Laurence Le Constant « Quand la mémoire devient rite »

Géraldine Banier

Styliste et designer textile, Laurence Le Constant a quitté le monde de la mode il y a plusieurs années pour se consacrer à son travail artistique.

Son imagination fertile au service de sa dextérité font de ses créations des œuvres d’art originales que présente depuis 2010 la galerie Géraldine Banier.

Inspirée par le conte mexicain « la loba » dans lequel une femme cherche un à un dans le désert les os d’un loup afin d’en reconstituer le squelette dans sa plénitude, lui redonnant vie et le transformant en femme libre et heureuse au son d’un chant, Laurence Le Constant amasse, façonne, assemble avec poésie et spiritualité des plumes, des fragments, de la peinture et du cristal non pas pour donner naissance mais pour assurer une longévité éternelle à ses ancêtres, à ceux qu’elle a aimé.

Dissocier l’âme du corps, l’être de son âme, tel est le but poursuivi par cette plasticienne dont l’inspiration artistique relève d’une profonde médiation entre elle et les êtres qu’elle a aimé ; l’interdépendance étroite qui la lie avec sa communauté lui permet de concrétiser cette mort qu’elle accepte comme une fatalité mais qu’elle cherche à transcender comme pour leur insuffler une vie nouvelle et éternelle, leur donner une place dans notre présent.

Laurence Le Constant, avec sa série «Lovely Bones», ne pouvait trouver meilleur support que ces vanités, chacune portant son propre prénom, pour exprimer le lien qui lie étroitement les mondes des esprits et des humains, esprits issus de sa mythologie personnelle et qu’elle cherche à travers chacune de ses œuvres à faire interférer dans sa propre existence.

Déjà présente sur le marché Outre-Atlantique, à Dallas et à San Francisco, c’est la galeriste Géraldine Banier qui l’expose à Paris et dont la galerie à la fois ouverte et intime se prête à merveille à l’intimité, au mystère et aux secrets que possède chacun de ces crânes qui sont considérés ici comme des personnes à part entière dont la personnalité se révèlera entre les mains de chaque collectionneur.

Tout comme « La Loba » qui par son rythme et ses chants redonne vie à ses créatures, Laurence Le Constant par son imagination créative et sa sensibilité prolonge l’âme de ceux qui l’ont modelé et qui ont contribué à faire d’elle une plasticienne qui a trouvé sa voie et qui est appréciée.

Laurence Le Constant, jour après jour, œuvre par œuvre, met en place les pièces du puzzle de sa vie.

INFORMATIONS PRATIQUES

A partir du 22 mai jusqu’au 28 juin 2014

et dans le cadre de l’exposition collective du 18 septembre au 1er

Galerie Géraldine Banier

54, rue Jacob-75006 Paris

Tél : 01 42 96 36 04

www.geraldinebanier.com

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?