0

Le Festival Paris Cinéma 2012 se tient cette année du 29 juin au 10 juilllet 2012

10 ans déjà que le Festival Paris Cinéma anime la capitale chaque début d’été. 10 ans d’audace qui en ont fait un événement unique et original, moderne et décalé. 10 ans qui ont permis au festival de créer un rapport au public innovant dans une dynamique constante de création et de renouvellement.

Sa dimension professionnelle et internationale le positionne aujourd’hui comme un acteur incontournable dans le paysage mondial des festivals autant que dans le paysage parisien. Position que lui confère une Compétition internationale qui, chaque année, participe un peu plus à la promotion du cinéma, comme le prouve les succès de La Nana de Sebastián Silva primé en 2009 ou La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli l’an dernier.

C’est donc tout naturellement autour d’une collaboration inédite et ambitieuse que le festival célèbrera son 10e anniversaire avec une programmation exclusive organisée avec le concours du Festival International du Film de Hong Kong.

Le cinéma de Hong Kong irriguera toute la programmation du festival avec notamment une Nuit spéciale Hong Kong, un hommage à Johnnie To en sa présence et un exceptionnel panorama du cinéma hongkongais des années 1950 à nos jours composé de très nombreux inédits.

Et pour la première fois à Paris, Olivier Assayas se verra offrir une rétrospective intégrale de ses films, aux côtés du très rare Leos Carax, dont le prochain film Holy Motors, en compétition à Cannes, sera présenté aux spectateurs de Paris Cinéma. Un hommage sera également rendu au regretté Raoul Ruiz avec la présentation en avant-première de son ultime film La Nuit d’en face. Avec plus de 13 000 spectateurs l’an dernier, les avant-premières proposées par le festival suscitent un engouement chaque année croissant. Engouement à la fois de la part des spectateurs, qui fouleront aux côtés des équipes de films le tapis rouge du festival, mais aussi des distributeurs puisqu’en 2011 ce sont plus de 50 films qui nous ont été confiés.

Ancré dans la ville, le festival investira à nouveau différentes salles et lieux de la capitale avec des rendez-vous populaires désormais incontournables qui sont autant de points de repère pour les spectateurs : la Brocante Cinéma ou encore le Ciné-Karaoké géant…

La Compétition internationale offre une vitrine prestigieuse à une dizaine de films indépendants. Présentés par leur réalisateur, les films en sélection concourent pour plusieurs prix destinés à encourager leur distribution en salles (l’an dernier, La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli a été plébiscité avec 3 prix sur 4).

Une trentaine d’avant-premières sera proposée aux spectateurs qui pourront ainsi découvrir en présence des équipes les films qui feront l’actualité de l’année cinématographique à venir, dont une sélection très attendue des films du Festival de Cannes. Depuis sa création, le festival met en valeur, dans le cadre des Ressorties de l’été, les rééditions de films sur copies neuves avec, cet été, une dizaine de grands classiques à redécouvrir.

Hong Kong à l’honneur : pour son 10e anniversaire, le Festival Paris Cinéma tenait à rendre hommage à l’une des plus grandes capitales du cinéma, Hong Kong. Plus de 80 films, en présence de nombreux invités, pour un panorama où se côtoieront aussi bien des mélodrames des années 50 et 60, des films rares de la Nouvelle Vague, que des inédits de la nouvelle génération du cinéma hongkongais. Et le 29 juin, au Forum des images, une Nuit du Cinéma spéciale Hong Kong ouvrira le programme avec la présence exceptionnelle d’un de ses plus célèbres représentants : Johnnie To.

Le festival rendra hommage à Raoul Ruiz, l’un des plus grands cinéastes de son époque, auteur iconoclaste d’une oeuvre considérable de 116 films. Tout au long de sa carrière, l’insatiable Ruiz à la culture vertigineuse a réuni un cercle acteurs prestigieux et fidèles : Catherine Deneuve (Généalogies d’un crime), John Malkovich (Le Temps retrouvé), Melvil Poupaud (Dans un miroir), Chiara Mastroianni (Trois vies et une seule mort), Isabelle Huppert (La Comédie de l’innocence), Michel Piccoli (Ce jour-là)… dont certains viendront parler de leur collaboration. À l’occasion de cette rétrospective le festival présentera en avant-première le dernier film inédit de Raoul Ruiz La Nuit d’en face.

Comme chaque année, le festival mettra à l’honneur des personnalités du cinéma au travers de rétrospectives riches et vivantes. D’autres invités seront dévoilés ultérieurement, mais citons d’ores et déjà :

OLIVIER ASSAYAS

Figure emblématique du cinéma d’auteur depuis la fin des années 1980, Olivier Assayas dessine un parcours d’une incroyable richesse que le Festival Paris Cinéma a choisi de retracer dans son intégralité, en sa présence, avec notamment une masterclass exceptionnelle. Son goût et son apport critique sur le cinéma de Hong Kong le désignaient tout naturellement comme l’invité d’honneur de cette édition.

JOHNNIE TO

Maître du polar, réalisateur incontournable et figure éminemment respectée du cinéma de Hong Kong, Johnnie To est aussi un passeur attaché à la découverte de nouveaux talents. Après avoir collaboré avec des grands noms du cinéma hongkongais tels que Tony Leung, Andy Lau et Maggie Cheung, il crée en 1996 la société de production Milkyway Image, soucieux de présenter des oeuvres plus personnelles et de donner ainsi une nouvelle impulsion au cinéma hongkongais. Il présentera au Forum des images une sélection de ses films lors de la « Nuit Johnnie To » qui lui sera consacrée (voir « Hong Kong à l’honneur »), ainsi que des courts métrages de jeunes réalisateurs présentés à la Fresh Wave, festival dont il est le parrain.

OUVERTURE | CINÉ-MIX DE JEFF MILLS

Pour l’ouverture du Festival Paris Cinéma, le vendredi 29 juin au Forum des images, Jeff Mills – véritable pape de l’électro et artiste touche-à-tout – proposera en exclusivité un Ciné-Mix autour d’Études sur Paris d’André Sauvage (1928). La copie présentée d’Études sur Paris est une restauration photochimique réalisée par les Archives françaises du film et le CNC, numérisée puis restaurée par le laboratoire l’Immagine Ritrovata de la Cinémathèque de Bologne. En collaboration avec Carlotta Films.

Et aussi en entrée libre :

  • La grande Brocante Cinéma (7 et 8 juillet sur les parvis du MK2 Bibliothèque et de la BnF), >
  • Le Ciné-karaoké géant le samedi 7 juillet au CENTQUATRE

Ouverture du Festival au Public : Ciné-Mix Jeff Mills

  • Vendredi 29 juin 20h | Forum des images (1er) | Billet à 12€
  • Une création originale initiée par le Festival Paris Cinéma.

Le 29 juin, le Festival Paris Cinéma présente en exclusivité mondiale un Ciné-Mix de Jeff Mills sur le chef-d’œuvre d’André Sauvage, Études sur Paris. Il sera accompagné sur scène du musicien Christian Sotomayer.

Jeff Mills

Né à Détroit, Jeff Mills est l’un des pionniers de la Techno. Animateur radio et DJ, il se lance dans la production aux côtés d’Anthony Srock avec qui il forme le duo Final Cut. En 1992, il fonde le Label Axis Record et prend une dimension internationale grâce à ses créations et son travail de producteur.

Artiste complet et passionné de cinéma, il rompt en 2000 avec son image exclusive de DJ en composant une bande son pour Metropolis de Fritz Lang. Il multiplie les projets et participe à des expositions telles que « Le Futurisme à Paris » au Centre Pompidou avec l’installation visuelle et sonore « Critical Arrangements ».

Ce nouveau statut prend toute sa mesure avec la composition d’une nouvelle bande-son pour Three Ages de Buster Keaton. Il renouvelle l’expérience avec des Ciné-Mix sur des films tels qu’Octobre de Sergueï Eisenstein ou Le Voyage fantastique de Richard Fleischer.

Études sur Paris d’André Sauvage

  • 1928 / France

Le quotidien du Paris des années 20 vu à travers le regard du réalisateur André Sauvage. Une visite poétique des hauts lieux et des quartiers populaires de la capitale. Cinéaste d’avant-garde, André Sauvage est, malgré la qualité de ses œuvres, méconnu du public. En 1933, il se retire après une dizaine d’années passées dans le milieu cinématographique. Il laisse une filmographie exceptionnelle et audacieuse qui le rapproche de ses contemporains, Jean Vigo ou Dziga Vertov. Études sur Paris est une œuvre à la fois marginale et monumentale souvent comparée à Berlin, symphonie d’une grande ville de Walter Ruttmann.

Clôture du Festival pour le Public : The Snorks, a concert for creatures – France / 2012 / 21’

  • Mardi 10 juillet dès 19h – film à 21h30 – fête à partir de 22h45
  • Wanderlust – Cité de la Mode et du Design (13e)

Après avoir lancé sa 10e édition avec un Ciné-Mix de Jeff Mills, DJ électro célèbre aujourd’hui pour ses incursions dans le monde du cinéma et de l’art contemporain, le Festival Paris Cinéma fêtera sa clôture avec une plongée dans l’univers fascinant de Loris Gréaud, artiste conceptuel de la scène contemporaine.

PROJECTION PRÉSENTÉE PAR LORIS GRÉAUD ET CHARLOTTE RAMPLING

Projet hybride et fascinant, entre science, cinéma, musique et art contemporain, ce film est le fruit d’un cheminement artistique et d’une production hors-norme de plus de 36 mois. Il incarne une quête obsessionnelle, celle des abysses et des créatures qu’elles renferment.

Si elles vivent dans nos océans, pouvons-nous rentrer en contact avec ces créatures abyssales ?

Loris Gréaud rencontre alors des chercheurs du MIT de Boston et apprend que la bioluminescence est le mode de communication des abysses. Dans ce noir profond, les interactions entre ces êtres se révèlent dans un étonnant ballet de lumières. Cette découverte devient un élément fondateur du projet qui le mènera ensuite à la station internationale Antarès au large de Toulon (base scientifique de recherche sous-marine) afin de chercher le moyen d’interagir avec les créatures.

La musique, enchaînement de fréquences, est alors identifiée comme le medium à privilégier pour cette communication, l’idée du concert pour créatures est née, et c’est auprès du groupe d’abstract hip-hop Anti-Pop Consortium à New York que Loris Gréaud commande une production musicale exclusive.

Deux narrateurs d’exception content cette histoire entre fiction et réalité : David Lynch qui, d’une voix monocorde, insensible à toute émotion, déroule une implacable vérité scientifique, et Charlotte Rampling, tout en sensibilité, qui en révèle la poésie, la douce folie en s’interrogeant sur ce que serait, sur ce que devrait être, une quête alien dans les profondeurs de nos océans.

  • Du 29 juin au 10 juilllet 2012

Charlotte Rampling lors de la conférence de presse :

Partager :
  • googleplus
  • linkedin
  • rss
  • pinterest
  • mail

Rédigé par : admin

artsixMic l'information en continu

Ne manquez plus notre Newsletter !