Le Foam Photography Museum : Vivian Maier – Street Photographer

Vivian Maier

Le Foam Photography Museum d’Amsterdam propose jusqu’au 28 janvier 2015 une exposition revêtant l’aspect d’un hommage à Vivian Maier (New York 1926-2009). Nounou professionnelle, elle consacra l’intégralité de son temps libre à photographier la vie dans les grandes villes comme New York et Chicago, sans jamais révéler quoique ce soit à son entourage. A sa mort, elle laissa derrière elle une collection de plus de 100 000 négatifs qui fit immédiatement sensation au niveau international.

La rétrospective qui est faite de son œuvre « “Vivian Maier – Street Photographer”, des années 50 à 80, montre une qualité de clichés comparable à celle des contemporains renommés tels que Joel Sternfeld, Joel Meyerowitz, Elliot Erwitt et Garry Winogrand.

Photos en couleur ou bien en noir et blanc, elles sont accompagnées d’un grand nombre de prises de vue et de son ainsi que d images animées. Vivian Maier, d’origine américaine, était une personne très solitaire, orpheline de bonne heure, elle dut rapidement assumer son destin. A 25 ans elle fut engagée comme nounou et exerça ce métier toute sa vie. Les personnes qui la connurent la décrivaient comme un esprit très intelligent, excentrique, curieux et libre.

Portant un petit chapeau, une robe longue, un manteau de laine et des chaussures d’homme, elle ne quittait jamais son domicile sans son appareil photo autour du cou. Elle documentait tout ce qui attirait son attention, aussi bien en photo qu’en son et en film.

Son œuvre photographique, d’abord essentiellement en noir et blanc, se concentrait sur des sujets sociaux : la vie dans la rue, la pauvreté et les émigrants. Travaillant au sein de la famille Gensburg qui lui offrait la possibilité de disposer de sa propre salle de bains, elle avait transformée celle-ci en chambre noire et y développait toutes ses prises de vue. Ce n’est que lorsqu’elle quitta cet emploi, les enfants y étant devenus adultes, que les rouleaux de film commencèrent à s’entasser. Durant cette période, Vivian Maier expérimenta avec des films couleur une nouvelle approche dans sa photographie avec pour résultat de plus en plus d’abstraction.

Dans les années 80, devant faire face à des soucis financiers et sans domicile fixe par la suite, ses rouleaux de film s’entassèrent encore davantage…Mais à la fin des années 90, elle fut contrainte, faute de moyens, de poser définitivement sa caméra et ses affaires dans un entrepôt, pour tenter de se maintenir la tête hors de l’eau. Les enfants de la famille Gensburg la sauvèrent d’une vie de sans-abri en lui trouvant un petit studio.

Ses archives photographiques dans l’entrepôt tombèrent cependant dans l’oubli, jusqu’à ce qu’elles furent vendues aux enchères en 2007 pour défaut de paiement. Les archives partirent en plusieurs lots vers différents acheteurs, une grande partie entrant en la possession de John Maloof. Ce n’est que lorsque celui-ci les fit examiner que la qualité exceptionnelle de ses œuvres fut découverte.

L’exposition Vivian Maier, Street Photographer est basée sur le matériel que John Maloof acquit. En 2008, Vivian Maier fit une chute malheureuse sur la glace à Chicago. Elle décèdera en avril 2009.

Informations pratiques

Vivian Maier – Photographie de rue
Du 7 novembre 2014 au 28 janvier 2015

Le Foam Photography Museum
Keizersgracht 609, 1017 DS Amsterdam, Pays-Bas
www.foam.org

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?