler de Farid Belkahia. Connu pour ses œuvres peintes sur les cuirs avec des matériaux naturels, l’artiste est décédé dans sa ville natale de Marrakech il y a maintenant trois ans. Peignant depuis l’adolescence, Farid Belkahia expose pour la première fois en 1953, un an avant de partir étudier aux Beaux-Arts de Paris puis de parfaire sa formation en création de décors de théâtre en Tchécoslovaquie.

Nommé directeur de l’École des beaux-arts de Casablanca une fois rentré au pays, c’est à cette époque qu’il s’attaque au travail du cuivre, puis des peaux, du bois découpé et des colorants naturels, recréant des symboles graphiques universels à partir de signes berbères. « Le henné, la peau, ce sont mes souvenirs, ma grand-mère, le milieu dans lequel j’ai grandi, les odeurs que je connais. », confiait-t-il à propos de sa recherche artistique. Ses expositions se multiplient au fil du temps, celle de 1969 sur La célèbre place Jamaâ El Fna de Marrakech avec Mohamed Hamidi, Mohamed Ataallah, Mohamed Chebaa, et Mohamed Melihi est restée dans les annales !

Farid Belkahia voyage beaucoup, au Moyen-Orient, dans le Sahel, en Chine, en Amérique latine.Le Maroc lui doit l’introduction de l’art contemporain dans son patrimoine artistique, Belkahia imposant l’idée d’une peinture indépendante de l’héritage colonial en instaurant des valeurs contemporaines qui vont influencer des générations d’artistes au Maroc et lui donner une présence internationale. Farid Belkahia, devient ainsi un ambassadeur de la continuité artistique du Maroc, conjuguant la tradition vivante et la modernité.

Grâce à la Fondation Farid Belkahia, située au nord de la Palmeraie de Marrakech, inaugurée en février 2016 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et disposant d’une salle d’exposition permanente, d’une salle pour les expositions temporaires avec des accrochages renouvelés tous les six mois ainsi que d’une galerie de photographies, le parcours et les ambitions de cet incontournable artiste sont mis en valeur.

Le 9 novembre 2016, dans le cadre de la COP22, l’exposition « L’Arbre à palabres »a été organisée afin de célébrer la thématique de l’arbre dans l’œuvre de Farid Belkahia, l’artiste ayant rompu avec les produits chimiques dès les années 70, se tournant vers des pigments naturels et des minerais en respect envers les arbres et la nature. Afin d’approfondir cette orientation, la Fondation Farid Belkahia organise un nouvel accrochage le 13 mai 2017 avec une exposition, « L’Entre-monde », consacrée tout particulièrement à la symbolique de l’arbre dans son rapport à l’homme et aux signes universels, ainsi qu’une table ronde sur ce sujet dans le « Diwan al Majalis « , rotonde art déco, située au cœur du jardin et conçue pour accueillir les colloques, les conférences ainsi que des concerts de musique.

La Fondation Farid Belkahia a pour membres des historiens d’art, des chercheurs et commissaires d’expositions internationaux, et a pour but principal le rayonnement de l’œuvre de l’artiste. Elle se propose d’octroyer des bourses de recherches ou d’appui aux travaux des jeunes créateurs ou de critiques d’art et décerne chaque année un prix d’excellence à un artisan, en hommage à l’intérêt capital que l’artiste portait aux arts traditionnels.

Représentée dans de nombreux musées, nationaux et internationaux, ainsi que dans de nombreuses collections et fondations privées, l’œuvre de l’artiste est collectionnée par les musées internationaux, notamment Le Mathaf, Musée Arabe d’Art Moderne à Doha, ainsi que la Fondation ONA et la Société Générale.

Commissaires de l’exposition : Brahim Alaoui et Rajae Benchems

Intervenants :

Rajae Benchemsi, « L’arbre dans l’œuvre de Farid Belkahia »
Mustapha Nissabouri, « La passion de l’arbre chez Farid Belkahia »
Alexandre Kazérouni, « L’animalité de l’arbre chez Farid Belkahia »
Farid Zahi, « L’arbre imaginal propos sur Farid Belkahia »
Muhammad Vâlsan, « Le symbolisme de l’arbre »

Photo : Farid Belkahia – Image extraite de la vidéo

Musée Mathaf Farid Belkahia

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Rocheservière Saint Sauveur

visite guidée tout l’été en Vendée de la Chapelle du Site Saint-Sauveur

Situé sur la commune de Rocheservière, en Vendée, le Site Saint-Sauveur conjugue patrimoine et ...

soldats inconnus

Antoine Schneck « Soldats inconnus » à l’Arc de triomphe

Les photographies d'Antoine Schneck représentent une sélection d’uniformes portés par des soldats de quelques-uns ...