Le Corbusier : Mes années sauvages sur le Bassin

Corbusier

Le Corbusier : Mes années sauvages sur le Bassin 1926-1936

Grand architecte urbaniste moderne, Le Corbusier est une des figures majeures du XXe siècle. Il se passionne très jeune pour l’architecture et puise ses inspirations lors de ses nombreux voyages en Europe, Afrique du Nord et dans les Balkans. Sa pratique et sa pensée architecturales ont profondément marqué plusieurs générations d’architectes et d’urbanistes, et son héritage contribue encore à façonner l’environnement contemporain. Né sous le nom de Jeanneret-Gris, il prend le pseudonyme du Corbusier lorsqu’il participe à la création de l’Esprit nouveau, une revue d’art et d’architecture.

Dès 1928, Le Corbusier prend part aux Congrès internationaux d’architecture moderne. Dans la Charte d’Athènes, il présente ses conceptions de l’architecture liée à la vie sociale et quotidienne urbaine et met en oeuvre ses théories dans plusieurs chantiers, alliant toujours l’esthétique à la fonctionnalité.

Mais Le Corbusier, c’est aussi de la peinture, de la tapisserie et de la sculpture. Souhaitant apporter à ses contemporains une nouvelle façon de penser à la fois l’habitat, l’urbanisme et l’art, il propose au lendemain de la guerre ses « Unités d’habitation » et réalise la Cité radieuse de Marseille réunissant des conditions de vie nouvelles pour un homme nouveau.

Je suis attiré par toutes les organisations naturelles” explique-t-il. Il est vrai que Le Corbusier a toujours eu un penchant pour la simplification des choses, appréciant les baraques des pêcheurs dans la forêt de pins du Bassin d’Arcachon, les maisons de sauvages, comme il le dit à sa mère, en tant que parfaits exemples d’habitation : pas seulement des maisons mais des palais. Son palais ou son château c’est ainsi qu’il nomme Le cabanon qu’il construit pour lui-même à Roquebrune. Dans ce cabanon sont réunis son amour pour une vie simple, pour le soleil, la mer et la bonne nourriture et il s’y adonne à une réflexion sur les éléments premiers de la forme architecturale.

Si les expositions consacrées aux multiples facettes de l’œuvre de Le Corbusier sont nombreuses, aucune n’avait jusqu’à présent traité de son rapport avec le Bassin d’Arcachon et son amour pour cette nature sauvage et authentique.

De ces séjours sur le Bassin de 1926 à 1936, il reste un grand nombre de photos, d’objets, de dessins et d’écrits. Une grande partie de sa peinture a même été influencée par l’esprit du Bassin comme le prouvent la présence des « pinasses » (bateau typique du Bassin), des coquillages ou des cordages comme éléments picturaux.

Cette exposition permettra de découvrir un Le Corbusier rêveur, créatif pour qui le bassin a été un refuge naturel où il a pu se ressourcer. Des témoignages de cette époque ont pu être recueillis, tel celui d’un des enfants de la pension où Le Corbusier séjournait, ce qui fait de cette exposition une rétrospective hors du commun et chargée d’émotion et qui permet de faire découvrir aussi une partie de l’histoire de la presqu’île.

Parallèlement à cette exposition, un certain nombre d’événements sont proposés tout au cours de l’été 2016 :

– Le 28 juin à 18h : inauguration du Hangar avec le Comité de soutien pour la candidature des œuvres Le Corbusier au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Exposition sur le Corbusier. A 21h45: projection sur grand écran face au Hangar du documentaire Les vacances de Le Corbusier de Frédéric Lamasse, 2015. Entrée libre.

– Le 08 juillet à 21h45 : projection sur grand écran face au Hangar du film sur Eileen Gray Price of Desire, film belgo-irlandais réalisé par Mary McGuckian en 2015.

– Le 1 septembre à 18h : inauguration 40ème anniversaire de la disparition d’Eileen Gray. Exposition sur le sauvetage de la villa dans le Hangar. A 21h00 : projection sur grand écran face au Hangar de Now more than ever, Gray Matters, un film de Marco Antonio Orsini, réalisé en 2014.

– Soirée Lumières à E1027, dîner et feu d’artifice les 25 juillet, 30 juillet, 6 août et 13 août

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Émile Verhaeren

Émile Verhaeren : Poète et Passeur d’Art

Poète belge flamand, d'expression française, Émile Verhaeren (1855-1916) est né dans la province d'Anvers. ...

Rencontres du 9e Art

les Rencontres du 9e Art à Aix en Provence

Durant trois jours, la Cité du Livre et la Bibliothèque Méjanes sont complètement investies ...

Le Baromètre de l’édition musicale

Le Baromètre de l’édition musicale 2010-2014

À l'occasion de la présentation du Baromètre de l'Édition Musicale 2010-2014, la Chambre Syndicale ...